Merci Patron ! Les Sales Majestés « Les Patrons » (2000)

2 min de lecture

La sélection du musicodrome : Les Patrons.

L’autre jour on est allé se faire un p’tit tour à la sympathique nuit debout de Tolosa, franchement l’ambiance était bonne au capitole, la soupe était gratuite, les débats constructifs, et puis il y avait projeté en grand au milieu de la place le film de François Ruffin du journal Fakir : Merci Patron !

On est arrivé en plein milieu et on a pas tout compris au film, mais bon on a pensé à ce bon vieux titre sorti il y a 15 ans, par ce groupe ô combien apprécié sur le Musicodrome : Les sales majestés. Et surtout leur belle peinture de ces gens qui exploitent la force de travail des autres :  Les Patrons. Bon, vu le climat actuel et toutes les lois néo-libérales pro-multinationales qui se préparent, on a plutôt envie de la dédier aux grands patrons, actionnaires ou encore pdg de grosses firmes qui se font beaucoup de profits économiques sur le dos des autres. Bref on ne pense pas vraiment aux petits artisans évidemment.

Profitez bien des riffs accrocheurs et rageurs de LSM. Ça fait du bien. Après on entend déjà les critiques de cette thématique largement abordée dans le punk depuis les années 80. Mais bon si ça continue année après année, c’est qu’il y a une raison. Ouais ça ne va pas en s’arrangeant. On ne va pas trop s’épancher là-dessus tant cela pourrait être long, et puis c’est pas notre but.

Bonne écoute de ce classique ! Longue vie au punk.

 

Jack'

Jardins partout, musique tout le temps.
"Une société normalisée est à la fois répressive et rationnelle, mais la rationalité la rend plus normalisée et plus répressive. Dans cette perspective, rationalité, répression, normalisation, seraient indissociable" J.Dreyfus.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article précédent

Mo’ Kalamity pour une première au Divan du Monde (Paris, 75) 14.04

Article suivant

Sans avoir pris une ride, Karpatt se pare d’un magnifique Angora (2016)

Dernières publications

Yolamif « Ayna »

Le trio parisien Yolamif, bien connu pour ses lives chaud chaud chaud alliant rock et techno,