Chronique

La Cafetera Roja « One shot » (2017)

20 avril 2017, Aiollywood
Critique La Cafetera Roja One shot 2017

L’histoire de La Cafetera Roja est belle : dans les rues de Barcelone en 2008, des musiciens français, espagnols et autrichiens voient leurs routes se croiser. Avec leurs instruments à la main, ils se retrouvent dans la fournaise catalane et l’aventure démarre. Trois nationalités, quatre langues… et déjà un quatrième album qui est sorti dans les bacs le 31 mars dernier. Un parcours étonnant pour un album qui semble bien donner le petit coup de boost qui manquait au groupe depuis sa création.

Trois ans après « Refugi tape », La Cafetera Roja revient en musique avec « One shot ». 11 nouveaux titres pour asseoir un peu plus la marque de fabrique du groupe, là où les influences culturelles des uns et des autres font leur petit effet. Depuis ses débuts, La Cafetera Roja vogue sous différents horizons, entre hip hop, trip hop, pop, avec un penchant pour les musiques latines affirmé.

Sur « One shot », la bande a choisi de maintenir le cap du métissage sonore, avec un combo au chant qui percute toujours autant en compagnie du MC Anton Dirnberger et de la douce Aurélia Campione. La première dégustation laisse pourtant un goût différent en bouche : ce quatrième album endosse des sonorités beaucoup plus rock que sur les opus antérieurs avec une facette groovy qui pulse !

A l’image de Burn, le titre d’ouverture et aussi le premier single du groupe, La Cafetera Roja boue de l’intérieur : dans un calme totalement maîtrisé, un synthé s’occupe de la toile de fond tandis que guitare et violon se chargent de dresser le décors. En jonglant avec les mots et les couplets, le duo vocal embarque l’auditoire sans se poser de questions. Un melting pop sonore au sein même d’un morceau. C’était joueur… mais risqué !

On se dit que ces changements incessants pourraient venir perturber l’écoute et la déstabiliser. Pourtant, il s’agit aussi de reconnaître que le groupe offre une place particulière au genre trip hop dans cet opus. En aplanissant le terrain, chacun des membres se retrouve davantage au premier plan et ça, c’est plutôt une bonne chose. Dans la finesse et la maîtrise, on ne peut que se délecter de tracks tels que Sonnenbrand et Woman marqués par des ballades trip hop/hip hop qui laissent présager un monde sans haine et sans violence.

Là où les rencontres des styles épousent des notes nappées, La Cafetera Roja excelle : dans la continuité des tracks précédents, le flow aiguisé de MC Anton Dirnberger dresse les barricades de la fête, prêtes à être franchies, sur le détonant Make you sweat, en compagnie de Mr Gikko et du violon toujours aussi bon !  Avec un sérieux réservoir rock sous la pédale, La Cafetera déroule, sans rechigner, avec un progressif Sugar qui monte en puissance, prêt à exploser. Les interventions remarquées d’Hame Rek ou de Laurent Kebous (Les Hurlements d’Léo) sur Bohemia et Shadows nous convainquent de la dextérité du groupe, toujours plus poussée, toujours aussi profonde. Il ne manque plus qu’un Art for peace, un délice, pour tendre vers une effluve des sens et comprendre ce qui nous tombe au coin de la figure.

Dans un coin de l’esprit, impossible de faire machine arrière : les chaleurs latinos resurgissent, presque de nulle part, et nous remettent un coup (Mirate a los ojos). Pourtant le périple n’est pas encore terminé, La Cafetera Roja n’a pas dit son dernier mot. 4 her en remet une couche, entêtant à souhait, pendant que Fikus s’occupe de scratcher l’art et la manière.

Un dernier shot avant de partir, terriblement groovy et funk sucrée, avec One shot, et La Cafetera Roja a réussi son tour de force !

Après trois albums intéressants mais qui peinaient à se dégager du lot, ce « One shot » marque au fer rouge la griffe du groupe. Il symbolise aussi l’envie d’un groupe qui a envie de mélanger les genres mais avec parcimonie, tout en les bonifiant. Un des albums incontournables de ce printemps 2017, assurément !

FICHE TECHNIQUE

Tracklist
1. Burn
2. Sonnenbrand
3. Make you sweat (feat. Mr Gikko)
4. Woman
5. Sugar
6. Mirate a los ojos
7. One shot
8. 4 her (feat. Fikus)
9. Bohemia (feat. Hame Rek)
10. Shadows (feat. Laurent Kebous)
11. Art for peace

Durée : 43 min
Sortie : 31 mars 2017
Discographie : 4ème
Label : Green Piste Records
Genres : Hip Hop / Trip Hop

Articles affiliés :

Télégramme pochette album

Un Télégram avec de l’amour dans les ornières ! (2016)

21 septembre 2016
Chronique Skip the use Can be late 2012

Skip The Use « Can be late » (2012)

17 août 2012

« C’est la vie… », un petit trésor signé Gueules d’Aminche (2013)

30 janvier 2014

Pas de commentaire

Donnez votre avis

Conception & réalisation : Cereal Concept