Chronique

Melbeat « Ethno city » (2016)

13 septembre 2016, Aiollywood
Melbeat Ethno City 2016

En attendant que la saison des concerts recommence, Le Musicodrome va continuer de vous amener aux quatre coins de l’hexagone pour vous faire découvrir les pépites du moment qui tournent en ce moment dans nos casques. Aujourd’hui, nous vous proposons un voyage aux côtés de Melbeat, groupe aphrodisiaquement métissé qui cherche constamment à mettre le feu aux poudres entre dub, electro et musiques orientales.

Très attentif aux récentes sorties d’ODG Prod ces derniers temps, c’est avec une curiosité réveillée que nous écoutons « Ethno city », EP de 5 titres fraîchement dévoilé la semaine passée. La présentation est aguicheuse, les influences sont  variées et la pochette attire l’œil. En tous cas après le très bon « Gao kuosan » de Melbeat en 2015, inutile de rappeler que le crew s’appuyait sur des bases dub solides. Empruntant des sonorités à l’Orient et au pays du Levant, Melbeat pouvait se délecter d’un ethno-dub puissant, un peu comme aux débuts des maîtres sorciers d’High Tone.

Quelques mois plus tard, c’est un « Ethno city » qui déboule dans sur nos machines et il semblerait bien que l’énergie live du combo transpire davantage sur ce nouvel EP. Melbeat évolue, s’affirme et tend vers une facette plus underground par rapport à leurs penchants dub plus qu’affirmés. Moins reggae que l’EP précédent, « Ethno city »  est le reflet d’une musique universelle qui efface les frontières, transmute les codes et les cultures. Toujours autant avide de voyages, Melbeat s’inspire des rencontres pour façonner ses morceaux et « Ethno city » trinque avec les styles en bousculant le genre.

Callipolis, track d’ouverture, en est le symbole le plus frappant : plus râpeux et plus digital, Melbeat vous amène dans des contrées du dub, là où la fusion rencontre la chaleur de l’Orient. Sonorités traditionnelles, apparition surprise d’une guitare acérée, les notes reggae font résonner la belle Callipolis qui ne demandait qu’à frémir ! Cette première surprise passée nous conduit en plein désert, Road for Heiwa, assommé sous un soleil de plomb. Cette envolée, bercée par les machines et les sitars, contraste le morceau en le saturant, peut-être un peu trop, mais le cocktail fait son petit effet.

Derrière l’envers du monde, Melbeat assume cependant ses embardées fantastiques : sur Washinbura city, le crew renoue avec les sonorités de son précédent EP, plus reggae/dub, avant de laisser les commandes aux machines. Melbeat digital, l’électronique au pouvoir, l’ethno city prend ici tout son sens. Ahimsa valley confirme le métissage, équilibré entre samples orientaux et machines, avant que Shanti York propose un aller simple en Inde.

Véritable melting pop autant culturel que sonore, Melbeat s’offre un « Ethno city » intéressant après avoir fait ses preuves sur « Gao kuosan ». Un style prolongé et enrichi qui sculpte les aspirations du groupe.

FICHE TECHNIQUE

Tracklist
1. Intro
2. Blurred foam
3. So long
4. Fantasy drop
5. Sociophobe within

Sortie : septembre 2016
Durée : 16 min
Genres : Dub / World / Fusion
Label : ODG Prod
Ecoute intégrale et téléchargement légal gratuit : cliquez ici (ODG Prod)

Articles affiliés :

Goulamas'k Resisténcia 2016

Goulamas’k « Resisténcia » (2016)

20 décembre 2016
Les nus Acte II

Les nus de retour, trente ans après !

13 avril 2016
la ruelle en chantier

La Ruelle en chantier nous envoûte encore, « Ici et maintenant » (2013)

2 avril 2014

Pas de commentaire

Donnez votre avis

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Conception & réalisation : Cereal Concept