Live Report

Karimouche + ZoB’ à V2 (Montpellier, 34) 14.10

26 octobre 2021, Photolive30
photos karimouche concert victoire 2 montpellier 14 octobre 2021
Temps de lecture : 2’00

Le temps de la reprise a sonné. Enfin. Après quelques essais de soirées gratuites entre douze confinements, V2 se remet à vivoter en ce mois d’octobre avec une rentrée officiellement actée. Karimouche et ZoB’ sont là pour nous ambiancer.

En ce jeudi 14 octobre, c’est dans une Victoire 2 pas tout à fait comme d’habitude que les concerts se préparent : le masque est tombé, sur choix de la direction, et ça fait plaisir. Des tables sont positionnées entre la régis et la scène, ça s’est plus surprenant. Avec cet espace réaménagé, nous avons l’impression de nous trouver dans une nouvelle V2 où le choix a également été celui de ne pas proposer de restauration. Dommage, mais laissons le temps aux organisateurs de relancer la machine.

photos zob concert victoire 2 montpellier 14 octobre 2021

ZoB

Pour cette soirée, c’est Karimouche qui va se tailler la part belle du gâteau avec ses fameuses « Folies berbères », tout dernier album en date dévoilée par la remuante artiste au mois de janvier. Mais avant d’en découvrir ses contours, c’est l’artiste ZoB’ qui avait la lourde tâche de lancer cette soirée devant un public bien peu nombreux pour le retour des concerts debout.

L’inclassable ZoB’ peut surprendre. Même si nous le suivons depuis 2008, chacune de ses sorties a le don de provoquer. Comme à son habitude, il brille par son insolence, même s’il est un peu moins radical qu’avant. La provoc’ comme toile de fond, Benoit est toujours aussi habile des mots pour viser juste et fort. A condition de se laisser prendre au jeu, le compositeur nous ballade et, de sortie en sortie, réveille le monstre poétique. Avec son « Magret dada » dévoilé en début d’année, ZoB’ déroule. Gerbeck, toujours aux percus, s’agite, tapote pendant que Dandy Punk, le bassiste, nous assomme.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Derrière, Karimouche déboule. Et c’est dur d’enchaîner derrière. D’un point de vue scénique et interprétation, c’est autre chose du moins. Il faut dire que c’est difficile d’attirer autant l’attention que Benoit. Toutefois, le public qui s’est déplacé pour elle adhère : on connait les talents de l’artiste en matière d’auto-dérision et on est servi. A l’image de son single Princesses, on sent bien que Karimouche maîtrise son sujet. Musicalement parlant, sur son troisième opus, elle abandonne un peu son côté rock pour un virage trap/electro qui déstabilise. Même si la chanson est toujours-là, comme forcément les influences orientales, l’ambiance change. C’est donc en colorant son univers que Karimouche s’est dévoilée. Un pari osé qui a semblé fonctionner à Montpellier.

Crédits photos : Photolive30

Articles affiliés :

Mass Hystéria

Festival les Rocktambules, Jour 1 : l’école buissonnière en action à Rousson (30) 31.05

1 juin 2013

KKC Orchestra, UnderGang et Scarecrow, la diversité harmonieuse à Montauban (82) 12.02

23 février 2016

Stand High Patrol : quelqu’un aurait-il récupéré nos tympans? (Paris, 75) 08.02

9 février 2016

Pas de commentaire

Donnez votre avis

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Conception & réalisation : Cereal Concept