Chronique

Rêver la Liberté Chérie, avec Les Yeux d’la tête (2016)

2 mars 2016, P'titBapt

Les Yeux d’la tête sont de retour, avec en tête de faire swinguer et danser tout en faisant réfléchir, comme ils le font depuis 2006. Après un EP « I don’t speak english » en 2014, le groupe sort de son chapeau une belle « Liberté Chérie », le 4 mars, qui se gorge de seize titres éclectiques pour étonner et confirmer les espoirs mis en eux ces dernières années.

digipack_2_volets_1CD_1livret

Alors oui Liberté Chérie s’offre sans far, dans un titre clamant une liberté vue et revue. On peut s’interroger à la lecture du titre de l’album, tant ce mot est banalisé et détourné de son sens original aujourd’hui. Les Yeux d’la tête lui redonnent son vrai sens, un sens de  partage, de révolte et d’émancipation du monde trop carré qui nous entoure.

Cet album est l’occasion de passer des coups de gueule, et ces coups de gueule là font du bien. Le titre éponyme de l’album propose une vision faussement désabusée du monde qui nous entoure, saupoudré d’un appel au voyage. Il faut rêver accroche les tripes comme rarement, au moment où notre société se construit de plus en plus en marge des rêves, qu’ils soient individuels ou collectif. Une gifle qui nous ramène sur terre et nous fait du bien.

« Il faut rêver, rêver encore, et rêver de plus belle. Il faut rêver tellement fort, que nos rêves nous réveillent »

Engagé, nous disions donc : la vision du monde offerte sur Entre chez moi détonne. Oscillant entre différentes musicalités, cette chanson ouvre des portes, à l’heure où le monde dresse des murs. J’crois plus en l’homme est de la même veine, un coup de gueule généralisé, dans le plus pur style des chansons vindicatives et intelligentes, chacun en prend pour son grade, quelle que soit la religion, les origines ou les principes, l’homme n’est plus un moteur d’espoir. Pour ça, cette chanson est à graver bien au chaud, au fer rouge du fond des encéphales !

Musicalement on retrouve le peps du groupe, qui ne s’est pas trahi au cours des dernières années. Le côté swing qui existait sur « Danser sur les toits » est toujours présent, et jamais ne s’est atténué. Et le groupe jongle à merveille entre la chanson populaire, les paroles réfléchies et la musique gipsy, pour un tout qui colle aux oreilles et délie les bouches les plus tendues.

La poésie, dosée parfaitement et loin d’être surfaite, imprègne l’album. Liberté Chérie en est emplie, tout comme Hasta la vida ou Le feu sacré. Il est indéniable qu’on retrouve sur cet album quelques chansons qui vont rapidement devenir des incontournables du groupe.

Les amants de ma femme claque comme un coup de fusil, à travers cette chanson humoristique et percutante comme ils savent si bien les concocter, Les Yeux d’la tête semblent avoir fait le lien entre La Rue Ketanou et Georges Brassens. On ne sait pas dans quel moule les fondre, mais en définitive, leur place leur va à ravir ! Ils ont bon goût, c’est déjà ça !

Les influences des Balkans sont plus présentes que jamais, les guitares et les cuivres n’attendent pas le feu vert pour se lâcher, et « Liberté Chérie » est la juste continuité de Muzica ou Ma Bande, avec Kezta, Balkan Boogie ou Tout ça c’est d’ta faute. A la première écoute de l’album on a envie de danser,  de rire, d’écouter et de sourire. Les écoutes suivantes ne font qu’amplifier cet effet pour arriver à un cocktail détonnant de bonne humeur, sans jamais tomber dans la mièvrerie, la fausse révolte ou la musique trop lisse.

Incontestablement, cet album marque le début de l’année 2016, et il se pourrait bien qu’il marque plus durablement encore le paysage musical francophone pour les prochaines années. Les cinq musiciens ont réussi leur pari : donner envie de partager, ensemble, grâce à la musique et aux textes, les fresques de cette Liberté Chérie.

FICHE TECHNIQUE

Tracklist :

1. Liberté chérie
2. Il faut rêver
3. Paris en vélo
4. Tout ça c’est d’ta faute
5. I don’t speak English
6. Peaux rouges
7. Entre chez moi
8. Balkan Boogie
9. Kezta
10. Les amants de ma femme
11. Hasta la vida
12. Même le jour
13. Le feu sacré
14. Sois belle et tais toi
15. J’crois plus en l’homme
16. Danser 

Sortie : 4 mars 2016
Durée : 56 minutes
Genre : chanson française / Rock / Swing
Discographie3ème
Label : Fais et Ris

Articles affiliés :

Lyre le Temps Looking Like This 2013

Lyre le Temps « Looking like this » (2013)

22 mai 2013
Critique Faut qu'ça guinche mots mélés 2015

« Mots mêlés », un vrai disque qui guinche et fait penser ! Faut Qu’ça Guinche (2015)

24 février 2015
gari greu camarade lézard 2013

Gari Grèu « Camarade lézard » (2012)

28 juin 2013

Pas de commentaire

Donnez votre avis

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Conception & réalisation : Cereal Concept