Local Heroe #4 : Ubikar, Mr Parallèle et Jungle Box à Paloma (Nîmes, 30) 31.03

2 min de lecture

4ème soirée 100% pur jus du côté de Paloma avec ses traditionnels Local Heroes qui propose en ce jeudi une soirée aux éclectique avec trois groupes aux univers différents : Ubikar, Monsieur Parallèle et Jungle Box.

Un petit coup de gueule est nécessaire avant de débuter les hostilités : c’est vraiment dommage de voir la faible affluence de cette soirée tant les Local Heroes sont de qualité. Les soirées sont gratuites et chacune réserve son lot de surprise… Il est rare de repartir d’un Local Heroes sans avoir été sous le charme d’au moins un des groupes programmés !

Monsieur Parallèle, ce soir, a été le premier à ouvrir le bal. La musique est bonne, l’équilibre aussi, il tient bien son statut d’ovni de la chanson française avec ses envolées poétiques décalées. Gentillet mais idéal pour lancer ce Local Heroe.

La suite est assurée par des groupes trop peu nombreux dans les Local Heroes, Jungle Box, aux tendances world. Mais ne vous faites pas berner par une vulgaire étiquette de style, le trio composé d’un malien, d’un américain et d’un corse est clairement épatant. Le set regorge de sincérité, les genres épousent la salle qui se laisse entraîner par l’énergie dégagée. Les musiques du monde, métisses, partent à l’encontre du rock et de l’électro. Jungle Box est la première surprise de la soirée.

La seconde viendra sans conteste par Ubikar qui a lâché un véritable tapis de bombes sur Paloma. Nous les avions vu en coup de vent lors de la dernière édition de l’Aluna entre deux rampes de skate, les conditions étaient cette fois réunis pour honorer ce rendez-vous. Ubikar, c’est un mur de son qui s’abat sur l’auditoire. C’est une furie contrôlée, d’une précision parfaite, un état d’urgence rabaissé à un rock épuré, rageux et progressif matraqué de machines électroniques.

Crédits photos : Photolive30

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article précédent

Sans avoir pris une ride, Karpatt se pare d’un magnifique Angora (2016)

Article suivant

Faada Freddy : Du respect dans la musique

Dernières publications

Yolamif « Ayna »

Le trio parisien Yolamif, bien connu pour ses lives chaud chaud chaud alliant rock et techno,