Rétrospective

Volet 2 : les albums qui ont marqué 2015

30 décembre 2015, Aiollywood

Après les coups de coeur « concerts » pour l’année 2015, voici à présent le second volet de la rétrospective du Musicodrome avec cette fois les différents albums qui ont marqués les différents chroniqueurs… C’est bien entendu disparate mais il y a comme à chaque fois des albums qui se détachent (2/3). Restez connectés, demain, place au dernier volet avec le jukebox 2015 du Musicodrome.

Top 5 albums 2015 / Aïollywood

Choix très difficile cette année afin d’isoler seulement 5 albums pour ce top. Aucune hésitation possible pour les 3 premiers, par contre les autres… Zoufris Maracas, Les Sales Maj’, Faut Qu’ça Guinche, Ratatat, Boulevard des Airs tâlonnent de près cette sélection.

Les Cowboys Fringants « Octobre »
Il était particulièrement attendu et le groupe avait annoncé un retour plus festif, moins sombre, dans la veine de leur excellent « Break syndical ». Force est de constater que « Octobre » est un condensé d’énergie, de douceur, de noirceur, mais d’espoir aussi. Les québécois savent encore nous surprendre… Un régal ! (Chronique ici)

L’entourloop « Chickens in your town »
Après le projet de The Architect, qui a bien tourné, on se demandait si L’entourloop allait faire l’effet escompté. En usant les salles, la réputation scénique de L’entourloop se construit, s’affine, s’embrase. Les stéphanois finissent d’enfoncer le clou en sortant leur premier album, « Chickens in your town », condensé de hip hop/reggae/electro old school tapageur ! (Chronique ici)

Papet J « Raggamuffin vagabond »
Ses deux albums solo étaient originaux et intéressants, mais il manquait ce petit plus pour faire en sorte que l’accroche soit totale : avec son troisième album intitulé « Raggamuffin vagabond », Papet J est revenu aux sources du reggae, celles des débuts du Massilia Sound System, rudes et souples. Cet album raconte ses voyages et ses rencontres, faisant naître des envies d’évasion, son enfance ainsi que les maux de notre société. Un album qui s’écoute en boucle.

Luke « Pornographie »
Il était en sommeil depuis quelques temps et son retour s’est fait en toute discrétion. Pourtant, son « Pornographie » est une pépite, né des influences des grands frères, Noir Désir et Saez, où les sonorités, le chant et la force des mots puisent leur source. La pornographie de notre société vous sera crachée à la gueule en toute simplicité, les guitares suintantes aussi. (Chronique ici)

No One Is Innocent « Propaganda »
Là encore, cela faisait un petit moment que No One n’avait pas saisi. Comme pour Luke, c’est un groupe que nous avions un peu perdu de vue mais la sortie de « Propaganda », dans l’air du temps, nous a finalement attiré l’oreille. Le groupe, qui a pris l’habitude de sortir des albums en fonction des grands événements de l’actualité, a proposé un album qui s’en prend aux djihadistes et aux fous de dieu de tout bord ainsi que dérives de nos sociétés modernes. D’autant plus que, musicalement, No One nous propose un rock’n’roll bougrement énervé, digne de leur premier album. (Chronique ici)

Capture d’écran 2015-12-28 à 21


Top 5 albums 2015 / Bapt’

– Yves Jamait « Je me souviens » 
Du très très bon Jamait, qui continue de filer dans les vagues de la chanson sans rien perdre de sa saveur. De l’écriture à la musique, gorgé de vie et de tendresse, d’amour et de révolte. Sans aucun doute l’album chanson française de l’année. Indiscutable. (Chronique ici)

– Les Cowboys Fringants « Octobre« 
Mettre Les Cowboys ? Ne pas mettre Les Cowboys ? Après quatre ans d’attente, il était nécessaire d’être exigeant. Mais après trois ou quatre écoutes, le constat s’impose. Et  »Octobre » s’impose comme un des meilleurs albums de l’année. (Chronique ici)

– Zoufris Maracas « Chienne de vie« 
Il était difficile pour nos hippies préférés de nous sortir un album à la hauteur de « Prison dorée« . Ils l’ont fait. Dans un style différent, cet opus regorge de pépites, avec l’empreinte Zoufris Maracas, qui nous fait penser, relativiser, danser et nous révolter. Choisir « Chienne de vie » dans le top 5 n’était pas compliqué. (Chronique ici)

– Luke « Pornographie« 
Sans doute le choix le plus surprenant. Une première écoute qui brule les oreilles. On entend une musique, une voix et des textes qui sont du Saez. On le laisse de côté, on en dit du mal. On le ré-écoute, on entend du Noir Désir, du Nirvana. On le repose. On le ré-écoute une troisième fois, puis une quatrième, puis une cinquième. Malgré les similitudes c’est du très bon rock, et il en faut, aujourd’hui plus que jamais. (Chronique ici)

– Grand Corps Malade « il nous restera ça« 
Mettre un cinquième album ? Mission quasiment impossible. L’année a été réellement très riche. Je sors quand même ce disque du lot. Une densité de mots qui se fait rare aujourd’hui, une palette d’artistes qui offre leur talent sans rabais. Ce disque concept fait du bien à entendre, et à partager. (Chronique ici)

Capture d’écran 2015-12-28 à 21


Top 5 albums 2015 / Clémenstro

– Kendrick Lamar « To pimp a butterfly »

Kendrick revient avec un album époustouflant, après « Good Kid, M.A.A.D City ».  De « To Pimp A Butterfly« , on retiendra surtout sa diversité et son impact. De King Kunta à Institutionalized en passant par The Blacker The Berry, Kendrick opère un délicieux mélange des genres, notamment grâce à sa voix à la variation de hauteur exceptionnelle. Mais surtout, c’est le message qu’il délivre, repris en choeur par une grande partie des noirs américains, qui en fait un album référence.

– Tiken Jah Fakoly « Racines »

11 reprises de reggae roots, celui même qui a façonné l’esprit et la musique de l’ivoirien. Les featurings, la qualité instrumentale et le choix des reprises en font un très bel album. Bob Marley avait exaucé le voeu d’une Jamaicafrica. Tiken Jah l’a réalisé avec brio. (Chronique ici)

– Beirut « No no no »

Les tortures psychologiques du chanteur Zach Condon ont obligé Beirut à faire une pause. De retour, le groupe produit un album sans surprise mais toujours aussi beau. En l’écoutant dans n’importe quel transport, on se laisse emporter et on voyage à travers l’intemporalité de la musique de Beirut.

– The Libertines « Anthems for Doomed Youth »
The Libertines sont de retour ! Avec cet album, Carl Barat et Pete Doherty recréent le duo magique du rock anglais des années 2000. Très mélodieux, « Anthems for Doomed Youth »  rappelle aux beaux souvenirs de l’album éponyme et de Up the Bracket.

– Naâman « Rays of Resistance »

Plus roots que le premier album, le normand chante l’humanité et la force de chacun. Un album qui donne le sourire avec de très belles chansons comme Karma et Garden of My Destiny. (Chronique ici)

Capture d’écran 2015-12-28 à 21


Top 5 albums 2015 / Daff

– Les Sales Majestés « Ni dieu, ni maître »
En plus de les voir en live, on a dû, oui dû, acheter cet excellent 6ème, opus. Dans la lignée de « Sois pauvre et tais toi » ! On adore !

– ASM « The Jade Amulet »
A la limite du blues et du rap, un groove sympa et une histoire épique en filigrane tiennent en haleine tout au long de ce deuxième opus du groupe. Une belle réussite ! (Chronique ici)

– Boulevard des airs « Bruxelles »
Pleine maturité musicale pour BdA qui nous a régalé avec moult feeturing des plus réussis sur cet album ! Du rock et des cuivres, des refrains prenants et des mélodies au niveau, c’est musicalement dément. Textuellement ? Pas dégueu ! En bref, une terrible galette pour 2015. (Chronique ici)

– Zoufris Maracas « Chienne de vie« 
Il était difficile pour nos hippies préférés de nous sortir un album à la hauteur de « Prison dorée« . Ils l’ont fait. Dans un style différent, cet opus regorge de pépites, avec l’empreinte Zoufris Maracas, qui nous fait penser, relativiser, danser et nous révolter. Choisir « Chienne de vie » dans le top 5 n’était pas compliqué. Non, pas compliqué ! (Chronique ici)

– Grand Corps Malade « Il nous restera ça« 
Comment est-il possible de ne pas mettre dans le top 5 l’album que l’on écoute au moment de le rédiger ? On ne peut pas. Rien à jeter dans cet album qui ruine (il faut bien le reconnaître) celui de BdA en termes de feeturing encore une fois… La barre avait été placée haut, GCM l’a défoncée avec son album concept. Pour chacun, une, deux, trois ou quatre chansons sortirons du lot étant qualifiables d’emblée de sublimes. Les autres restant « juste » excellentes. (Chronique ici)

Capture d’écran 2015-12-28 à 21

Top 5 albums 2015 / Jackonthemoon

Un top 5 aux contours pas évident à dessiner. Seul le premier ne souffle d’aucune contestation. Le reste est très homogène et aurait pu être tout aussi composé de Yves Jamait, Zoufris Maracas, No One, Les cowboys fringants, Grand Corps Malade ou encore Luke.

La Gâpette « Après la pluie, la tempête »
Sans conteste la belle découverte de l’année. Une seconde galette pour ce jeune, et pour l’instant méconnu groupe, qui représente le futur de la scène rock-guinguette en France. Superbement, chaque titre de l’album va nous submerger comme des vagues, sous des airs d’accordéons, de banjo et de mots. Attention port du béret obligatoire. (Chronique ici)

Collectif 13 « 13 »
Ils plaisent ou non, certains trouvent cela trop léger dans les textes, d’autres pas assez poussé dans l’instru. Cet album reste tout de même un bon p’tit rayon de bonne humeur dans les albums de 2015. Ca s’écoute tout seul, c’est frais et file la banane ! En même temps, vu les artistes que ce collectif regroupe, on ne pouvait pas en espérer moins ! (Chronique ici)

Frédéric Fromet « ça fromet »
Ce qui est sûr oui, c’est que ça promet. Acerbe, simple et direct, le Frédéric Fromet jongle avec les mots tout le long de cet album. Toujours armé de sa guitare, comme sur France Inter, il va taper en poussant de rigolotes chansonnettes sur tout ce qui bouge ! A consommer sans modération, ça fait marrer, et ça a du sens. (Chronique ici)

Les Sales Majestés « Ni dieu, ni maître »
Leur sixième album. Malgré les disparitions regrettées d’Arno et Vlad, ils nous auront concocté avec le retour de Yves un sacré album. Le style reste le même, les thèmes sur lesquels ils tapent et crachent sont les mêmes, la hargnes et la rages qui habitent les textes sont les mêmes. Et c’est ce qu’il faut : que les Sales Maj’ restent eux mêmes et, pardonnez l’expression, dieu que c’est bon.

Les Hurlements d’Léo « Les Hurlements d’Léo chantent Mano Solo »
A défaut encore de mettre le sublime album de Grand Corps Malade et sa flopée de copains, on désigne le terrible album hommage des Hurlements dédié au défunt et enragé Mano. Super à écouter, révisité mais pas trop, l’essence même de Mano est là, mais ses cris sont repris en coeur avec les Hurlements par nombre de groupes et artistes engagés francophones. A défaut d’aimer la galette, allez les voir en concerts, c’est plein de rage et de vie.

Capture d’écran 2015-12-28 à 21

Top 5 albums 2015 / Machy

Malgré avoir fait une « bibi » (c’est-à-dire peu de chroniques), le cru des albums 2015 est excellent ! On peut mettre certains albums dans sa discothèque sans hésiter. Merci à eux.

– Zoufris Maracas « Chienne de vie »
L’album « Chienne de vie » est arrivé au bon moment. Que ça fait du bien d’écouter cet album ! Malgré tout ce qui est conté, c’est une vraie bouffée d’oxygène. L’écouter c’est remplir les poumons d’air pur au milieu de brouhaha citadin et de remplir son esprit de bonnes ondes. Ecoutez, vous verrez, la vie est belle ! (Chronique ici)

Les Cowboys Fringants « Octobre »
On l’attendait. On avait fait une croix dans le calendrier. On avait même mis les petits plats dans les grands pour l’écouter. C’était la fête. Quelle belle surprise ! Les québécois réalisent là un album tendre, bienveillant et joyeux ! Le sol bémol sera pour la distribution difficile sur le sol français. (Chronique ici)

Papet J « Raggamuffin vagabond »
Le « Raggamuffin vagabond » est un bel album emprunt de douceur et d’ouverture. Papet J nous rappelle qu’il faut rester à l’écoute et ouvert malgré les politiciens qui nous isole. Rester solides et solidaires tout en raggamuffin, c’est du génie ! Beau coup de coeur marseillais.

No One Is Innocent « Propaganda »
2015 a eu son lot d’événements terribles. « Propaganda« , dans la lignée de ces albums 2015, nous invite à ouvrir les yeux et ne pas laisser les bras. La voix toujours tonitruantes, les textes affutés, No One Is Innocent fait raisonner le rock français dans les chaumières. (Chronique ici)

Les Ogres de Barback « 20 ans »
En l’absence de P’tit Bapt’, je me suis délectée de cet album. Gros coup de coeur pour le cd avec les copains. On ne se lasse pas des Ogres. Mais maintenant il va falloir rendre son prêt au chroniqueur revenu des caribous… (Chronique ici)

Capture d’écran 2015-12-28 à 21

 

Top 3 albums 2015 / Photolive30

– FFS (Franz Ferdinand and The Sparks) « FFS »
On tient-là la fusion inattendue de l’année. En s’éloignant de leur registre habituel, on retrouve ici les Franz cotoyer l’univers fascinant des Sparks. Alors que l’on pourrait à s’attendre à un rendu carré et sérieux, on obtient quelque chose de drôle, sans prise de tête, pour le fun mais aussi le respect mutuel.

– Jeanne Added « Be sensational »

Explosif, tout en maîtrise. La grande découverte et claque de l’année.

Django Django « Born under saturn »

Bizarre, soit, mais terriblement planant. Ces anglais sont plus que surprenants.

 

Photl

Top 5 albums 2015 / Pierre L

Noel Gallagher’s High Flying Birds « Chasing yesterday »
Parce que l’aîné des frères Gallagher est le meilleur compositeur de brit rock de tous les temps.

Alabama Shakes « Sound & color »

Cet album contient tout, des balades sombres, des tubes dansants accompagné d’une voix de rêve. (Chronique ici)

Feu Chatterton! « Ici le jour (a tout enseveli) »

Un groupe qui monte, mondain, parisien, mais qui propose un je ne sais quoi de plaisant.

Eagles of Death Metal « Zipper down »

Parce que la vie c’est le rock est que cet album des Eagles of Death Metal la célèbre.

Wolf Alice « My love is cool »

Avec ce deuxième album de Wolf Alice, on se déchaîne en criant dans tous les sens, un régal.

 

Capture d’écran 2015-12-28 à 21


Top 5 albums 2015 / Tetex

– Israel Vibration « Play it real »
Après avoir sorti 25 albums en 39 ans d’activité, les immortels Wiss & Skelly remettent le couvert en 2015 avec un album qui vient taquiner leur top 5. « Play it real » est à l’image de leur vie : miraculeuse.

– Tumi & Chinese Man « The journey »
Que de titres savoureux dans ce nouvel opus à découvrir absolument. (Chronique ici)

– Saint Germain « Saint Germain »
Un album parfait pour accompagner vos dimanches d’hiver au coin du feu. Riche d’infuences internationales, le mélange des textures sonores donne un rendu original de paix chaleureuse.

– Flavia Coelho « Bossa muffin »
Des remixes intéressants pour un album fabuleux. Les inédits valent le détour à eux seuls.

– The Avener « The wanderings of the Avener »
The Avener revient fort en 2015 avec un album puissant aux mélodies simplement construites. Vous savez, cette justesse de choix qui rend l’enchainement mélodique évident. L’album nous rappelle un certain Berlin Calling sous certains aspects.

Capture d’écran 2015-12-28 à 21

Articles affiliés :

Volet 3 : La playlist 2015

31 décembre 2015
Mon Côté Punk Salon de Provence octobre 2016 Photos Nomades

Volet 1 : les concerts de l’année 2016

27 décembre 2016

Volet 3 : Les albums qui nous ont déçu en 2013

9 janvier 2013

Pas de commentaire

Donnez votre avis

Conception & réalisation : Cereal Concept