Chronique

Le Peuple de l’Herbe « Stay tuned… » (2017)

27 janvier 2017, Aiollywood
Stay tuned Le Peuple de l'Herbe 2017

Le Peuple de l’Herbe vient de dévoiler, aujourd’hui, son huitième album studio (« Stay tuned… »). Un album pas anodin puisqu’il marque aussi au fer rouge les 20 ans d’existence du groupe. Et il s’en passe des choses en 20 ans !

Il y a deux ans, Le Peuple de l’Herbe nous présentait « Next level » avec ses sonorités étonnamment rock. Un nouveau visage pour le groupe mais au défi relevé remporté avec succès. Il avait aussi confirmé que l’éclectisme était une nouvelle fois de mise après l’excellent « A matter of time » et que les sorties de route antérieures, comme sur « Tilt », étaient derrière eux.

Pour cet album anniversaire, nous nous sommes toutefois demandés quelle flèche les lyonnais allaient utiliser de leur cancan. 20 ans ce n’est pas rien, ça se fête et surtout il faut s’éclater. Sur ce « Stay tuned… », force est de constater que Le Peuple n’a, une nouvelle fois, pas choisi la facilité. On retrouve bien les différentes influences rock/electro/cuivres d’antan, mais celles-ci se retrouvent bonifier par une nouvelle tête pensante dans le groupe, le MC Oddateee. Fort logiquement, le penchant hip hop, en particulier dans le flow, est nettement plus présent, même si JC001 garde également le micro.

Après plusieurs écoutes, on peut aussi se demander si les lyonnais n’ont pas voulu choisir de réaliser un album qui piocherait, un peu, dans tous les précédents opus réalisés.

A l’image de l’extrait déjà dévoilé, Lucy fire est probablement le morceau le plus proche de ce que Le Peuple a réalisé récemment : JC001 au micro, avec sa voix si atypique, prend le dessus sur un fond breakbeat qui donne le la. Au-delà de ce constat, le côté sombre du collectif va progressivement s’exprimer sans laisser la part au doute : Only few, ou plus loin Sleep tight, avec leurs beats hip hop, résonnent dans un échos qui glace le sang.

Bien décidé à laisser intacte la place accordée aux guitares ces dernières années, Le silence est fort, on sent que Le Peuple veut nous faire passer un message. L’atmosphère se sature et on commence à sentir la poudre sur le très incisif Nameless victim, avec les deux MC’s, où le hip hop fusionne avec des riffs de guitare entêtants. De ce brûlot accouche de véritables bombes qui dévoilent toute la rage accumulée ces dernières années par le crew : le titre d’ouverture de ce « Stay tuned », Beautiful swing, porte bien son nom. Le son, poisseux, laisse exprimer les cuivres ronflants qui rappellent des envolées de « Cube », tandis que le rock tutoie les penchants trip hop du groupe

Dans cette escalade où tout bascule à vitesse à grand V, Abuse endosse le costume du morceau le plus violent, dans les mots et la musique, de ce « Stay tuned… ». Avec le verbe acerbe d’Oddateee et le grondement des machines, Abuse est agressif et s’écoute en boucle ! Les machines et les scratches à demi calmées, Refugees remet les compteurs à zéro de l’homme face à l’homme et JC001 se charge du reste…

Bouillonnant de l’intérieur, Le Peuple de l’Herbe va pourtant décider d’aller encore plus loin qu’auparavant : il s’est offert, pour le troisième album consécutif, une escapade avec Marc Nammour de La Canaille (V 13), mais pas seulement. Sur Who’s got it, Le Peuple de l’Herbe se paie le scalp des musiques noisy, presque rock progressif, en guise de tour d’honneur. Si le résultat est plutôt convaincant par son côté jumpant, le groupe s’enlisera davantage sur les deux morceaux de clôture de l’album, Time bends et Intervals, qui n’apportent rien de bien neuf sous le pavillon.

Ce « Stay tuned… » est assurément surprenant dans la discographie du Peuple de l’Herbe. Tout d’abord, la présence d’Oddateee bouscule quelques peu nos habitudes mais ce dernier a su trouver sa place dans le collectif. En revanche, niveau sonorité, il y a peut-être trop d’influences qui s’entrechoquent pour provoquer l’unanimité. Il y a des titres qui se démarquent par leur fraîcheur et leur percussion (Beautiful swing, Abuse, Refugees, Who’s got it, Nameless victim) qui représentent nettement le nouveau visage du Peuple en 2017. Il y a aussi des compos, bonnes, qui relèvent toutefois du domaine du connu (Lucy fire, Le silence, Only a few) et enfin d’autres qui sonnent comme du déjà entendu. C’est dommage, on aurait peut-être aimé avoir un album plus homogène et plus équilibré, constitué davantage avec les nouvelles sonorités.

FICHE TECHNIQUE

Tracklist
1. Beautiful swing
2. Abuse
3. Lucy fire
4. V13 (feat. Marc Nammour)
5. Le silence
6. Only a few
7. Refugees
8. Who’s got it
9. Sleep tight 
10. Nameless victim
11. Time bends
12. Intervals

Sortie : 27 janvier 2017
Durée : 42 min
Album : 8ème
Label : Verycords
Prochains concerts : ici

Articles affiliés :

Critique Les Sales Majestés Sois pauvre et tais toi 2010

Les Sales Majestés « Sois pauvre et tais toi ! » (2010)

27 avril 2010
chronique the asteroids galaxy tour out of frequency 2012

The Asteroids Galaxy Tour « Out Of Frequency » (2012)

21 août 2012
Miossec, un drôle de mammifère

Miossec, le retour d’un bien drôle de mammifère !

30 mai 2016

Pas de commentaire

Donnez votre avis

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Conception & réalisation : Cereal Concept