Chronique

Deluxe « Polishing Peanuts » (2011) -EP-

14 janvier 2012, Aiollywood
Critique Deluxe Polishing Peanuts 2011

Deluxe, ou comment le destin de six jeunes aixois est en train de basculer. Repéré par l’excellent label marseillais Chinese Man Records, Deluxe vient de sortir son premier EP, « Polishing Peanuts », il y a deux mois. D’entrée, c’est une grosse claque.

Deluxe, c’est l’histoire de cinq potes originaires d’Aix en Provence qui décident, après le bac, de tout abandonner pour se consacrer entièrement à la musique. Difficile, diront certains, osé, diront d’autres, mais dans tous les cas, un premier maxi sort en 2008 : « That’s All Folks ». Les apprentis sorciers partent donc sillonner les rues et bars d’Aix-en-Provence avec une petite valise de sons. Rapidement, le quintet reçoit une première distinction régionale : ils remportent le concours Class’Eurock, un tremplin musical en région Provence-Alpes-Côte-d’Azur. De ce fait, une paire de dates s’enchaîne à l’étrangers (Italie, Allemagne) et surtout dans les Bouches du Rhône. Et fort de ce succès, un nouveau maxi voit le jour en 2009 : « All Over The Country ».

En arpentant les petites salles régionales, la nouvelle sensation locale finit par atteindre les oreilles du grand maître chinois, Chinese Man. En 2011, la signature de Deluxe sur leur label, Chinese Man Records, fait office de tournant : le 28 novembre dernier, le premier EP, « Polishing Peanuts », se paye une sortie nationale. On ouvre grands ses oreilles et on écoute…

Le moins que l’on puise dire, c’est que Deluxe, d’entrée, est bien encadré : sa signature sur le label Chinese Man Records est une véritable aubaine ! Les cinq aixois bénéficient, en appui, de l’apport des Mc’s qui sévissent au sein de la maison chinoise : Taiwan Mc, Plex Rock ou encore Cyph4, bien connus pour assaillir les compos de Chinese Man sur leurs différents albums, donnent le ton. Des gars déjà bien rodés pour caractériser les cinq titres de cet EP, voilà l’impression qui s’en dégage.

Le style, aiguisé, est déjà bien trempé et la recette, elle, astucieuse ! Deluxe produit un son assez varié, proche de l’urban jazz, à mi-chemin entre le hip hop, le jazz et la funk. Mais au cœur des compositions, les influences sonores vont de tout bord : pour dire, le groupe se compose d’un piano vintage, de MPC, de caisse claire, d’un saxo, d’une contrebasse, d’une trompette, d’un guitare et d’une basse…
Sur le premier titre, Never Lose, Deluxe utilise des samples des maîtres du jazz en proposant un son déjà efficace : les scratchs de Zé Matéo de Chinese Man répondent au flow tortueux d’Adam Turner de Beat Assaillant, où la marque « jazzy » de Deluxe enrobe, avec malice, la compo.

Après cette entrée en matière réussie, Superman enfonce déjà le clou : vieux phonographe à la sauce Chinese Man où la funk prend, musicalement, le dessus. Quant au riddim, les Mc’s Taiwan et Plex Rock se renvoient inlassablement la machine qui prend des allures très raggamuffin. Plex Rock, au flow implacable, confère une dimension intéressante au morceau : taillé pour le live, « i’m a superman » risque de devenir l’étendard maison de Deluxe.

Le track Polishing Peanuts, lui aussi, vaut son lot de cacahuètes : la voix suave de la chanteuse LillyBoy, qui a rejoint définitivement le groupe tournant désormais à six, offre une première ballade plus trip hop à l’ensemble. Mais cette fois-ci, c’est le Mc Cyph4 qui prend le relais dans une ambiance très métissée. Sur Pony, le côté festif reprend ses droits : jazz et funk se mélangeant pour pousser à claquer des doigts sur ses « are you ready ? » quand l’électronique paraît être maîtrisée dans une explosion de cuivres.

Enfin, sur Mr Chicken, on se laisse une dernière fois emporter dans les méandres de la voie féminine de LillyBoy, petit tour dans les années 50’s, avant de rentrer à bond port : ça swingue, ça pulse et c’est groovy. Que demander de plus ?

Une chose est claire : sur seulement 5 titres et 18 petites minutes, Chinese Man Records vient de repérer un groupe qui ne tardera pas à faire parler de lui… Pensant que Deluxe serait, de près ou de loin, proche de Chinese Man, le groupe arrive à se forger déjà une identité. D’ailleurs, disons-le sans ménagement : les disciples Deluxe ne cherchent pas à s’inspirer de leurs maîtres, l’Esprit Zen est bien exigeant que ça : groovy, hip hop et esprit jazzy ne font qu’un, Deluxe a sa route toute tracée.

Après ce premier EP franchement réussi, l’album est désormais attendu au tournant : après nous avoir imprégné de ses cinq titres, Deluxe est source d’espérances. Avec un son déjà abouti, le meilleur est probablement à venir…

FICHE TECHNIQUE

Tracklist 
1. Never Lose (feat. Beat Assaillant)
2. Superman (feat. Taiwan MC et Plex Rock)
3. Polishing Peanuts (feat. Cyph4)
4. Pony
5. Mr Chicken

Durée : 18 minutes
Album : EP
Sortie : 28 novembre 2011
Label : Chinese Man Records
Genres : Electro / Jazz / Hip Hop

Articles affiliés :

Scratch Bandits Crew « Stereo 7 » (2015)

19 mai 2015
Critique Git Imagination 2011

GiT « Imagination » (2011)

3 février 2012

El Gato Negro « Cumbia libre » (2015)

8 septembre 2015

Pas de commentaire

Donnez votre avis

Conception & réalisation : Cereal Concept