Bob Passion et Miel de Montagne au Rockstore (Montpellier, 34) 19.05

3 min de lecture

Festival de noms rigolos pour l’affiche de cette soirée de pop française qui valait le détour.

Ce n’est pas tous les jours que nous commençons une soirée avec un groupe au nom aussi mystérieux que Bob passion. Entré sur la musique des feux de l’amour, le musicien montpelliérain vient défendre son premier EP Mentalo sorti le 27 mai dans un style tout en nonchalance et légèreté. On navigue entre Mac DeMarco pour les textes et Metronomy pour les petites mélodies qui restent dans les oreilles. Parmi les caractéristiques du personnage, une certaine auto-dérision qui commence par des titres de chansons aux noms français mais chantés en anglais (ça ne s’invente pas). Bob passion revendique le romantisme et une certaine nostalgie. C’est effectivement ce que nous retrouvons dans ses chansons toutes en douceur. Il sera en concert sur la scène du patio de Victoire 2 vendredi 3 juin.

Après avoir plané sur ces quelques titres, nous avons le plaisir de découvrir sur scène Miel de Montagne que nous avions suivi en live streaming pendant le premier confinement (oui, on l’a tous fait au début). Lui aussi vient défendre son nouvel album Tout autour de nous, sorti au début du mois de mai. On sent également une certaine nonchalance de la part du chanteur qui débarque tout sourire sur scène en nous expliquant que c’est la première fois que cette formation joue face au public. Le show est franchement groovy, bourré de nappes synthétiques et bien soutenu par un public largement acquis à sa cause. D’ailleurs, c’est un spectateur qui grimpe sur scène pour chanter le titre Laissez-moi rêver au côté de Miel de Montagne, qui à ce moment là de la soirée est déjà torse nu suite au titre Pourquoi pas ? dans lequel on peut entendre « toi, quand je t’ai vu, je m’suis dit pourquoi pas vivre tout nu ? « . Et avec cet esprit proche de Philippe Katerine, on ne s’étonne pas de retrouver ce dernier sur le titre C’est dur où il incarne une sorte de père spirituel.

La soirée monte crescendo dans une ambiance disco avec l’imparable Trop vite qui fait bondir la salle à l’unisson. Et la soirée se termine dans la fosse avec un improbable Permis B bébé qui fait disparaître le chanteur dans la foule rassemblée autour de lui.

Pour conclure, nous avons assisté à une soirée qui file la pêche et la bonne humeur ce qui est plutôt précieux par les temps qui courent.

Crédits photos : Olivier Scher

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article précédent

Festival de la Meuh Folle 2022 (Alès, 30) 08.04 – part. I

Article suivant

Festival de la Meuh Folle 2022 (Alès, 30) 09.04 – part. II

Dernières publications

Makoto San « Fuji »

Tout fraîchement arrivé sur le label marseillais Chinese Man Records, Makoto San compte bien secouer le