Chronique

Taïwan MC « Cool & deadly » (2016)

3 novembre 2016, Aiollywood
Taïwan MC Cool and deadly 2016

Après plusieurs années passées à collaborer avec l’homme chinois, Taïwan MC continue également de façonner son side-projet à son image. Ces deux premiers maxis, plutôt bien accueillis, mettent la barre haut avant la sortie de son premier opus, « Cool & deadly ». C’est précisément le 7 octobre dernier que le verdict est tombé. Alors, défi réussi ?

Avant de débuter, quelques éléments de contexte : Chinese Man, au-delà de sa capacité de rayonnement, est devenu un véritable poulpe chinois. Durant des années, ils ont écumé les salles, présenté différents projets et réalisé de sacrés albums. En plus de leur attraction actuelle, ils ont réussi à développer, accompagner et/ou encourager une multitude de projets annexes qui, force est de la constater, fonctionnent en sachant s’armer de patience. L’exemple de Scratch Bandits Crew ou encore de Deluxe, pas loin de dépasser son maître, est assez criant ! Autour de ces projets chapeautés par le label Chinese Man Records, on y retrouve différents musiciens qui peuvent aussi s’exprimer en solo, comme Tumi récemment, ou encore un autre célèbre MC de Chinese Man, Taïwan, depuis 2013.

En faisant ses gammes sur un premier maxi -excellent-, « Heavy this year », puis sur un second, moins abouti (« Diskodub« ), difficile de savoir sur quel pied Taïwan allait danser. La sortie du premier single de « Cool & deadly », Catalina, n’arrangeait rien à nos craintes (tendances ragga, dancehall). Par conséquent, c’est sur la défensive et avec beaucoup de réserves que ce premier LP s’est écouté.

Après 42 minutes de son et 11 titres balayés, le ressenti est pourtant implacable : Taïwan est revenu aux fondamentaux en le modernisant. Il ne faut pas hésiter à plonger tête la première dans l’album pour s’en délecter. On y retrouve ce reggaetone qui fait mouche sans forcer, et ce dès l’ouverture de l’album (Faya cyaan done), on y rencontre aussi des bombes reggae roots cuivrées qui ne demandent qu’à s’apprivoiser (Dem a wonder).

Sans se prendre la tête, l’artiste a fait de la fête sa piste de danse et il y invite son auditoire : amateur de la grande époque jamaïcaine, Taïwan MC s’offre un périple aux quatre coins du genre et des tendances. Il aime le mélange musical et s’en imprégne avec facilité, que ce soit sur le dubby Bubblin’ (en compagnie de la sulfureuse Anouk Aiata) ou sur le ska de Judgement. On en profite pour donner une mention spéciale aux riddims, composés en majeure part par S.O.A.P. (Son On A Pitch) avec les renforts de Marc Pujol (percus), Matthieu Seignez (guitare, basse) ainsi que de Mr Raf et Brice Moscardini (cuivres).

Au-delà de ces morceaux qui font office de noyau dur, n’allez pas croire que Taïwan MC se repose sur l’héritage du passé pour bâtir son album. En s’entourant de MC’s français et internationaux, l’artiste a souhaité également conserver ses penchants hip hop sur son disque : Money in my pocket, avec Tumi au micro et Dj Nix’on aux platines, résonne à deux voies sur fond oldschool alors qu’un Murda sound, lourd comme la face sombre d’High Tone, est un sacré track de clôture avec les flow incisifs de Yousthar, Miscellaneous (entendu, entre autres, chez Fumuj, Chill Bump) et Cyph4.

C’est donc entre les genres et les époques que Taïwan navigue, peut-être à découvert, sans pour autant s’enfermer dans un style. Le morceau A mi lado en est le pur exemple : une sauce western et hip hop enveloppe le morceau qui se déguste à trois (Taïwan, Paloma Pradal et Miscellaneous). Après un petit remontant dub (Wobble ballad) et un shot claviers/dubstep (Big bag), nul doute, Taïwan MC a plus d’un tour dans son sac…

Ce « Cool & deadly » porte décidément bien son nom.

FICHE TECHNIQUE

Tracklist
1. Faya cyaan done (feat. Chinese Man)
2. Money in my pocket (feat. Tumi et Dj Nix’on)
3. A mi lado (feat. Miscellaneous, Paloma Pradal et Dj Idem)
4. Your lovin’ (feat. Anouk Aiata)
5. Dem a wonder
6. Judgement
7. Bubblin’ (feat. Anouk Aiata)
8. Big bag
9. Wobble balad
10. Catalina (feat. Paloma Pradal)
11. Murda sound (feat. Youthstar, Miscellaneous, Cyph4 et Dj Idem)

Album : 1er
Durée : 42 min
Sortie : 7 octobre 2016
Label : Chinese Man Records

Articles affiliés :

Critique scratch bandits crew 31 novembre

Scratch Bandits Crew « 31 novembre » (2012)

19 avril 2012
Critique Le Peuple de l'Herbe a matter of time 2012

Le Peuple de l’Herbe « A matter of time » (2012)

25 mai 2012

Ultra Vomit « Panzer Surprise ! » (2017)

9 mai 2017

Pas de commentaire

Donnez votre avis

Conception & réalisation : Cereal Concept