Chronique clash

General Elektriks « Carry no ghosts » (2018)

12 février 2018, Yoncebe
Critique General Elektriks Carry no ghosts 2018

Le retour fracassant de General Elektriks en 2016 a fait office de boule de neige : sur la route de la tournée, l’acquisition du Prophet 5 a tout changé… « Carry no ghosts » et ses penchants vintage sont nés entre deux dates, au détour d’un studio et des envies d’ailleurs. Un nouveau tournant, une prise de risque et deux avis fleurissent sur Le Musicodrome aujourd’hui.

Plongée en eaux troubles (by Aïollywood)

Découvert à l’époque sur l’excellent « Good city for dreamers » (2009), Hervé Salters avait réalisé un véritable tour de passe-passe : avec sa griffe pop/electro si particulière, General Elektriks créait déjà sa marque de fabrique. Les synthés bouillonnaient, les compos se nourrissaient d’influences en tous genres et l’ambiance générale était carrément entrainante. Dans la foulée, « Parker street » (2011) façonnait un peu plus l’identité du groupe, encore plus riche en sonorités que le premier, tandis que le piano se taillait une part belle du gâteau. L’artiste, qui marqua sa plus longue pause, est alors revenu en 2016 avec « To be a stranger ». Le retour fracasse, les lignes de basse donnent un côté funky et groovy à l’album qui parvient à s’exprimer encore plus en live (impossible de ne pas écouter en boucle Angle boogie, pour ceux qui seraient passés à côté !). Amoureux de la scène mais aussi des figures incontournables de la pop de la fin du siècle dernier, General Elektriks se lance donc dans un nouveau challenge musical pour ce « Carry no ghosts ».

Ce nouvel opus frappe tout d’abord par son côté vintage. Rien que le titre d’ouverture, Different blue, renvoie aux fastes époques de Bowie, Prince et consorts. Le track est puissant, le rythme entraînant, General Elektriks démarre fort ! Armé du célèbre synthétiseur Prophet 5, l’artiste en profite pour proposer un sérieux voyage dans le temps… Façon rétro (Amour über alles), où le français s’invite doucement dans les oreilles, ce dernier va clairement s’incruster sans scrupule sur Au tir à la carabine. Très calme, la compo s’évanouit en un souffle… L’intensité baisse d’un cran (You took your time), l’élan est cassé (A dreamy disposition, De passage), il est bien difficile de palper l’adaptation de ces morceaux en live. Il faut baigner dans un Walk by the ocean pour relancer la machine mais le rendu sonore renvoie finalement vers des précédents opus. Si Don’t let it get you down injecte l’énergie nécessaire pour repartir de l’avant, il semble bien difficile de garder un certain équilibre au fil de ces 10 morceaux…« Carry no ghosts » est une petite déception, reste à voir à présent comment ces nouvelles créations seront interprétées en live.

L’avis de la convaincue (by Yoncebe)

General Elektriks c’est un parfait mélange de genres. Dans ce dernier album, ils reviennent plus motivés que jamais par la tournée du précédent album, avec des morceaux plein d’énergie mesurés aux harmonies d’un synthé flambant neuf.

Bien qu’une grande majorité de l’album soit rythmée de sons funk et électro propres à GE, les quelques morceaux aux tempos ralentis instaurent un climat particulier. Les rythmiques hip hop se lient parfaitement aux percussions et créent une atmosphère stressless et ultra cool comme dans « You took your Time » ou « A Dreamy disposition ».

General Elektriks c’est également, ne l’oublions pas, un projet musical français. Le leader du groupe nous le rappelle sur « Au tir à la carabine », un titre en français. Il parvient avec justesse à diversifier les sonorités sur ce morceau aérien. Cette prise de risque, vous l’aurez compris, divise. Mais être artiste n’est-ce pas avant tout explorer, renouveler et créer en mêlant les contraires ?

Sur « Carry no ghosts » Hervé Salters avait volontairement envie de revenir au feeling plein d’énergie que l’on peut ressentir lorsqu’on les voit en live, sans pour autant refuser de s’ouvrir à de nouvelles directions. Ne reste donc plus qu’une seule chose à faire pour nous départager…

General Elektriks est en tournée dans toutes la France à partir du 23 mars. Ils seront de passage au Festival de la Meuh Folle d’Alès (30) le 7 avril prochain ainsi que les 12 et 13 avril à La Cigale de Paris (75).

FICHE TECHNIQUE

Tracklist
1. Different blue
2. Never can get enough
3. Amour über alles
4. Au tir à la carabine
5. Walk by the ocean
6. You took your time
7. A dreamy disposition
8. Don’t let it get you down
9. I can’t relate
10. De passage

Sortie : 2 février 2018
Durée : 37 min
Discographie : 4ème
Label : Wagram Music
Genres : Pop / Rock / Electro

Pas de commentaire

Donnez votre avis

Conception & réalisation : Cereal Concept