Harold Martinez et Olivier Gotti au Quai des Arts de Sommières (30) 18.03

2 min de lecture
Crédits photos : Photolive30

Rendez-vous atypique pour endroit atypique du côté de la cité de Sommières dans le Gard en ce samedi soir. Même si nous avons l’habitude de suivre quelques unes des envolées de Harold Martinez, cela faisait déjà un petit moment que nos routes ne s’étaient pas croisées.

Arrivée tranquille avant le top départ de cette soirée. L’endroit est fort sympathique à Sommières, l’ancienne gare a été superbement aménagée. L’accueil de l’équipe est des plus sympa, la restauration est bonne, généreuse et surtout peu chère.

Du côté de la musique, l’ouverture est assurée par Olivier Gotti. Armé de sa lap steel, il est clair qu’il faut aimer le style, mais il est toutefois évident que le gars est doué. Avec une bonne heure de set, il nous a baladé !
La suite est assurée par les Harold. Aucun doute, les nîmois sont en pleine forme. Ce soir, les Harold Martinez nous offrent une tracklist qui mélange les deux premiers opus du groupe, « Birdnum » (2012) et « Dead man » (2014). Les notes sont toujours aussi rock, très blues, très vives.
La voix est suave, rocailleuse, embrumeuse. Mais ce fut aussi l’occasion pour le groupe de faire passer au révélateur du public quelques nouveaux morceaux : en effet, Harold Martinez compte sortir son troisième opus d’ici la fin de l’année. Ces nouvelles compos paraissent plus noires, plus brutes et le public a été conquis. Tant mieux, nous aussi ! On attend désormais la suite avec impatience…

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article précédent

Les Pistons Flingueurs et des cuivres plein les oreilles ! (23.03)

Article suivant

Omar et mon accordéon : « Amis amant aimant »

Dernières publications

Makoto San « Fuji »

Tout fraîchement arrivé sur le label marseillais Chinese Man Records, Makoto San compte bien secouer le