Chronique

La Phaze « Fin de cycle » (2005)

22 mars 2008, Aiollywood
Album La Phaze Fin de Cycle 2005

Deuxième album pour les Angevins. Après un « Pungle Roads » plus que bon, La Phaze se doit d’imprégner sa marque. Pour son second essai, La Phaze tombe le masque. Telle une machine lancée à pleine vitesse, « Fin de Cycle » est un immense claque. Un brûlot électronique ravageur, bien loin des influences roots de son opus précédent. Un renouvellement musical qui marque déjà une rupture. Nette et profonde.

Il est indéniable de dire que « Fin de Cycle » est un des albums de l’année. Marquant, bluffant, cette galette est un concentré de hits. La Phaze, boostée par une monstrueuse tournée au Brésil en compagnie de Manu Chao, est visiblement revenue remontée. Si l’on peut difficilement parler de résurrection pour un groupe qui en est qu’à son second skeud, le trio s’est au moins posé : miné par le changement incessant de maisons de disques, La Phaze peut enfin travailler. Et pour marquer les esprits, elle a décidé de frapper un grand coup dans le panier de crabe. Agressif et salvateur, La Phaze a décidé de ne plus être malmenée.

Aux premiers abords, l’influence du jungle de « Pungle Roads » est moins forte, mais au contraire, La Phaze a décidé de prolonger le genre : le pungle, mélange de punk et de jungle, prend désormais le pouvoir. Et d’entrée, avec une instru lourde de sens en guise d’ouverture (« pasderepits@punglist.com »), La Phaze donne le ton : celui d’un album qui menace d’exploser de part et d’autres. Chargé de nouvelles influences (ragga, punk, électro, surf music, drum’n’bass), le cocktail est démoniaque.

Les morceaux, engagés, deviennent hurlant : « Nouveau Défi » est un hit ravageur, les riffs sont aiguisés et ne font que prolonger la transe provoquée par des beats percutants « tous, tous parés pour un nouveau défi… » ou avec « Assaut final » qui attaque ouvertement le Médef à coups de drum’n’bass. Côté texte, on reste dans le même esprit : ça martèle dans tous les sens. Surtout que le meilleur côtoie… le très bon. La Phaze nous happe par ce rythme à couper le souffle, frénétique, ne laissant aucun répit : « Dangerous Dub » chanté en arabe/français (avec un duo de Mouss et Hakim) et un « Dangerous » répété à intervalle régulier, avec guitare tonitruante et une électro qui s’y accorde à la perfection sur un refrain purement ragga.

Au rayon des dénonces, le monstrueux « Réalité à chaud » critique ouvertement la télé réalité dans un flow très hip hop tandis que « D&d Show » remet le couvert : guitare dévastatrice, sortez vos machines, la cadence s’accélère dans un fracas cuivré, Damny change de dimension.

Le reste du cd, plus instrumental, ne laisse pas non plus insensible : délires rock sur « L’embardée Fatale » répond en échos aux très réussis « Rude Boy » et « Scott », toujours portés vers les guitares mais avec une touche roots plus prononcée. Entre les penchants ragga sonnant plus oldschool (« Inside My Brain« ), La Phaze renoue avec des racines plus dub comme avant d’entamer un ultime rush : en clôture, La Phaze a mis les bouchées douches à travers « Colours ». Presque psychédélique, le chant de Nili envoûte la fin d’album.

C’est simple, La Phaze propose plusieurs ambiances : tout d’abord, une véritable tuerie dans sa première partie enchaînant titre enflammé sur titre enflammé, une deuxième où les deux parviennent à cohabiter allégrement et une troisième beaucoup plus axée sur la rythmique. Trois en un où chacun y trouvera son compte. Le tout est terriblement puissant. Le constat, lui, est implacable : sur 14 pistes et près d’une heure de son, La Phaze offre une galette sans temps mort où surtout rien n’est à jeter. Rien n’est laissé au hasard, chaque son apporte une nouvelle dimension aux tracks, le monde dans lequel nous vivons entrant ainsi dans une étrange métamorphose. Un régal, un coup de maître. Personne n’osera dire que La Phaze est en fin de cycle.

FICHE TECHNIQUE

Tracklist
1) Pasderepit@punglist.com
2) Nouveau Défi
3) Assaut Final
4) Dangerous Dub (feat. Mouss et Hakim)
5) Développement Durable pour Chômeurs de Longue Durée
6) Réalité à Chaud
7) D&d Show
8) L’embardée Fatale
9) Rude Girl
10) Rude Boy
11) Scott
12) Inside My Brain
13) Couleurs
14) Colors (feat. Nili)

Durée : 56 minutes
Album : 2e
Genres : Jungle / Punk / Électronique

Articles affiliés :

R-DuG

R-DuG « Elephant kush » (2016)

7 mars 2016
Critique Alestorm No grave but the sea 2017

Alestorm « No Grave but the Sea » (2017)

6 juin 2017
Shaka Ponk

Shaka Ponk, ou comment justifier son explosion en 2011

6 février 2012

Pas de commentaire

Donnez votre avis

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Conception & réalisation : Cereal Concept