Chronique

Scratch Bandits Crew « Stereo 7 » (2015)

19 mai 2015, Aiollywood

Voilà 3 ans que les lyonnais se faisaient attendre… Il faut dire que « 31 novembre » avait déjà suffisamment mis l’eau à la bouche. Éclipsés jusque-là par la l’omniprésence médiatique d’autres « scratcheurs » tels que C2C et Birdy Nam Nam au moment de sa sortie, les Scratch Bandits Crew se sont montrés patients. Nul doute que ce « Stereo 7 » rende aux Scratch ce qui leur appartient. Enfin ! 

L’art du turntablism dépasse le simple jeu des platines. Surtout quand il se joue à plusieurs mains et en rythme. Sur ce deuxième LP, le nouveau duo est reparti de zéro. Dans l’ombre d’artistes plus au devant de la scène, on s’est toujours dit que les Scratch, sans trop comprendre pourquoi, manquaient de visibilité. Pourtant leurs amateurs sont de plus en plus nombreux, mais il manque quelque chose. N’ayez crainte ! La signature sur le label Chinese Man Records devrait être le tremplin espéré pour un groupe qui ne cesse de monter en puissance. Entourés sur cet opus de MCs que l’on a habitude de rencontrer aux côtés de Chinese Man (ASM, Youthstar, Taïwan, Cyph4…), les lyonnais sont sur le point de dépasser la barre de lancement. Et quand on voit comment le label chouchoute ses artistes et arrive à les propulser (regardez le groupe Deluxe !), le moment est certainement venu pour Scratch Bandits Crew.

Les premiers extraits de ce nouveau LP, dévoilés sous l’EP « Soundboy » le 1er décembre dernier, affichaient déjà les grandes lignes de « Stereo 7 ». Les amateurs de « 31 novembre » ne pourront qu’adhérer à ces 11 nouveaux titres. La recette, maîtrisée, est toujours aussi bien équilibrée. On retrouve cet électronique marié au hip hop urbain, teinté de ce penchant underground qui galvanise les compos. En effet, on reconnaît d’entrée la griffe de Supa-Jay et Syr sur Surround me, marqué du seau de Scratch Bandits Crew avec les scratches, le piano entêtant et les traditionnels samples jazzy que le duo affectionne tant ! Agrémentée d’une petite touche reggae surprenante au milieu d’ingrédients que l’on connaît déjà, la suite va dévoiler des atouts beaucoup plus personnels. Sous la houlette de Chinese Man Records, les tendances hip hop occupent désormais une place de premier choix. Des MC’s d’envergures nationale et internationale prennent ainsi le micro pour allumer la mèche.

D’abord embarqué par le duo féminin Gavlyn et Oh Blimey (Do it do it), le flow de cette compo donne le ton : ça tape, c’est rugueux, c’est digital, on commence à sentir que les Scratch prennent leur aise. Et cette liberté sur les compos, l’enveloppe hip hop la transforme ! Les morceaux à featuring dépassent les frontières que les lyonnais avaient précédemment dessinées : So raw avec Blitz The Ambassador et Cyph4 et Heat on (Blake Worrel, ex-Puppetmastaz) résonnent un peu trop rap US pour être dégustés en une seule bouchée, mais les trois autres feats sont plus sucrés.

En ligne de mire, les londoniens drédeux d’A State Of Mind font, comme d’habitude, mouche sur Algorithmic. Ce flow inimitable colle une nouvelle fois à merveille sur les embardées électroniques des Scratch Bandits Crew, eux qui ont déjà posé leurs voix sur des tracks de Chinese Man et de Deluxe. Le constat est implacable avec les habitués de la maison mère, Taïwan MC et Youthstar, sur le très saturé et notes dubstep de Loosin’. Les machines ronronnant, la place est faite pour un autre tour de force, W.Y.O.T, plus fidèle cette fois à l’univers des Scratch, en compagnie de Fowatile.

En marge de ces nombreux invités, les Scratch Bandits Crew n’ont cependant pas abandonné leur penchant hybride pour les mélanges savants électroniques qui nous avaient émerveillés sur « 31 novembre ». Les incontournables séquences instrumentales sont donc toujours au rendez-vous. Qu’ils haussent le ton (Soundboy) à coups de bass music ou qu’ils embellissent le ciel le temps d’une envolée jazzy à souhait (Blank), les machines des lyonnais n’ont rien perdues de leur puissance. On aime, encore et encore, cette douceur qu’ils savaient subitement imprégner aux compos, comme sur Goodbye, où les beats se retrouvent caressés par les ondes, prêts à atteindre une altitude sphérique. Scratchées, presque symphoniques, les notes se retrouvent en suspension au dessus de nos têtes… Cette chrysalide délicate ne tardera pas à se craqueler sous Over, nouveau petit bijou valsé entre claquettes et clavier lancé à pleine allure.

Ballotté dans ce métissage sonore, on aimerait naviguer plus longuement dans les méandres électroniques que les Scratch Bandits Crew nous créaient dans leur nouvelle stéréo.

Clip « Soundboy » / Brusk aux graphiques

FICHE TECHNIQUE

Tracklist
1. Surround me
2. Do it do it (feat. Gavlyn & Oh Blimey)
3. Soundboy
4. So raw (feat. Blitz The Ambassador & Cyph4)
5. Blank
6. Heat on (feat. Blake Worrell)
7. Goodbye
8. Algorithmic (feat. ASM)
9. W.Y.O.T (feat. Flowatile)
10. Loosin’ (feat. Taïwan MC & Youthstar)
11. Over 

Durée : 42 min
Album : 2ème
Sortie : 18 mai 2015
Genres : Electronique / Hip Hop
Label : Chinese Man Records

Articles affiliés :

Chronique Skip the use Can be late 2012

Skip The Use « Can be late » (2012)

17 août 2012

Hildebrandt : un premier album qui part dans le vent

5 octobre 2016
The Inspector Cluzo Rockerfarmers

The Inspector Cluzo : un bel objet pour les Rockerfarmers !

27 février 2016

Pas de commentaire

Donnez votre avis

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Conception & réalisation : Cereal Concept