Chronique

Le Peuple de l’Herbe « A matter of time » (2012)

25 mai 2012, Aiollywood
Critique Le Peuple de l'Herbe a matter of time 2012

Entre deux festivals et les journées bien chargées, il est certain que le temps devient de plus en plus rare… Une chose est sûre, Le Musicodrome va tenter de rattraper toutes ses chroniques en retard… Aujourd’hui, place au petit dernier du Peuple de l’Herbe, « A Matter Of Time », sorti en début d’année 2012.

Si Le Musicodrome a manqué de réaction en tardant de publier son avis sur « A Matter Of Time », n’allez pas croire que le sixième album des lyonnais n’en vaut pas la chandelle. Plus de 14 ans d’existence, de télescopages de genres musicaux pour finalement traîner une grossière étiquette d’electronica. Les années ont passé, les albums aussi, tout fan de la première heure ne pourra s’empêcher de (re)penser aux deux immenses premiers skeuds (« P.H.Test/Two » en 2002 puis « Cube » en 2005) en essayant de garder le cap. Le cap, l’éternelle question que tout groupe de plus d’une décennie commence à se poser… Que faire ? Garder le cap justement au risque de se lasser ou se laisser dériver vers d’autres cieux ? La recette du succès réside dans le renouvellement, indéniablement. Sur « Tilt » (2009), on avait l’amère impression que « Radio Blood Money » (2007) s’était teinté de sonorités rock à n’en plus finir, préservant des mélodies qui faisaient mouche par le passé. Là où beaucoup ont défendu leur avant dernier protégé, nous avons toujours agité l’idée que l’album, excepté deux-trois hits, était insipide.

La rupture consommée, l’arrivée de « A Matter Of Time » laissait perplexe. Le Peuple de l’Herbe peut-il encore surprendre ses habitués ? Certainement. Ce « A Matter Of Time » n’est pas parfait, loin de là. Mais l’effort de se diversifier s’est affirmé. En effet, on va être certainement surpris d’entendre un New Day en ouverture sonnant bougrement oriental reposant amplement sur le flow de Sir Jean. Un peu plus loin, Mars, en featuring avec Marie Nachury (de Brice et sa Pute) emprunte un chemin punchy et surtout très pop que le groupe a très peu exploré. Entre les chœurs féminins et l’originalité du synthé, ce morceau se jouera forcément à quitte ou double pour les fans, mais l’audace n’est qu’appréciée.

En première ligne, ce qui marquera l’auditoire restera le côté groove assez prononcé de ce nouvel essai : laissez-vous bercer par la funk de Let Us Play et sa ligne de basse dévastatrice avant que Marc Nammour, MC de La Canaille, offre un récital hip hop sur les guitares aiguisées et les scratchs de l’excellent track Parler le Fracas.
Les univers, en perpétuelle mutation, continuent de se chevaucher : si le titre éponyme de « A Matter Of Time » peut paraître anodin à sa première écoute, il s’avère surtout être très noir, narré, où seules les machines déchirent cette atmosphère pesante.

Voilà, les dés sont jetés : une quasi-moitié d’album cherche à muter tandis que la seconde, plus familière, s’inscrit en pleine continuité musicale du crew. Sir Jean et JC 001 jonglent à tour de rôle et le flow varie selon les morceaux. Sur Jasmin In The Air, le pungle prend le pouvoir mais manque de force de frappe, tandis que Numbers se taille un costume pour la scène, percutant et surboosté. D’ailleurs, si Wooden Jam commence sur des notes de sitar, on ne peut qu’apprécier le délire digital et électronique qui rappellerait presque des envolées à la Prodigy. Enfin, sur Mothership, on retrouve cette symbiose implacable entre les machines et les cuivres avant de basculer dans des sons plus oldschool : à la fois sur Not A Test que 19., on semble se projeter dans de vieux samples de la discographie du groupe, là où les trompettes dictaient (presque) leur loi sur les machines…

Si « A Matter Of Time » n’est certainement pas l’album le plus marquant de la discographie du Peuple de l’Herbe, il reprend des sonorités singulières que son public sait apprécier. Pour ce qui est des morceaux un peu plus étrangers à l’univers du groupe, le Peuple a démontré que d’autres horizons les intéresser… En préservant une force de frappe certaine sur scène, « A Matter Of Time » mérite toute son attention.

Clip « Parler le fracas »

FICHE TECHNIQUE

Tracklist
1) New day
2) Mars (feat. Marie Nachury)
3) Mothership
4) Let us play
5) Not a test
6) Parler le fracas (feat Marc Nammour)
7) Moustache (skip 1)
8) Jasmin in the air
9) Numbers
10) Wooden jam
11) A matter of time
12) Tous les matins (skip 2)
13) 19.

Durée : 43 minutes
Album : 6e
Sortie : 16 Janvier 2012
Label : Discograph
Genre : Electronica 

Articles affiliés :

Critique l'entourloop nouvel album 2017

L’entourloop : une question de savoir-faire

4 octobre 2017
Shurik'n Tous m'appellent Shu 2012

Shurik’n « Tous m’appellent Shu » (2012)

10 mai 2012
Mogwai Atomic 2016

« Atomic », la pureté selon Mogwai (2016)

20 juin 2016

Pas de commentaire

Donnez votre avis

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Conception & réalisation : Cereal Concept