Live Report

Festival Crussol – Jour 1 : Flavia Coelho, Mickey 3d, Zaz et Sammy Decoster (Saint-Péray, 07) 08.07

13 juillet 2017, Photolive30

Pour sa première édition, le Crussol Festival n’a pas été gâté par la météo mais il pourra toujours se féliciter de la bonne ambiance qui a régné le très joli site du chateau de Crussol. Entre ateliers, conférences et concerts, le week-end fut bien rempli. Dès le samedi soir, le ton était donné !

L’arrivée sur le site se fait en douceur avant qu’un gros problème nous tombe au coin du nez : impossible de trouver une place sur le site. Après une longue négociation avec les gendarmes et la boîte de sécu, nous pouvons au moins monter le matos photo… avant de redescendre, au pas forcé, au pied du site. Les plusieurs bornes à avaler sont dures, la côte est sacrément raide et les 39°C à l’ombre n’aident pas. Avant même d’avoir commencé les festivités, nous voilà claqués. La bonne heure pour rentrer sur le lieu du festival constitue un réel point noir de cette première journée. Un constat partagé avec de nombreux festivaliers une fois arrivé là haut. Le périple va d’ailleurs continuer : entre la montée, la belle file d’attente pour les jetons puis commander une première conso, trois heures ont été perdues.

Par conséquent, ce ne sera qu’un petit tour sur les lieux afin de prendre la température. Le premier ressenti sera d’ailleurs très positif : il y a plein de bonnes choses à manger, de qualité, pour un prix très abordable. Le cadre est très beau en temps normal et toute l’organisation qui y fourmille ne dénature pas du tout le site. L’ambiance est familiale, il y a beaucoup de jeunes (et mêmes de très jeunes) pour ne pas dire intergénérationnel. Ça fait plaisir !

Dommage que le temps ait été trop contracté lors de notre arrivée : nous n’avons pas pu jeter un œil au village asso… En tous cas, la sécurité est bien visible avec une forte présence policière et les vigiles, eux, se montrent plutôt sympa.

L’ouverture du festival est assurée par Sammy Decoster. Encore jamais croisé, nous profiterons de nos premiers instants réellement dans le bain pour plonger dans l’inconnu. Même s’il n’y avait pas forcément foule pour son groupe, il a réussi à capter l’attention des festivaliers déjà présents et a attisé leur curiosité. C’est en tous cas toujours aussi difficile d’ouvrir un vendredi soir d’été, sous la chaleur…

La suite est carrément plus caliente avec la sulfureuse Flavia Coelho. On l’a déjà croisé et c’est toujours le pied ! On savait qu’elle avait de l’énergie à revendre mais on est toujours autant étonné de voir que ça marche les yeux fermés. Le set était bien rythmé, tout le monde a dansé, et c’est un régal de voir quelqu’un avec une banane pareille. L’intégralité de l’amphithéâtre s’est levée et Crussol a frissonné ! Entre musiques brésiliennes, reggae, ragga et ska, la belle Flavia Coelho a conquis les cœurs.

Après avoir soufflé sur les braises incandescentes, nous pensions que Mickey 3D (au regard de son dernier concert à Paloma de Nîmes où nous étions) allait faire descendre de quelques degrés la température sur Crussol. Avec ses derniers penchants plus pop mis à l’honneur sur « Sebolavy » (2016), nous pensions qu’il allait s’inscrire dans cette lignée. Effectivement les notes pop ont bien titillé nos oreilles en début de concert… mais Mickey 3D et sa troupe ont résolument lâché les rênes sur la suite du concert : plus réellement en tournée de cet album, le groupe est reparti davantage sur ses grands classiques (Respire, Matador, Il faut toujours viser la tête…) et les morceaux énervés de son répertoire. Une fois les penchants pop passés, le public va de suite se mettre au pas de danse et suivre Mickey jusqu’à la fin du show.

Enfin, la clôture du festival est assurée par une des grandes actrices de la création et de l’organisation du festival, Zaz. Même si nous n’écoutons pas trop l’artiste sur Le Musicodrome (ça dégouline un peu trop de bons sentiments), il faut reconnaître que le public a adoré. On sent bien que le festival de Crussol est un peu comme son bébé et que c’est important d’y être arrivé. Au vue des festivaliers présents et des groupes à l’affiche sur un si magnifique lieu, ce premier soir est d’ores et déjà une réussite.

Demain, la journée prendra une toute autre dimension avec le bel éventail des ateliers et représentations qui guideront le festivalier jusqu’au premier concert. Bien pensé…

Crédits photos : Photolive30

Articles affiliés :

Festival Rocktambules, Jour 2 : Lofofora, Sidilarsen, Kill The Young et Blankass à Rousson (30) 02.06

4 juin 2012

Watusi, Sugar Bones et Azad Lab, un désir d’évasion au Métronum (Toulouse, 31) 01.04

5 avril 2016

Fleurons et bourgeons du rap français : retour sur la soirée End of the Weak – Buzz Booster au New Morning (Paris) 07.03

11 mars 2016

Pas de commentaire

Donnez votre avis

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Conception & réalisation : Cereal Concept