Chronique Express

Rakoon « Something precious » / Rumble « Round » (2021)

14 octobre 2021, Aiollywood
chronique rakoon something precious 2021
Temps de lecture : 3’10

Nous ne manquons pas d’air (ou de ‘R’) en ce mardi pour vous proposer une nouvelle séquence découverte constituée de deux artistes qui sont revenus avec des morceaux tous neufs en 2021 pour ravir les oreilles : il y a notamment eu Rakoon, le mois dernier, avec un « Something precious » qui va faire parler, et aussi Rumble, un échappé du crew Chinese Man avec son premier essai, « Round », sorti au printemps.

Rakoon « Something precious » (24 septembre 2021) chez X-Ray Production -ELECTRO/DUB-

Rakoon est un dubmaker qui a été bercé trop près du mur : pendant longtemps, il n’arrivait pas à trancher entre dub et trance. Avec « From the ashes » (2015) et « Our smiles » (2016), son cœur balançait. Quelques années plus tard et des salles qu’il a littéralement retournées, Rakoon a décidé de prendre le raton laveur par les oreilles en amorçant de sérieuses mutations. « Wishes and delusions » (2018) bouclait la boucle chez ODG Prod en n’oubliant pas ses racines et ses attaches dub, mais en décidant d’explorer de nouveaux horizons plus electro. Comme si finalement l’artiste avait fait le tour de ce qu’il avait aimé faire pendant plusieurs années, « Something precious » marque donc un nouveau départ. D’abord, Rakoon rejoint la belle équipe de X-Ray Production (L’entourloop, Biga*Ranx, Manudigital, Degiheugi…). Ensuite, il y a le nouveau visage, pour ne pas parler de virage, sur « Something precious ». Inutile de vouloir retrouver cette fameuse recette exécutée à merveille qu’il a fait et refait depuis ses débuts : ce quelque chose de précieux prend une toute nouvelle dimension en 2021. Une dimension electro essentiellement, qui explose de mille feux avec des flirts vers la techno : The great big elephant est là pour te secouer, de la tête au pied, et il désarçonne. The flow, aussi, fait monter la température, mais l’artiste ne compte pas mettre au placard ses influences dub (I guess i’m ok ou l’épatant La dub). Lui qui a déclaré avoir retrouvé cette fameuse transe musicale au Vietnam, revient donc aux affaires remonté à bloc ! Les nouvelles sonorités émanant de ce « Something precious » montrent que Rakoon puise son énergie ici et ailleurs, toujours habité par une chaleur venue de l’Orient (Hoi an, Chapters). Mais c’est clairement dans le digital que Rakoon va puiser au plus profond de cet album : Rituals est une véritable pépite electro qui fait s’hérisser les poils sur les bras tandis que Pigalle inviterait presque les Daft Punk à skanker ! Ce « Something precious » est un périple osé pour Rakoon… et c’est aussi une invitation que l’on accepte bien volontiers pour ce grand retour. Hâte de le retrouver sur scène.

 L’intégralité de l’album se découvre ci-dessous :

Rumble « Round » (14 mai 2021) chez Chinese Man Records -HIP HOP/ELECTRO-

Rumble. Un drôle de nom qui cache une sacrée équipe derrière ce disque. A vrai dire, avant d’en dire davantage, il faut bien reconnaître que ce premier disque du collectif, le bien nommé « Round », en porte un peu le sceau. Ces 10 titres transpirent un hip hop à l’ancienne, presque poisseux (à prendre dans le bon sens du poil bien évidemment), que les plus fidèles fans de l’homme chinois (& Cie) reconnaîtront sans la moindre hésitation. Car dans ce vaisseau d’échappés, il y a des pâtes musicales reconnaissables : Sly, notamment, grand artisan de Chinese Man, ainsi que des agitateurs bien connus sur le label marseillais, avec LeYan, Skoob le Roi et TomaPan. Tous les quatre, ils sont venus créer Rumble et leur premier LP a déboulé au printemps dernier, avec des sonorités, des influences et aussi des guest plein la tête. Le groupe part à la rencontre du monde, sous toutes ses coutures, et cela promet un voyage coloré : AFON, en mode globe trotter, répond à InLakesh, et c’est tout droit en Inde que le son nous amène. Avec un trip hop puissant, limite vibrant, il nous amène à coup sûr dans les hautes sphères, marquant d’une trace indélébile le sceau du groupe. Au milieu de tout ça, il y a forcément des virées plus urbaines et incisives, avec l’inconditionnel Cyph4, qui déverse son flow ravageur sur Rumble syndication. Dans un écrin old school, des vibes hip hop s’occupent d’emballer l’auditoire, comme sur le très engageant Badxgood avec Too Many T’s ou l’oriental Duality (avec Rhyme Time). En métissant son tableau, Rumble y ajoute des couleurs venant de tout horizon, du ragga de U can’t hide (avec Blackout JA) ou des notes plus pop avec l’envoutant In orbit en compagnie de Mariama. Sans révolutionner un genre qu’il maîtrise tous à travers ses différents projets, Rumble réussit toutefois à proposer un beau premier LP qui s’écoute d’une traite.

Articles affiliés :

The Roach et Les Olibrius

Diamétralement opposés, Le Musicodrome a écouté The Roach et les Olibrius !

7 décembre 2015

Dub Invaders « Part.4 » / Straybird « Dwarf planets » (2016)

23 décembre 2016
Baja frequencia album catzilla 2017

Baja Frequencia « Catzilla » / Black Beanie Dub « X » (2017)

27 novembre 2017

Pas de commentaire

Donnez votre avis

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Conception & réalisation : Cereal Concept