Live Report

Local Heroes avec Denuit, Marry Bailey et Derinëgolem à Paloma (Nîmes, 30) 15.02

29 février 2020, Photolive30

C’est à croire que Paloma choisit des dates stratégiques pour ses Local Heroes : après une précédente édition qui avait lieu le week-end d’Halloween, les organisateurs ont cette fois choisi celui de la Saint-Valentin pour faire résonner le rock’n’roll. Et c’est tant mieux !

Trois nouveaux groupes d’Occitanie venaient donc éclairer ce samedi soir nîmois. Le mot d’ordre pour ce 15 février est le duo et c’est toujours bon à savoir. En ouverture, c’est le tandem Denuit qui a lancé les festivités : d’emblée, on sent bien les notes techno dans l’univers plutôt cold wave du groupe. C’est plutôt saisissant : les sons envoyés sont hypnotiques, à la fois froids et pesants, premier pouce en l’air levé !

photos marry bailey concert nimes 2020

Marry Bailey

La suite est assurée par Marry Bailey : ici, l’invitation au voyage se fait à coups d’indie rock même si le côté pop est assez présent dans le tableau musical du groupe. Les thèmes abordés sont plutôt jolis et enlevés. Après la fureur du premier concert, on aurait pu craindre que le public lève le pied mais celui-ci a assez bien répondu. Nul doute, ça lui a plu !

Enfin, le dernier groupe de la soirée à boucler la boucle est un groupe qui avait déjà bien emballé un des photographes du Musicodrome, Olivier Scher : les sétois de Derinëgolem déboulent. D’emblée, on est sur des tons acid-folk, il faut comprendre par là que c’est un duo de fous furieux ! Le batteur tape comme un sourd, sec, et même s’il a peu de cymbales. De son côté, la violoniste réalise un show millimétré et déjanté. Ça mélange les styles, c’est foutraque et puissant, et l’accroche est immédiate.

photos derinegolem concert nimes 2020

Derinëgolem

Bref, ce Local Heroes a encore réservé de belles surprises dans ce Club qui n’affiche toujours pas complet pour ces soirées gratuites… mais force est de constater que depuis que ces soirées sont plus espacées il y a plus de monde qu’auparavant. Local Heroes not dead !

Crédits photos : Photolive30

Articles affiliés :

Los Guayabo Brothers au Taquin (Toulouse, 31) 11.05

22 mai 2018
Les escrocs à Barjac m'en chante

Barjac m’en chante, jour 4 : un peu de légèreté sous le cagnard (Barjac, 30) 31.07

1 août 2018

BAZR Festival – Jour 2 : à l’année prochaine… (Sète, 34) 08.12

17 décembre 2018

Pas de commentaire

Donnez votre avis

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Conception & réalisation : Cereal Concept