Chronique

Jean du Voyage « Mantra » (2016)

25 octobre 2016, Aiollywood
Jean du Voyage Mantra 2016

Jean du Voyage. C’est un nom qui laisse bien rêveur… Après des années d’exploration, le beatmaker de La Rochelle a lâché la barre et rejoint la terre ferme. Chargé de souvenirs et de sonorités plein la tête, il a concocté « Mantra », son tout premier album. Une fois ouverte, peut-être sommes-nous tombés sur la boîte de Pandore…

L’écoute de « The closest EP » en début d’année 2014 avait déjà provoqué le même effet : il est impossible de rester insensible au charme de Jean du Voyage. Signé sur le net label de Jarring Effects, l’EP de 4 titres était déjà un petit bijou. Deux ans plus tard, l’artiste a bien fait le grand saut. Avec « Mantra », il ne fait pas que dévoiler son premier LP, bien au contraire : il vous ouvre les portes sur son monde, un monde fait de voyages et d’influences, là où le multiculturalisme se met au chevet de nos enceintes.

En une quarantaine de minutes, Jean du Voyage propose un met digne des grands sorciers croisés dans les bacs du label. Initialement seul avec ses machines, l’artiste s’est entouré de ses fidèles acolytes (Djéla, Pierre Harmegnies) pour embellir le tableau. Mais pas seulement. Il a su aussi collaborer avec Anaïs et ISLA pour diversifier les voix de l’album. Soucieux de préserver un équilibre sur les 11 titres réalisés, Jean du Voyage prône le métissage dans ses compositions. La délicatesse orne un album qui vous propulse aux quatre coins du globe qui défile à toute allure.

Ce voyage, à la sauce downtempo et trip hop, se consomme sans modération. A l’image de la première escale, Hara, Jean du Voyage démontre-là tout son savoir-faire. Les saveurs orientales envahissent les ondes avant que les basses retentissent, tout en douceur, pour une chaude envolée turntablism qui ferait presque rappeler les débuts de Birdy Nam Nam. De titre en titre, le détachement est progressif et l’artiste prend les commandes de l’évasion : Anitya est une invitation qui ne se refuse pas, une ode à la découverte des autres et de soi, avant que ses autres créations ne lui emboîtent le pas. Temple, nacré, nous offre un peu de répit dans ce monde torturé avant que Sensitive, élixir semblable à Prana dans la construction, laisse la part belle à la clarinette au beau milieu des scratches et des beats.

Si l’étiquette « ethnique » ne sera pas collée sur l’artiste, les tracks parviennent à dégager le constat de richesse musicale qu’a Jean du Voyage dans sa valise. Un bon exemple est Khanti : entre une balade indienne agrémentée d’instruments traditionnels, l’escapade prend une soudaine allure dub entremêlée de percussions. Planantes, les sonorités prennent encore plus de la hauteur sur Maya, compo métisse-hybride percutante accompagnée par les fameux carillons du beatmaker.

« Mantra », une expérience partagée

C’est donc entre terres et océans que Jean du Voyage explore les recoins du monde. Mais pour retranscrire tout ce qu’il a vécu, de nombreux morceaux doivent se partager. Comme des délices ne se dégustent pas tout seul, la sulfureuse ISLA se charge de répandre ses belles notes sucrées sur l’abstract hip hop de Om, à la manière d’un Portishead inspiré. En prenant de la hauteur, Djélà et Pierre Harmegnies apportent leur pierre à l’édifice, un édifice construit à l’aide d’influences jazzy addicts (Blue moon) ou de sonorités terriblement entêtantes et brumeuses sur Shanti.

Au fil des notes, Anaïs apparaît, dans un éclair, pour sa promenade trip hop (Remembering), avant que l’album ne s’évanouisse en un souffle. Le bruit des vagues résonne encore… et il ne restera que l’écume pour se rappeler de « Mantra » (Walk).

Le magicien Jean du Voyage a réussi son coup. Dès son premier album, il est parvenu à capturer un petit bout des cultures et des traditions qui fleurissent sur nos continents pour les sublimer. Un album à la croisée des voyages, un album pour rassembler les gens.

Clip « Khanti »

FICHE TECHNIQUE

Tracklist
1. Hara
2. Om (feat. ISLA)
3. Anitya
4. Blue moon (feat. Djéla et Pierre Harmegnies)
5. Shanti (feat. Djéla et Pierre Harmegnies)
6. Temple
7. Sensitive
8. Khanti
9. Maya
10. Remembering (feat. Anaïs)
11. Walk (feat. Pierre Harmegnies)

Durée : 39 min
Album : 1er
Sortie : 21 octobre 2016
Genres : Downtempo / Trip hop
Label : Jarring Effects
Prochains concerts : ici

Articles affiliés :

Un voyage au hasard de la poésie, avec Barrio Populo

30 septembre 2016
Deluxe The Family Show 2013

Deluxe « The family show » (2013)

17 septembre 2013

Asian Dub Foundation « More signal more noise » (2015)

28 juillet 2015

Pas de commentaire

Donnez votre avis

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Conception & réalisation : Cereal Concept