Live Report

This Is Not A Love Song Festival – Jour 1 : un événement comme à la maison (Nîmes, 30) 09.06

12 juin 2017, Photolive30

Il y a des festivals qui sont notés d’une croix rouge tous les ans dans son agenda : le This Is Not A Love Song Festival fait partie de ces événements à ne pas rater. Pour sa programmation musicale bien sûr, toujours aussi surprenante d’une année sur l’autre, mais aussi pour son cadre et son ambiance. A Paloma, on a d’ailleurs l’habitude de se sentir comme à la maison.

Fin de semaine, on se démène, et malgré toute la bonne volonté du monde, il est difficile pour nous d’arriver à l’ouverture des portes. Petite déception pour débuter cette longue soirée en perspective. Yassassin et Goat Girl seront donc les premiers loupés de ce vendredi soir… mais le temps passé à trouver une place à proximité du site n’a pas vraiment aidé !

Lorsque le premier pied posé dans la belle Paloma, le contraste est saisissant : une fois encore, les organisateurs ont clairement mis le paquet pour transformer le site et son énorme parvis. La déco est top, elle est autant chaleureuse  que conviviale et on s’y sent bien. Au niveau scénique, cinq lieux clés se partagent les festivités : cinq scènes font vivre la musique tandis que le célèbre, club, rebaptisé la Loveroom pour l’occasion, ajoute sa pierre à l’édifice.

Le premier shoot se fera aux côtés d’Andy Shauf, à l’extérieur. Le canadien, avec ses influences folk tendances psyché, ravit les nombreuses filles présentes… mais pas que. Il faut bien reconnaître que le répertoire d’Andy Shauf est doux et mélodique.
Le rendez-vous suivant sera à la scène Flamingo pour les américains de The Growlers. Dans un registre clairement garage, nous cherchons un peu les notes psyché ou surf comme annoncé, mais le début du concert de Clan Edison nous attire vers le fameux patio de Paloma. Malgré plusieurs années de stand by pour le Clan Edison, ces retrouvailles revigorent l’esprit. Comme si, finalement, pas grand chose n’avait changé, Clan Edison a assuré. Les nombreux fans du groupe ont apprécié, forcément. Entre rock, blues et voix éraillée, ça a tapé.
 a
La suite des événements sera tout aussi bon : mention spéciale pour les agités de The Make Up, en mode bien énervés, très proche du public. Limite punk, les notes blues ont fait échos à des guitares saturées pour de nombreuses communions au niveau des crashes. A la fois drôle et corrosif, un régal !
 a
Après ses soubresauts, une petite pause au pays du soleil levant s’impose : changement de ton et d’ambiance avec l’invitation de Shugo Tokumaru et sa pop soupoudrée d’un nappage sucré. Un bout de concert vraiment intéressant par les sons à foison, particuliers certes, mais d’un calme salvateur.
Les morceaux de Flying Lotus nous attirent finalement de l’autre côté du site. Made in US, entre hip hop et electro, ce passage sera de courte durée… et nous préférons jouer la carte de la curiosité avec un petit nouveau issu de la scène UK, Shame. Et nous avons clairement bien fait ! Avec un rock solide et bien ancré, Shame aime la bière, le punk et les filles, et c’est plutôt entraînant !
 a
Voguant tranquillement vers le début de la nuit, Moderat s’impose. Déjà croisé chez nos voisins marseillais de Marsatac, les allemands en imposent toujours autant. En balançant un très gros son durant plus d’une heure trente, leur electro est très chiadée, le public est resté, et ça se comprend.
 a
Enfin, accroché à la grande salle pour voir le phénomène norvégien de la soirée, Turbonegro, il était quasi-impossible de rater la bombe annoncée de la soirée. Inconnu jusqu’à présent (pour nous en tout cas), Turbonegro a été un véritable rouleau compresseur. Résolument punk, maquillés façon barbares, ces gars-là n’étaient pas là pour faire dans la dentelle. Avec des influences des Stooges ou encore Alice Cooper, Turbonegro a tout décoffré. Et les murs s’en rappellent encore !
 a
Après un premier soir de haute volée, on attend avec impatience la suite du festival. Il faudra quelques heures dans le cornet pour repartir et un petit bain de fraîcheur pour affronter la chaleur annoncée.
a
Crédits photos : Photolive30

Articles affiliés :

Watusi, Sugar Bones et Azad Lab, un désir d’évasion au Métronum (Toulouse, 31) 01.04

5 avril 2016

Manu Galure et Imbert Imbert Chez ta Mère (Toulouse, 31) 20.11

26 novembre 2016
Debout sur le Zinc clôt le festival de Barjac m'en chante

Barjac m’en chante, jour 6 : un final de feu sous le chapiteau. 04.08

5 août 2016

Pas de commentaire

Donnez votre avis

Conception & réalisation : Cereal Concept