Vercors Music Festival – Jour 2 (Autrans, 38) 01.07

6 min de lecture
photos zoufris maracas vercors music festival autrans 2023
Zoufris Maracas

La nuit a été humide, très humide. La pluie a décidé d’être la guest du festival visiblement. Mais il en faut plus pour nous décourager ! D’autant plus qu’un sacré programme s’annonce aujourd’hui. On souffle sur les nuages et on attend !

Heureusement que la mairie a été compréhensible : pour fuir ce mauvais temps et la boue du camping, un bon nombre de festivaliers ont finalement choisi de dormir dans leur véhicule… et chaque bout d’herbe ou de trottoir était bon à prendre ! Sans parler des parkings, littéralement pris d’assaut par les festivaliers !

Finalement, ce deuxième journée commence… au sec ! David Walters, en ouverture, pose d’emblée le décor : c’est un son des Caraïbes qui s’invite dans le Vercors ! Et comme ce début de soirée est marquée par la chaleur, c’est donc une excellente entrée en matière qui se présente à nous.

Bien décidé à prendre cette nouvelle soirée par le bon bout, le second concert nous amène du côté du local de l’étape, sans maillot à pois, avec Piero2L. C’est un rap sonnant plutôt « actuel » qui déboule, les fans répondent en tous cas présent. Ce dernier aura un peu plus de mal à nous transporter mais les aficionados apprécient.

On navigue un peu en eaux troubles en ce début de soirée et un cap similaire est maintenu sur la Grande Scène : Luidji semble fort sympathique et il est visiblement content d’être là. Et ça, c’est toujours chouette à voir ! On surfe ici sur une vague qui nous est difficilement à prendre, avec un rap/r’n’b, et c’est une question d’affinité musicale qui prend le dessus.

Ces fameuses vagues nous amènent alors vers un groupe qui a franchement électrisé les foules et qui nous a redonné le smile pour toute la soirée : The Bongo Hop. Ce projet, porté par le trompettiste Etienne Sevet, distille des sonorités afro-caribéenne qui donnent une envie irrésistible de danser ! Les sourires illuminent les visages, l’invitation est acceptée… et ils déboulent de tous les côtés.

Cette parenthèse a été de courte durée puisqu’une des têtes d’affiche de ce second soir, Roméo Elvis, débarque sur la grande scène. Et son arrivée fait office d’aimant ! Même si nous n’avions pas réellement d’attente, force est de constater que certains morceaux ont réussi à nous attraper. Le gars percute et ça part plein pot ! Avec une setlist carrée et efficace, le public a mordu (Face à face, Pogo, Malade, J’ai vu, Drôle de question…).

Bon, ça finit par se corser. La pluie revient. Direction les bars pour tenter une porte de sortie. Ça tombe bien car Vaudou Game, qui prend le relais, s’installe sur La Terrasse. C’est entraînant mais les shoots sous la flotte finissent par avoir raison de nous… La priorité numéro 1 reste de se mettre au sec pour ne pas griller le matos. Mais n’allez pas croire qu’il n’y avait pas des courageux dans la place ! Ils étaient nombreux à être restés proche de la scène, d’autres suivent (de loin) au niveau des bars. En tous cas, on se finirait presque par se demander si les sorciers n’avaient pas invoqué la pluie… car celle-ci s’est achevée à la fin de leur set !

Il reste encore pourtant une inconnue : comme il reste qu’un seul groupe à passer et que la météo semble capricieuse, est-ce que Zoufris Maracas va jouer ? Après plusieurs minutes d’interrogations, c’est finalement un oui solaire qui répand la bonne humeur dans le Vercors. Il faut dire que le public est resté mobilisé pour assister à ce dernier concert de la soirée : c’est donc avec une jauge plus que respectable que les Zoufris prennent les commandes du vaisseau. Le pari est largement gagné, la côte de popularité du groupe est plus qu’au bout fixe. Comme ça avait le cas au Loupoulo Festival quelques semaines avant, Zoufris Maracas transmet sa bonne humeur et son envie de danser. Et le public connait les paroles ! Chienne de vie, Poulet, Gamin… et tant d’autres rallument la lumière !

La pluie toujours là, ce second jour s’achève comme il a commencé : saucé ! A croire que la météo appartient à ceux qui se couchent tard, elle finit par cesser lorsque les festivaliers regagnent le camping. Le son est sorti, il repleut. Mais c’est qu’une question de patience un after : la pluie s’arrête à nouveau, le matos est ressorti… Le dernier orage aura finalement eu raison de lui. Il pleut. 10 degrés.

Crédits photos : Photolive30 & C.Bay

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article précédent

Vercors Music Festival – Jour 1 (Autrans, 38) 30.06

Article suivant

Cotonete feat. Leron Thomas « Day in day out »

Dernières publications

Yolamif « Ayna »

Le trio parisien Yolamif, bien connu pour ses lives chaud chaud chaud alliant rock et techno,