Live Report

This Is Not A Love Song Festival – Jour 3 : place à la sueur ! (Nîmes, 30) 01.06

17 juin 2019, Photolive30
Temps de lecture : 2’00

Voilà, nous y sommes déjà ! Si la fatigue a gagné les rangs, c’est toujours avec un petit pincement au coeur que nous nous rendons au troisième et dernier soir du This Is Not A Love Song Festival. Cette année encore, les surprises ont emboîté le pas des découvertes dans une ambiance toujours aussi décontractée. Cette année encore, on se dit que l’année prochaine, nous serons évidemment de la partie !

Avant de s’apitoyer sur notre sort, il y a encore une soirée concert à déguster : en ce samedi, c’est Wednesday Campanella qui tirera la première. On ne sait pas trop à quoi s’attendre, à part que la chanteuse est japonaise et friande de pop. Cette femme est vraiment intrigante. D’abord, pendant les balances, la scène est vide. Curieux. 3 minutes avant le début du concert, elle est… toujours vide. Le concert débute. Wednesday Campanella arrive. Elle danse et chante en même temps. D’un coup, elle atteint la régie et balade au gré de ses envies. Finalement, elle se retrouve dans un immense voile et flotte en fonction des soubresauts du vent. A la fois poétique et magnifique, c’est une drôle de performance. Épatant !

Wednesday Campanella TINALS Festival 2019 photos Nîmes

Wednesday Campanella

Cette poésie et cette douceur ne vont d’ailleurs pas nous quitter en ce samedi : la suite, dans la Grande Salle, nous fait voyager au Canada, avec Mormor. Le petit nouveau qui sévit outre-Atlantique est aussi un inconnu à nos yeux mais nous avons un peu le temps de nous y attarder. C’est, sans hésitation, une belle découverte. C’est sincèrement très beau et soigné, les mélodies sont lancinantes, avec de vrais morceaux d’âme à l’intérieur. Touchant et sensible, Mormor a fait mouche.

Mormor TINALS Festival 2019 photos Nîmes

Mormor

Entraîné dans les méandres de Paloma, on en oublierait presque à jeter nos deux oreilles chez Fontaines DC ! Quel ratage… Le groupe passait deux fois sur le festival et nous n’avons pas réussi à les entendre… On espère seulement que les Come On People parviendront à les reprogrammer sur une prochaine saison de Paloma car les irlandais, sur album déjà, sont démoniaques avec leur garage/punk. Snif.

Notre déception va d’ailleurs se poursuivre sur la scène Flamingo quelques minutes plus tard avec le concert des Dirty Projectors : séduit par leurs créations studio (tendances indie/pop), il manquera l’étincelle pour raviver la flamme du live, où la performance a été assez proche de ce que nous avions déjà entendu à la maison. Dommage.

Rinôcérôse TINALS Festival 2019 photos Nîmes

Rinôcérôse

Direction à présent la Grande Salle pour un des rendez-vous incontournables de cette édition 2019 du TINALS. Les montpelliérains de Rinôçérôse sont de retour et ils sont passés par Paloma. Avec ce concert « comme à la maison », autant dire qu’ils n’ont pas fait dans la dentelle ! Leur electro/rock est toujours aussi affûté, ça gigote, à la fois drôle et braillard, et bien sympa malgré le manque de lumières pour les photos. Un bon set pour mettre la patate, c’est ce qu’il faut !

Cette sueur (que l’on aime tant au TINALS) va continuer à perler sur nos fronts car Rendez-Vous, sur la scène Mosquito, reprend le flambeau : arrivé le premier pour shooter le concert, je serais aussi le premier à quitter la fosse… D’emblée, les guitares jaillissent et c’est un punk des sous-sols qui agite les aficionados ! Un régal, nerveux et bruyant, c’était énervé à point !

Rendez-Vous TINALS Festival 2019 photos Nîmes

Rendez-Vous

A croire que la température ne pourra plus jamais baisser, petite halte par la scène Flamingo pour Shame. Déjà croisé en 2017 ici même, les anglais remettent donc le couvert… et c’est copieux ! Ils paraissent toujours aussi en forme les londoniens, aussi furieux du moins, et le concert fut tout aussi généreux que la fois précédente. Que demander de plus ?

Finalement, l’intensité baisse d’un ton. Une tentative d’approche est faite pour Low mais l’absence de lumière a eu finalement raison de nous. Dommage, ça avait l’air plutôt planant. Pourtant, sans encore le savoir, une pépite est sur le point d’être dévoilée : voici la découverte de la soirée avec Prettiest Eyes. Okay, les américains partent dans tous les sens. Pourtant, ils arrivent de l’énervement avec du baroque tout en y agrémentant des sons venus de nulle part. C’est à consommer sans modération, probablement avec de l’alcool fort, certainement avec des vitamines ! Indescriptible.

Prettiest Eyes TINALS Festival 2019 photos Nîmes

Prettiest Eyes

Le dernier concert finit par arriver. Hélas (ou joie tant il fut intense). On les aime bien, les Johnny Mafia, sur Le Musicodrome. On savait à quoi s’attendre… En 2017, ils jouaient au Patio et ils détenaient le record de bières renversées sur un photographe (les boitiers s’en rappellent encore !). Là, ils sont dans la Grande Salle et ils sont vraisemblablement ravis d’être là ! Ce fut héroïque ! Du rock, du punk, de l’énergie, un sacré show, bref, tous les ingrédients pour clôturer cette nouvelle édition du TINALS en beauté !

La fin sonne.

Johnny Mafia TINALS Festival 2019 photos Nîmes

Johnny Mafia

Encore une claque le TINALS cette année. Comme chaque année à vrai dire. Merci à Come On People, à Paloma et aux bénévoles pour l’accueil. En 2020, le rendez-vous est déjà pris !

Crédits photos : Photolive30

Articles affiliés :

Bumcello au Rockstore (Montpellier, 34) 10.05

16 mai 2019
Yves Jamait à Barjac m'en chante

Barjac m’en chante, Jour 2 : Des mots, de l’émotion et de l’énergie ! 30.07

31 juillet 2017

La Boîte à Meuh commence à prendre ses aises à St-Christo !

20 mars 2017

Pas de commentaire

Donnez votre avis

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Conception & réalisation : Cereal Concept