Rétrospective

Volet 3 : Les albums qui nous ont déçu en 2013

9 janvier 2013, Machy

Et oui, entre les coups de coeur de chacun peuvent vite devenir les déceptions des autres. Beaucoup moins aisé que nos folies de l’année passée, place à présent aux déceptions de l’année. On zappe les albums qui nous ont laissés bien tièdes, en se concentrant sur ceux qui nous ont véritablement glacés. 

Pour Aiollywood
1) « Never Stop » de Babylon Circus : alors là, avec 3 votes sur 5, Babylon Circus décroche probablement la palme de la médiocrité en cette année 2013 avec son très décevant « Never Stop ». Après un parcours quasi-parfait jusqu’à « La Belle Etoile » (2008), Babylon Circus se faisait attendre… et on aurait préféré rester dans l’ignorance. Heureusement que le live est toujours à la hauteur.
2) « Random Access Memories » de Daft Punk : en parlant d’attente, celui-là en tenait une belle couche. Inespéré, ce nouvel album des Daft Punk, et que diable, quelle déception. Ok, l’effet rétro est réussi, l’album n’est pas bannir. Mais quel album linéaire ! Il s’est vite fait oublier… Retour raté pour le duo casqué.
3) « Outside The Box » de Lyre le Temps : un coup de maître en 2010 avec « Lady Swing », de grosses ambitions avec ce penchant jazz décidément à la mode ces derniers temps avec des influences électroniques et hip hop, bref, le second essai était un peu à quitte ou double pour LLT. Malheureusement le groupe s’apparente davantage à Maniacx, à coups de gros beats, un peu du réchauffé. Les espérances se sont subitement envolées !
4) « Everest » de Girls in Hawaii : fan de Girls in Hawaii et de ce magnifique premier album (« From Here To Here »), la sortie de leur troisième galette à l’automne dernier, sans leur batteur, Denis Wielemans, décédé tragiquement, laissait penser que l’avenir du groupe allait être en pointillé. Comme si on gardait ce souvenir noir, on se dit qu’il manque la touche créative du batteur. L’album est planant, presque atmosphérique, presque sévère même de le faire apparaître dans les déceptions de l’année, mais il n’a pas la même force de frappe de ses prédécesseurs.
5) « HIDE » de The Bloody Beetroots : « Romborama » (2009) était une bombe electro/punk, un cocktail corrosif démoniaque remplit de sueur… « HIDE » est certainement encore plus violent mais il en a fini par se perdre dans les méandres de toutes les influences musicales qui agitent. Extrêmement varié, absence de fil directeur, The Bloody Beetroots est allé mixer ce que font les autres. Indigeste.

Ret20132

Pour KristHeleim
1) « Reflektor » d’Arcade Fire, on attendait tellement mieux d’eux après l’excellence de leurs précédents albums, et là on en retient au final pas grand-chose à part des envies d’expérimentations peu poussées … à moins que ça soit la faute à la weed d’Haïti …
2) « Random Access Memories » de Daft Punk, quand l’excellence côtoie la banalité.
3) « Aleph » de Gesaffelstein, cohérence absente, des morceaux un peu inutiles parfois, c’est dommage parce que j’aime ce qu’il fait.
4) « Mosquito » de Yeah Yeah Yeahs, m’a laissé sur ma faim, les premiers morceaux sont excellents mais la seconde moitié très fade, vraiment dommage.
5) « Echogenetic » de Front Line Assembly, c’est un de mes groupes préférés, et pourtant je n’arrive pas à dire si cet album est bon ou mauvais, ils ont l’air d’avoir tenté de nouveaux sons, sans se les approprier en fait.

Ret20133

Pour Machy

1) « Never Stop » de Babylon Circus. Quand on s’appelle Babylon Circus, la sortie d’un album est très attendue surtout 4 ans après « Belle étoile » qui avait divisé. L’exercice « Never Stop » est réalisé avec maladresse. Il manque l’écriture agile et les mélodies reggae, ska et rock qui nous avaient inviter à faire de la place pour leurs albums.

 Ret20134

Pour Ptit Bapt

1) Babylon Circus : « Never Stop », quelques bonnes chansons mais beaucoup de grosses déceptions, musicales et au niveau des textes. Pas de réponse à l’attente immense de la suite de « La belle étoile ». 

2) Dub Inc’ : « Paradise », un bon cd, une bonne note pour Il faut qu’on ose mais sinon pas de nouvelles choses, du déjà vu dans l’univers de la Dub Inc’ et pas de textes aussi forts que dans les précédents albums !

3) Monsieur Roux : « L’illégalité joyeuse », pas un mauvais album, mais pas des textes aussi forts que lors des deux derniers albums, pas vraiment de grandes innovations.

Ret20135

Demain, volet n°4 avec la playlist 2013 (les morceaux de l’année de chacun)

Articles affiliés :

Volet 3 : La playlist 2015

31 décembre 2015

Volet 4 : la salle de concert à ne pas manquer

30 décembre 2016

Volet 1 : Les concerts de l’année 2014

29 décembre 2014

Pas de commentaire

Donnez votre avis

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Conception & réalisation : Cereal Concept