Chronique

Smokey Joe & The Kid « Take control » (2017) -EP-

22 février 2017, Aiollywood
Critique Smokey Joe & The Kid Take Control 2017

Smokey Joe & The Kid. Ou comment renommer la force tranquille du courant beatmaking français. A la croisée des genres (hip hop, electro, swing), le duo bordelais monte en puissance. Sa récente collaboration avec Blake Worrell (un des MC’s des Puppetmastaz), y est peut-être pour quelque chose. Alors que 2017 vient à peine de pointer le bout de son nez, il semblerait que les Smokey Joe soient toujours aussi actifs. Ils vont dévoiler le 10 mars prochain leur nouvel EP, « Take control ».

C’est à croire que l’on ne sait plus où donner de la tête ! En ce début d’année, les bordelais n’ont pas fait les choses à moitié : pour commencer, ils ont dévoilé une partie de leur dernière album en version remixée (« Remixes to the moon », 6 février) avec la crème de ce qui se fait sur la scène hexagonale en matière de hip hop hexagonal (Blanka, Chill Bump, Proleter…) ou les plus posés, plus trip hop, tels que Kognitif, Degiheugi & Cie. Après avoir laissé la part belle à leurs collègues de son pour revisiter leurs morceaux, Smokey Joe & The Kid compte bien garder le rythme : en toute pompe, ils ont balancé une nouvelle bombe en prévision « Take control » où, cette fois, ils sont accompagnés de MysDiggi pour agrémenter leurs sonorités.

Depuis l’époque de « Nasty tricks » (leur premier album en 2013), il est indéniable de constater le chemin parcouru par les deux bordelais. « The game » (2014), un de leurs EP’s suivants, avait marqué les esprits avec une griffe plus marquée, mieux affinée. Sur « Running to the moon » (2016), le groupe a appuyé là où ça faisait mal : en gardant le turntablism en ligne de mire, les deux beatmakers ne font pas exception à la réputation des français ! Il est allé se placer subtilement entre les genres, combinant la force du hip hop, le punch des scratchs et le swing issues des influences funk et cuivrées. N’hésitant pas à plonger tout droit dans des abîmes plus rap, voire même abstract, ou a contrario jungle ou dubstep, le groupe, dans l’amas des styles, a su trouver sa place.

Tandis que la tournée 2017 est déjà lancée, Smokey Joe & The Kid n’a pas voulu repartir « à vide ». Dans ses bagages, il va donc embarquer 5 nouveaux titres matérialisés sur l’EP « Take control ». Ici, pas de fioritures : le groupe a souhaité aller à l’essentiel en travaillant avec un seul artiste, le Dj MysDiggi. Niveau création, le groupe reste donc bien ancré dans les influences hip hop et groove. D’entrée, le premier morceau donne le ton avec One life saved, petite bombe groovy où les scratches s’expriment sans complexe… juste de quoi chauffer la place à mister MysDiggi qui pose son flow puissant sur Mister nice guy. En étant toujours adeptes de samples qui sonnent toujours autant US, ce track est l’essence même des attractions des Smokey.

A l’image d’une de ses dernières sorties (l’EP « Rough & tough », 2014), Smokey Joe semble toujours autant apprécier les sucreries à la sauce western/spaghetti (Drinkin’game) et nous fait penser, sans prétention, aux premières envolées des Chinese Man. C’est ainsi que, armés de samples déroutants, Smokey Joe fait tomber les barrières entres les genres sans trembler : ça pulse grave sur Take control, on tendrait presque sur du C2C tant le mélange est bien équilibré, et on regretterait presque que la fin soit déjà là sur Fumando Jose y el nino. Les sonorités hispaniques sont forcément là vu le titre du morceau, mais le côté abstract hip hop s’invite à la danse en conservant le punch significatif à Smokey.

Sur ces 5 nouveaux titres, Smokey Joe & The Kid confirme tout le bien que l’on pensait d’eux. Accompagné cette fois par le MC MysDiggi, le duo affûte sa griffe et explore état d’âme les contrées du hip hop et de la bass music avec une signature groovy qui dynamite ses créations.

« Keep calm… and take control » comme ils disent.

FICHE TECHNIQUE

Tracklist
1. One life saved
2. Mister nice guy (feat. MysDiggi)
3. Drinkin’game
4. Take control (feat. MysDiggi)
5. Fumando Jose y el nino (feat. MysDiggi)

Durée : 19 min
Sortie : 10 mars 2017
Genres : Hip hop / Groove / Bass music
Label : Banzaï Lab

Articles affiliés :

Näo "Näo" (2012) Jarring Effects

Näo, apprentis sorciers du mariage des machines et des guitares

12 juin 2013
Détroit Bertrand Cantat

Détroit, un vent de fraîcheur et d’émotion dans les bacs (2013)

17 janvier 2014

Odlatsa a vu l’homme qui a vu l’homme, pour son premier album (2015)

16 novembre 2015

Pas de commentaire

Donnez votre avis

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Conception & réalisation : Cereal Concept