Chronique

Kognitif « Soul food » (2015)

26 août 2015, Aiollywood

Il y a tout juste un an, Le Musicodrome tombait sur « Monometric », deuxième album du sorcier beatmaker Kognitif. Après s’être tout juste remis de la claque encaissée, Kognitif nous empêche délibéremment de nous relever. A peine plus d’un an après sa dernière prod’, Cyril Capra récidive et nous propose de passer (encore) à table avec sa troisième recette maison : « Soul food ». Alors, indigestion ou véritable festin ? La question est posée.

On imagine bien les langues se délier lorsqu’un artiste décide de sortir en si peu de temps deux albums. Certains pourront penser que le Dj a une imagination débordante, d’autres crieront au loup en craignant une sortie un peu trop précipitée pour le faire gagner en maturité. Il faut dire en tous cas que le défi est bougrement élevé. Que ce soit à travers « My space world » (2012) ainsi que sur le gratiné « Monometric » (2014), Kognitif nous a gavé. Ne le voyez pas dans le sens de la saturation, plutôt dans celui qui vous fait sortir de table avec la peau du ventre bien tendue. Des régalades comme « Monometric », tout amateur de trip trop ou d’abstract hip hop en redemanderait jusqu’à s’en faire exploser la panse.

D’autant plus qu’au restaurant aujourd’hui, la carte est détaillée : pas moins de 15 dégustations sont proposées pour une durée s’étalant sur 59 minutes d’accompagnement sonore. A en voir ce repas de fête, on se dit que le chef était inspiré… espérons qu’il ne nous propose pas du réchauffé. Dès la première mise en bouche, nos papilles s’activent. Tout d’abord, impossible de ne pas reconnaître certaines saveurs. Là où Kognitif avait excellé dans « Monometric », c’est plutôt difficile de le retrouver dans cette dernière galette : le beatmaker est revenu à l’essence même des aliments. Les ingrédients, funky à souhait, s’équilibrent avec les grandes tendances cuivrées du disque. Un air de déjà vu qui ne nous empêche pas d’avoir rapidement nos péchés mignons… car souffler la poussière sur un vieux phono pour le remettre en route rend toujours les choses meilleures.

Au palais savant, on va d’ailleurs y trouver toutes sortes de goûts qui n’ont pas besoin d’exhausteur : Soul food renferme en un track tout le savoir-faire du chef Kognitif. Ca brasse les techniques, allant des samples soul pour aller subitement vers un triturage trip hop et se marier à l’electro sans accroc. Cette montagne russe de sensations, elle est le véritable fil rouge de cette dégustation : My freedom has no price est remplie de basses massives façon Al’Tarba, Letter to my last love côtoie les mets de gangsters pour subitement être mise en fuite par des touches dubby et drum’n’bass tonitruantes. Qu’il se mette au thé british façon Yeah yeah yeah ou qu’il se mette à table avec des rappeurs de manière admirable comme The Mic Jordan (Common ground), Kognitif démontre que ses tours de passe-passe continuent de fonctionner.

Jamais rassasié, Kognitif pousse à rester à table et il y met le coeur à l’ouvrage : les envolées blues/jazz explosent en bouche (Just another day, Twenty past four), les souvenirs d’un autre temps nous ramènent en enfance (Tribute to the classics) avant que Punish me apporte une note de sucré-salée particulièrement attendue… En manque de petites douceurs, elles sont pourtant nécessaires pour terminer un repas comme il se doit : Mustang melody nous fait bien reprendre une bouchée de ce suculent mélange d’abstract hip hop mais elles ne seront pourtant pas assez nombreuses pour soutenir notre appétit.

Si Kognitif a été plutôt bien inspiré en proposant ce « Soul food » à la carte, on peut pourtant y reprocher de ne pas avoir réalisé le fameux sans-faute de « Monometric ». Tablant sur une galette au format XXL (si rare de nos jours), certains morceaux tels que The message, That’s where it all started, Geronimo vs Buffalo Bill… n’étaient peut-être pas nécessaire pour figurer dans la tracklist finale tant ils n’apportent rien de nouveau sous la bannière de Kognitif. Inutile cependant de faire les fines-bouches, « Soul food » reste une très bonne galette. Et si on repassait à table ?

FICHE TECHNIQUE

Tracklist
1. Just another day
2. Soul food
3. My freedom has no price
4. Letter to my last love
5. That’s where it all started
6. Common ground (feat. The Mic Jordan)
7. Yeah yeah yeah
8. The message
9. Tribute to the classics
10. Punish me
11. Whatever (feat. Oxy Hart)
12. Twenty past four
13. Geronimo vs Buffalo Bill
14. Mustang melody
15. Walking on sunshine

Sortie : 26 mai 2015
Album : 3ème
Durée : 59 min
Genres : Trip Hop / Abstract Hip Hop
Label : Autoproduction

Articles affiliés :

la ruelle en chantier

La Ruelle en chantier nous envoûte encore, « Ici et maintenant » (2013)

2 avril 2014
Critique l'entourloop nouvel album 2017

L’entourloop : une question de savoir-faire

4 octobre 2017
The Neighbourhood "I'm sorry" (2013) EP

The Neighbourhood « I’m sorry » (2013) EP

13 février 2013

Pas de commentaire

Donnez votre avis

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Conception & réalisation : Cereal Concept