News

« Sucer des cailloux » ou comment les Fatals Picards ont craqué

18 mars 2019, Aiollywood
Les Fatals Picards Avignon décembre 2016 Photos Nomades
Temps de lecture : 1’50

Le 26 avril prochain, un des groupes les plus allumés de la scène française présente son nouvel album, « Espèces menacées ». Pas plus tard que samedi dernier, les Fatals Picards en ont profité pour dévoiler un premier extrait, Sucer des cailloux. Attention, craquage en vue !

Refaire l’historique des Fatals Picards à chaque fois que Le Musicodrome en parle, ce serait comme se taper les étapes de contre-la-montre lors du Tour de France : en bref, c’est trop chiant ! Du coup, on va essayer d’être hyper synthétique : les Fatals Picards, avec Ivan, c’étaient des paroles réfléchisso-absurdo-rigolo où la musique était assez limitée (période 1997-2007) et les Fatals Picards, sans Ivan, c’est un groupe désormais décomplexé qui a fait de la musique avant tout… sans prise de tête (2007-n.c.). Souvent les puristes disaient qu’ils n’écoutaient pas les Fatals Picards pour leur musique (dans le sens de l’oreille musicale) mais plutôt pour le côté foufou… Dans cette version 2.0 des Fatals Picards, c’est justement ce côté « délire » qui s’est un peu fait la malle. Mais est-ce suffisant pour lâcher un groupe qui, faut être honnête, est très attachant !

Après un « Fatal Picard Country Club » (2016) qui se voulait déjanté mais qui manquait sérieusement de punch, les Fatals Picards reviennent donc avec un 9ème album à leur actif le mois prochain. Les questions vont bon train quant au contenu de son nouvel opus : vers quoi les Fatals Picards vont-ils bien pouvoir se diriger ? On sait tous que, sur scène, le groupe dispose d’une réputation solide qu’il démontre à chacune de ses sorties, mais encore faut-il arriver à se renouveler sans se lasser. Après plus de 20 ans de carrière, ces gars-là ne semblent pas vouloir descendre la pente. Et c’est tant mieux !

Curieux de voir comment les acolytes de Paul Léger allaient aborder ce nouveau virage, un premier indice nous était déjà parvenu peu avant Noël avec un featuring étonnant. En effet, c’est avec Lio qu’ils ont partagé le bout de gras à travers l’incontournable Banana split. Peut-être ont-ils été inspirés par leurs potes de Soviet Suprem qui avaient convié Laroche Valmont pour leur reprise de T’as le look coco, 35 ans plus tard. Ici, c’est donc 40 ans après que les Fatals Picards le (re)dégustent : sans le transcender, ils parviennent toutefois à s’inscrire dans la lignée de leurs habituelles rétro (Partenaire particulier, L’amour à la plage…).

Le premier « vrai » test, c’est celui dévoilé samedi : Sucer des cailloux. Le nom, n’est pas forcément très évocateur, difficile de savoir à quelle sauce on va être mangé. Puis tout bascule ! D’abord, Charline Vanhoenackeur pointe son nez. Surprise ! Ensuite, nous voilà valdingué dans un supermarché à déambuler entre les rayons… En mode absurde, les Fatals Picards se plieraient en quatre pour leur douce, quitte à traverser les époques, les clichés et tous les stéréotypes qui vont avec. Un morceau à l’ancienne dans l’esprit qui s’appuie sur leur expérience musicale. Une affaire à suivre de très près… et bravo à David Vallet pour ce clip.

Articles affiliés :

Papet J

Les « Sunshine vibes » de Papet J

26 août 2016
Azad Lab Cosmogonies Clip VCII 2018

Azad Lab en mode « Cosmogonies »

9 mai 2018

Arthis se lance et compte sur vous !

29 janvier 2015

Pas de commentaire

Donnez votre avis

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Conception & réalisation : Cereal Concept