Live Report

Voyage psychédélique à l’Hadra Trance Festival, 10ème édition (Vieure, 03) 07-10.09

22 septembre 2017, Charlie

Plus de 6 500 festivaliers se sont rendus à cette 10ème édition de l’Hadra Trance Festival  entre le 7 et le 10 septembre au plan d’eau de Vieure dans l’allier. Nous en faisions partie et allons tenter de vous faire vivre notre voyage !

Arrivés à bord de notre ZX rutilante, nous sentons directement que l’organisation est bien rodée pour un deuxième jet dans cet environnement. En effet, aucun embouteillage entre le traditionnel barrage de gendarmerie et le parking (sans parler du sexy wash offert par une bande de joyeux lurons déguisée) et la billetterie est efficace. A peine entrés, nous sentons déjà les bonnes vibes et la bonne humeur ambiante !

« On est vraiment content au niveau de l’organisation, nous sommes tous en osmose dans l’équipe, tout le monde sait ce qu’il a à faire et ça roule ! »

Après une fouille brève où certains y ont laissé leurs cornichons (on avait dit pas de verre les gars !), nous déposons nos tentes sur un camping deux fois plus vaste qu’en 2016, avec de nombreux points d’eau et toilettes sèches. Commodités plus qu’appréciables pour ce long week-end qui s’annonce !

« L’augmentation du prix des places (de 65€ en 2016 contre 110€ en 2017) n’a pas été bien perçue et on peut le comprendre. Cependant, il faut bien se rendre compte que notre budget a doublé (s’établissant à près d’1 million d’€ !). L’année passée, nous n’avions eu que 4 mois pour organiser le festival et on s’est retrouvé très juste sur les toilettes, la sécurité, les douches et l’accueil scénique. »

Une fois installés et rassasiés, nous décalons vers la main stage « The Temple ». Nous y sommes subjugués par une canopée luxuriante aux teintes fluorescentes. Nous sommes entre nature et science-fiction, on se croirait sur Pandora. Bravo à MAE & MOA pour ce magnifique ouvrage !

« Sur cette édition, nous avons une décoration de bonne qualité, créée pour l’occasion, alors qu’elle était moins présente en 2016. »

C’est le groupe de colombiennes Aguasala qui s’est chargé de la cérémonie d’ouverture. Militant pour la valorisation de la place des femmes dans la société colombienne, le quatuor s’approprie des morceaux issus du folklore caribéen, traditionnellement joués par des hommes. Au moyen de tambours, graines, flûtes et de leurs voix, elles ont su nous mettre dans l’ambiance !

« Depuis 2010, nous créons du lien à l’international au moyen d’une labélisation par l’Institut Français. C’est une reconnaissance institutionnelle et cela donne un thème à chaque édition, véritable fil conducteur de la scénographie et de la décoration. En 2017 la France est en partenariat avec la Colombie ».

Au crépuscule, la scénographie s’illumine avec de grands masques aztèques qui semblent prendre vie. Super travail de la part des collectifs The Mad Studio, Les Lucioles (association de décoration de l’Hadra), Vizual Invaders et Light Process ! Vous nous avez vraiment fait voyager au-delà du réel sur cette scène principale.

La nuit est noire, la lune est pleine, les choses sérieuses commencent avec un live de Version Bizar plutôt progressif suivi d’un DJ set virant psytrance de Tilt, fervent représentant de l’association Hadra. Le temps passe, les rythmes s’accélèrent et les lasers et autres shows lumineux sont toujours plus impressionnants. Au menu du soir : psytrance, darkpsytrance et hitech, dépassant à certains moments 2 fois la vitesse de nos cœurs tambourinants.

Avec le live d’Orestis, c’est la vrille cérébrale, on décide de changer de cap, en route pour la scène alternative « The Lotus » !

Ici, grâce à Lilikuti & Nikopalin et Gaïa Garden, c’est la jungle ! De grandes feuilles tapissent le plafond, les poteaux sont en lianes et l’atmosphère est chaude et humide : le thème est respecté ! Ce premier soir, nous y découvrons notre cher Emile et son compère aux platines sous leur projet Animalz Dialog : bonne dose de techno progressive ! Merci les gars !

De retour sur la mainstage au lever du jour, nous sommes irrémédiablement ensorcelés par le set hitech bien punchi et fracassant du brésilien Nazca. C’était incroyable, le vendredi commence bien !

Dans l’élan, nous décidons d’aller le rencontrer :

Hey Danilo, what is your feeling after your set (fucking good one ! ) ?

« It was really impressive. The crowd reaction to Nazca DJ set was really nice. I could feel the vibration, watched the people dancing and whistling conpletely into the sound. I played hi-tech, and even it’s maybe a new concept of sound on Hadra, for me the mission was really accomplished. Lots of persons came to thank me. Made new friends after the gig. French people was very friendly, lovely and beautiful. Sound system was crystal clear & loud as it has always to be. Visuals were one of many Hadra highlights. Everything was very well done and images on the screens, the big head on the stage, everything was connected to the stuning visual concept. Precious. »

What can you tell me about your implication in psytrance music, especially in Brasil ?

« Nazca and his crew Soononmoon are the pioneers on the brazilian trance scene. The crew operates in Salvador – Bahia – Brazil since 1997, buzzing psychedelic electronic music, peace, respect, orange vibes, action & reaction on its autonomous temporary zones melting hi-technology, visionary arts & environment. Now we materialize Aurora party around Salvador and Terra em Transe Festival on the northern beaches on Bahia. »

What are, for you, differences between Brazilian public and French one ?

« On my experience, both brazilian and french crowd are the most beautiful and friendly around the world. Both are very festive and dances a lot, non-stop mode on. The big difference is that brazilian people scream and jump more than the french. »

Can you give me some tracks you played ?

« Angry Luna & N.Gin – Big Bhang —- Crazy Astronaut – Sate —- Oxidaksi – Poison —- Turtle Mergel – Black Room —- Cyberhen – Amlet —- Harry Pottar – Slightly Little Small Rocks » (la dernière c’est français et on connait ! )

What do you think about this Hadra festival ?

« Hadra Festival is massive, very well organized, really good music, delicious atmosphere, beautiful place, gorgeous location. As a producer, it’s a good lesson with a lot of learnings. Completely positive experience. Hope returning in Hadra 2018 ! »

Are you producing music ?

« No, Im only DJing. Love to build a peculiar atmosphere throughout the DJ set. It’s like telling a 60-minute hypnotic history through the music. Love to search psychedelic tracks, discovering precious gems and share with the people. Maybe one day I learn producing sounds too, but for now and since the beggining, my lust is DJing. »

And your coming gigs?

« As soon as I’ll landed on Salvador, I already had to play on a party on the same day. Next will be Cachoeira em Transe, on Bahia, and on a tattoo convencional, as well some festivals on the summer 2018. »

 

Au delà d’une interview, c’était une rencontre exceptionnelle (j’adore ce type !! ). Le courant est tellement bien passé qu’il est resté avec nous une bonne partie du festival !

 

La journée avance à grande vitesse et nous sommes toujours scotchés sur la mainstage. Difficile de perdre le sourire tant on est pris par l’ambiance bon-enfant qui règne autour de nous ! La musique est redescendue d’un cran même si le rythme reste soutenu. On assiste ainsi dans l’après-midi, sous un temps qui se couvre, au live progressive psytrance de Maïtika, jeunes recrues du label indien Digital Om, chouette découverte !

Un peu plus tard, les nuages décident de se décharger, nous y voyons un signe de mère nature, une pause s’impose !

 

Après une bonne nuit de sommeil, direction le QG pour échanger avec Emilie Angénieux, coordinatrice de l’association Hadra. Voici ce que nous en retiendrons :

Une équipe soudée et choyée :

« L’équipe de cette année est très importante avec 750 bénévoles dont certains que l’on revoit d’année en année, les gens commencent à bien se connaître. »

« Par ailleurs, on essaie de créer une ambiance sympa, notamment par la venue d’une troupe de circassiens pendant le montage, en mode burlesque et comique. Nous avons mis en place un chill spécialement destiné aux bénévoles, où ils peuvent gratuitement accéder à des livres, des jeux, du café… Tout ça dans l’optique qu’ils puissent se reposer et soient heureux d’être ici. »

Une intégration locale réussie :

« Tous les commerçant locaux viennent, nous demandent des invitations, ils emmènent leurs enfants, une cinquantaine de personnes s’est inscrite au pot que l’on a organisé pour les élus. »

«  Ces personnes qui nous soutiennent, comme le SMAT (qui loue le site), le maire etc. sont humainement géniaux, le contact passe très bien, on se connait. »

« On a mis en place des actions de médiations, pour ne pas poser le festival 10 jours dans l’année et repartir comme si de rien n’était. Nous avons par exemple mis en place des ateliers d’initiation au mix à la MJC du coin ou encore installé de la déco dans un petit festival en juillet. L’objectif étant de créer du lien avec les habitants, d’établir un réel dialogue avec les locaux, cela prend du temps et de l’énergie mais cela nous paraît essentiel. »

« Le préfet s’est même déplacé en personne sur le festival (ce qui n’était jamais arrivé dans toute l’histoire d’Hadra), c’est une belle preuve de reconnaissance du travail que l’on a fait ! »

Un festival autofinancé :

« En 2017, l’évènement a été autofinancé à 99%, les 1% restant provenant d’organismes tels que le CNV, la SACEM ou la SPEDIDAM. La mairie de Vieure met aussi à disposition du matériel. »

« Nos recettes sont essentiellement de la billetterie, on ne compte pas sur le bar parce que tout le monde peut venir avec son propre alcool. A l’heure actuelle, c’est le festival qui permet de pérenniser les autres activités de l’association. »

Des collaborations à l’international :

« Nous avons des partenariats avec d’autres festivals psytrance : des organisations européennes, en Afrique du Sud et aux Etats-Unis. Dernièrement nous avons collaboré avec l’Oregon Eclipse Festival qui s’est déroulé fin août près de Portland, deux artistes du label y ont joué. Nous devions aussi nous occuper d’une partie de la décoration mais cela a été annulé pour des problèmes d’obtention de visas… »

Vers l’infini et au-delà :

« Dans une interview réalisée par Trax, le directeur du festival Benoît Allirol, dit « le rêve, ce serait d’être maire, voire préfet, de notre commune ou de notre propre département, avec un terrain qui nous appartienne et dans lequel on peut faire un petit peu ce qu’on veut ». L’idée c’est dans un premier temps que l’on puisse rester ici, ne plus avoir peur une année sur l’autre de se faire virer. »

« Heureusement nous arrivons à nous autofinancer aujourd’hui, ce qui n’est pas le cas de la plupart des associations, et nombreuses sont celles qui ont récemment mis la clé sous la porte. Ce n’est pas une heure très glorieuse pour la culture en général en France… »

 

Hormis une programmation exigeante s’exprimant sur des sound system parfaitement réglés, ce festival nous a aussi proposé une myriade d’activités annexes.

Des conférences étaient organisées sur des thèmes variés : les organisateurs d’événements outdoor, les labels, l’environnement, les techniques de brassage de bières ou encore la réduction des risques en milieu festif.

Divers ateliers proposaient une initiation au jonglage, la fabrication de lessive maison, une initiation au mix, la préparation de fromage ou encore la confection de sièges à partir de matériaux recyclés.

Et oui, n’oublions pas que Hadra est très engagée en matière de développement durable et d’éco responsabilité ! Cette année, un plan de compensation carbone a même été élaboré en partenariat avec l’association colombienne Rio Cali qui œuvre pour la préservation environnementale. Cela a pu être financé par la bonne volonté des festivaliers avec un euro facturé en supplément de la place. Ça coûte pas grand chose et c’est intelligent ! 

Entre deux sets (et parce qu’l faut bien se refaire les jambes de temps en temps), les festivaliers ont pu découvrir la Touch’Foraine, une sorte de fête foraine saugrenues animée par l’Atelier Perché. Elle comprenait notamment une cabine téléphonique au clavier sample pad, un stand d’alchimistes très énigmatique ou encore un circuit de petites voitures éveillant l’esprit de compétition effacé des festivaliers. On est aussi tombé sur les éboueurs anglais de The Bass Bin qui t’emmènent le son jusque dans ta tente avec leur enceinte poubelle. Parlons aussi de la galerie d’art psychédélique qui nous a bien fait rêver et de l’espace bien être, parfait pour te reposer d’un tapage de pied incessant.

 

Pas le temps d’être dans le mal avec tout ça !

La nuit tombe le samedi soir, il est temps d’aller voir LMX a.k.a. La Mère à Xav sur la scène alternative. Ces deux bons vivants nous ont tartinés de pâté lardons pendant une heure et demie, notamment avec les productions sorties sur leur nouvel album « Plat du Jour ».

Ça nous a donné faim ! Niveau bouffe, il n’y a que l’embarras du choix sur le site mais comme on n’est pas venu pour ça, on prend un bo-bun rapidos au coin et on part le déguster sur le chill-out.

 

Un bon café, et on y retourne : direction la mainstage !

Cette dernière nuit restera floue pour nous, c’est le moment où tu es tellement abruti par le son que tu ne peux pas lâcher prise.

La puissance de l’esprit sur le corps est à son paroxysme, tu vas donc danser jusqu’au bout, tout donner, les lasers te balayant de plein fouet, sans conscience du temps qui passe ou de tes jambes lasses.

Tes vêtements sales fument et dégoulinent d’un mélange de pluie et de sueur.

Mais pourquoi je fais ça ? Je ne sais pas, je ne sais plus, mais je suis bien résolu !

Dans cet état de bonheur, libéré de toute contrainte, tes mouvements peuvent être autant inspirés de la macarena que du haka. Oui, tu fais n’importe quoi !

La transe est atteinte, en un sens une apogée pour le festivalier.

 

C’est maintenant le dernier jour, on est dimanche, mais pas question de baisser les bras, d’autant que l’association nous a promis une surprise !

En cette après-midi, c’est une réelle pépite de rock psychédélique que nous découvrons sur la scène alternative en début d’après-midi : les ChabiFönk Experience.

Yael le yogiste à la basse, Mathieu a.k.a. BatMat aux fûts et David a.k.a. Dadou à la gratte nous ont en effet fait voyager à travers le cosmos ! On se devait d’aller leur poser quelques questions :

Comment est né ce groupe ?

« Le groupe est né de la rencontre de personnes voulant faire de la musique dans le Sud deux sèvres et liées à l’association du Chabifou (les plus anciens connaîtront peut-être). Au début, nous étions sept, puis nous avons préféré passer à 3 pour la facilité de se réunir (une fois par semaine). Cela fait maintenant pratiquement 8 ans et nous avons encore de belles années devant nous. »

Pourquoi ce nom ChabiFönk Experience ?

« Le ‘Chabi’, c’est pour la chèvre de chez nous, la biquette qui donne le fromage. Le ‘Fönk’, c’est un mélange de funk et de punk mais avec un ‘o’ et un tréma dessus tiens, pourquoi pas ? L’ ‘Experience’, c’est pour la recherche musicale, le voyage cérébral et la rencontre humaine. »

Quelles sont vos sources d’inspiration ?

« On nous trouve souvent beaucoup de groupes auxquels on fait penser lors des concerts. Ca va de tout à rien et on est souvent très étonné de ce que les personnes décèlent dans notre musique. En fait l’inspiration de ChabiFönk Experience est tellement multiple, elle prend racine dans la musique de notre jeunesse passée et évolue au fur et à mesure de notre évolution. Mais avant tous nous voulons faire danser, rêver et partager. »

Vous ne jouez pas particulièrement en festivals psytrance si ? Quelles sont vos impressions après avoir joué à l’Hadra ?

« Et bien contrairement à ce que tu crois, c’est souvent les festivals électro qui font appel à nos services. Et surtout dans l’Est d’ailleurs. Nous sommes déjà passés par la Buena Onda, et le Festbouc mais passer au Hadra, c’était vraiment une super surprise ! C’est surtout la déco qui nous a plu. »

J’ai entendu certains retours très positifs sur ce concert, le public a été apparemment agréablement surpris de trouver un groupe de rock psyché en fin de festival, vous l’avez ressenti ? 

« Au début, quand tu entends pour la première fois ChabiFönk Experience, il te faut un petit temps d’écoute. Puis petit à petit, le transfert d’énergie opère et c’est là que la magie prend. Nous sommes un groupe un peu passe partout, on peut jouer au Hadra comme au HellFest presque. Peu importe le genre de public, c’est à nous d’aller chercher les gens. Au Hadra, ce fut plutôt simple et agréable à faire ! »

La compilation Hadra Trance Festival 2017 contient votre titre « 4ème dimension »…

« Effectivement, nous sommes sur le CD 1 de la compil du Hadra cette année. Notre musique étant orientée trance-rock progressif, en gardant le côté organique des instruments, nous pouvons passer du métal à la trance. »

Votre nouvel album « Missïon » est sorti il y a quelques jours, que pouvez-vous dire sur cet album ?

« La préparation d’un album demande toujours de l’investissement, surtout lorsque l’on ne souhaite pas mentir ou faire pour que ça fasse plaisir. Nous, on compose plutôt dans le sens du « qui on est » aujourd’hui et comment on peut le dire en musique. Vaste sujet, surtout que le ChabiFönk compose à trois ! »

Je vous recommande vivement d’aller y jeter une oreille : https://soundcloud.com/chabifonkexperience/sets/mission-ep

La fin approche, mais avant, on veut notre surprise !

Elle arrive à point nommé après un B2B de Kokmok et Oddwave aux petits oignons : le maire de Vieure et la présidente du SMAT prennent les CDJs d’assaut et révèlent leurs talents cachés de DJ ! (Le bouton play c’est en bas à gauche 🙂 )

La foule est alors en liesse et multiplie ovations et applaudissements.

C’est dans la joie et l’allégresse que se terminera le festival à la tombée de la nuit.

 

Pour faire simple, le Hadra Trance Festival, c’est une programmation très pointue de 150 artistes sur un son de très haute qualité qui crache 72h non-stop sous une décoration stupéfiante ! Des milliers d’heureux festivaliers de tous horizons (sans qu’ils ne soient trop et qu’ils se piétinent). Une organisation et des artistes accueillants, ouverts et accessibles. Un site très propre grâce à un tri collectif des déchets et surtout des bénévoles au top. Et bien-sûr des initiatives aux valeurs humaines et solidaires chères à l’association (épicerie bio et solidaire, présence de la banque alimentaire le dimanche, compensation carbone avec Rio Cali…).

Avec cette édition, les organisateurs ont frappé très fort et retrouvé à nos yeux le niveau de qualité proposé à Lans-en-Vercors, le festival réintègre ainsi le palmarès européen de ce type événements (Ozora, Boom…).

Nous en garderons un souvenir immuable de fraternité déjantée ! C’est incroyable le nombre de rencontres que l’on peut y faire sur un laps de temps si court !

Nos plus sincères remerciements vont à tous les membres de l’association Hadra, aux artistes (DJs, groupes, décorateurs, VJs, lighteux, intervenants…), aux bénévoles, aux responsables locaux, à la sécurité, aux secours, à Thibault et bien-sûr à tous les autres festivaliers sans qui cette expérience n’aurait pas été si savoureuse ! Spécial big up aux ChabiFönk, Nazca et Emilie qui nous ont accordé un peu de leur temps et bien-sûr aux photographes qui ont répondus présent dès nos premières sollicitations !

Aujourd’hui, plus d’une semaine a passé, nos esprits sont désembués et nos pieds cicatrisés mais nous gardons ce sentiment d’avoir été là où il faut ce fameux week-end du 7 septembre ! En regardant les photos, j’ai encore la chair de poule, j’espère avoir réussi à vous communiquer mes émotions à travers ce report…

Hadra is definitly back ! Vivement la prochaine !

Seul bémol intéressant relevé par un internaute 🙂 : « Elle est passé ou la TARTIFLETTE HADRA ?????? oO’ j’ai tourné pendant des plombes à sa recherche, en croisant le regard vide et désemparé d’autres savoyard en quête de gras…. ». Organisateurs, vous savez ce qu’il vous reste à faire…

 

Crédits photos :

Antoine Verstraete Perez Abitbol

GuiGui Photographie: https://www.facebook.com/GuiguiPhotos/

@KevCos YFK Studios: https://www.facebook.com/KevCos/

L’Œil Du Yak : https://www.facebook.com/OeilduYak/

Timagin : https://www.facebook.com/TimaginPhoto/

Ephm’R : https://www.facebook.com/ephemr/

Articles affiliés :

Aron'C Meuh Folle 2014 Photolive30

Aron’C à la salle Jeanne d’Arc (Violay, 42) 15.02

7 mars 2014

Festival Rocktambules, Jour 2 : Lofofora, Sidilarsen, Kill The Young et Blankass à Rousson (30) 02.06

4 juin 2012
Massilia Sound System - Salle de l'Etoile Châteaurenard (13) 03/11/2017 Photos Nomades

Massilia Sound System, comme dans son jardin, au Rockstore (Montpellier, 34) 17.11

23 novembre 2017

Pas de commentaire

Donnez votre avis

Conception & réalisation : Cereal Concept