Live Report

Ultra Vomit et Tagada Jones au Rockstore (Montpellier, 34) 16.12

8 janvier 2018, Alexis

On ne les avait ni entendu ni vu sur scène depuis longtemps ! Les joyeux lurons d’Ultra Vomit ont décidé de revenir en force en réalisant une partie de leur tournée avec Tagada Jones. C’est au Rockstore de Montpellier (34) que le Musicodrome a pu apprécier la puissance de ces deux groupes.

On commence « doucement » le concert avec le quatuor punk engagé : Tagada Jones. Mené par la voix criarde du chanteur/guitariste Niko, le groupe chauffe la salle du Rockstore très rapidement… Des petits pogos se forment ça et là sur les airs de Je suis démocratie ou de Mort aux cons. Et oui, La peste et le Cholera sont à l’honneur !
Tagada met de l’énergie aussi bien dans ses textes que sur scène. Le groupe dénonce les injustices de ce monde en gueulant sur du son bien saturé ! Bref, du punk dans toute sa splendeur.

Une fois bien échauffés, c’est au tour d’Ultra Vomit d’enflammer la salle. Et quand on dit enflammer, c’est bien plus que ça. Il faut dire que le groupe sait se faire désirer… 9 ans de silence pour sortir un album explosif, « Panzer Surprise ! », il a fallu se montrer patient !

Avant de débuter, un line-check. Des roadies passent sur scène, accordent les guitares, donnent le « la ». En y regardant de plus prêt, quatre roadies sortent du lot : ils sont bien cachés derrière leurs sweat à capuche et leurs lunettes de soleil. Ça fait marrer le public. Et sans qu’on s’en rende compte, Ultra Vomit nous lancent Pour un mosh avec toi. Si vous étiez venus avec un ami dans la fosse, il y a de fortes chances que vous l’ayez déjà perdu car un énorme pogo s’est formé. Une chose est sûre, le Rockstore était réceptif ce soir-là !

Les meilleures chansons du groupes fusent. Du nouvel album, on retiendra La chenille qui a créé un mouvement de foule bien connue des mariages ; ainsi que Pipi vs caca qui a permis un ‘wall of death’ dans la fosse (ou mur de la mort pour ceux qui ont du mal avec l’anglais). Cette pratique consiste a séparer la salle en deux de sorte à avoir une allée. Au signal du groupe, un câlin collectif se forme (ou une charge nordique suivant l’esprit des gens dans la salle). Ça, c’est pour ceux qui ont du mal à visualiser la chose.

Des anciens albums, on a pu apprécier Je ne t’ai jamait autans aimer qui est probablement une des seules chansons « d’amour » du groupe. On peut également signaler Je collectionne des canards vivants qui fut agrémentée d’un invité surprise, Andréas Martin, pour le plus grand bonheur des fans.

Outre les chansons bien connues du groupe, un hommage à Johnny Hallyday a été mené par le batteur du groupe, Manard, rejoint par les membres de Tagada Jones. C’est pas tous les jours qu’on « pogote » sur Allumer le feu !

Si vous n’êtes pas adeptes des fosses, Ultra Vomit est un spectacle humoristique à lui tout seul. Outre les chansons, des blagues, des rires et des échanges bien plaisants ponctuent le concert. Quand le public est réceptif comme en ce soir de 16 décembre, c’est le gâteau sur la cerise.

Crédits photos : Facebook officiel d’Ultra Vomit

Articles affiliés :

LUKE dépeint le monde à Victoire 2 (Montpellier) 29.01

31 janvier 2016
Loic Lantoine et The Very Big Experimental Toubifri Orchestra

« Humain », c’est joli après tout ! Loïc Lantoine (Toulouse, 31) 04.2

9 février 2017
Agnès Bihl à Barjac m'en chante

Barjac m’en chante, jour 5 : de l’énergie et des amours malades à Barjac ! 03.08

4 août 2016

Pas de commentaire

Donnez votre avis

Conception & réalisation : Cereal Concept