Chronique

« Les survivantes » Liz Cherhal (2015) – Une ode à la vie

4 juin 2015, Machy
Le dernier album est une ode. L’ode à la vie que chaque homme vit, endure et souffre. Doutes, angoisses et incertitudes laissent place à une évidence : la vie est belle. Elle est belle de toutes ces souffrances qui font des petits plaisirs d’immenses bonheurs. Liz Cherhal se dévoile et raconte comment tout ce tumulte bouleversant peut être aussi exaltant.

Peut-on commencer une chronique par une phrase de conclusion ? Je suis sure que Liz la malicieuse dirait oui. Cet album est une très bonne surprise. On retrouve le sentiment qu’avait procuré le premier album : les tripes qui se resserrent, le sourire qui monte aux oreilles et l’envie d’être encore plus libre. Chaque chanson s’écoute en prenant le temps avec délectation et attention. L’histoire comptée dans cet album a quelque chose d’irrésistiblement ordinaire. ça commence avec la sensation que le soleil chauffe nos joues et que le soleil caresse notre peau. On découvre un super-pouvoir avec la première piste : Moi, ma liberté. Alors malgré les difficultés, la pop laisse nos limites de côté et nous pousse à donner le meilleur de nous-même. La confiance en soi est alors au top.
Et on en a besoin car des fois les leçons de la vie sont dures. Mince alors, nous ne sommes pas éternels. L’univers de l’artiste se remplit de frustration et s’adresse pudiquement à cette personne qui manque en lui demandant M’entends-tu ?. Le clip de cette chanson évoque poétiquement la vulnérabilité de chacun et le besoin de construire à son tour quelque chose. 

 

Survivre à l’amour est une bataille qui se déroule tous les jours que ce soit dans la rue ou dans les respectables foyers. J’ai déchiré la page fait état de cela et Les heures en or sublime cette belle bataille qui écorche vif. Avec le recul, les idées sont plus claires : rien n’est trivial quand il s’agit d’amour. Pour autant même si Liz a le coeur gros elle ne cesse de chanter avec énergie et vie.

 

Rien n’arrête Liz Cherhal, ni La pluie de cendres qui fait suite à un tremblement de terre. Les catastrophes humaines, naturelles n’auront pas la peau de la survivante qu’elle est. On sent la musique a deux doigts de la faire vaciller et puis non on se rattrape aux rythmes des percus. Cette fragilité se retourne dans J’ai ma dose. Fatigue, impatience et énervement face aux épreuves de la vie peuvent se transformer en armes de survie quand elles sont en overdose. Et si la motivation est en berne, la société d’aujourd’hui nous propose des traitements. Non sans critique, Liz enlève le voile du tabou dans Je prends des médicaments
 
Pour survivre rien ne vaut la bienveillance envers l’autre. Exprimer à l’autre ce qu’on ressent et tout le respect qu’on a pour lui est parfois dur. Mais en se mettant à nu et en donnant de l’amour, c’est certainement de l’amour qu’on reçoit en retour. Alors dites-lui… Tu m’épates. Liz incite d’être doux avec tout le monde : parents, amis et aussi ses enfants. D’ailleurs ces derniers trouvent une place importante dans l’album. L’entrainant Pour jouer avec maman illustre la relation parfois difficile entre une maman et son enfant. Mais même si « c’est n’importe quoi », l’amour est toujours présent, ineffaçable. Et C’est en douceur qui illustre la possibilité d’avancer par le dialogue malgré les blessures. 
 
« Les survivantes ». Survivante pour un deuxième album fort en émotion. Les tripes remuées, on avance. C’est l’histoire de tout le monde et personne. C’est notre histoire. Continuer tout en se prenant des coups physique et moral, seul ou à plusieurs. Mais pour toujours survivre, une certitude : la musique aide.

FICHE TECHNIQUE

Tracklist
1. Moi, ma liberté
2. M’entends-tu ?
3. J’ai déchiré la page
4. Les heures en or
5. Pluie de cendres
6. Tu m’épates
7. J’ai ma dose
8. Où que le vent porte
9. Pour jouer avec maman
10. Je t’aime d’amour
11. Je prends des médicaments
12. J’ai le coeur gros
13. En douceur
14. Survivante

Durée : 49 min
Album : 2ème
Sortie : 2 février 2015
Genre : Chanson française
Label : Kalmia Productions

Articles affiliés :

Critique Sidi Wacho Bordeliko 2018

Sidi Wacho « Bordeliko » (2018)

18 avril 2018
album Tetra hydro k ayawash 2017

Tetra Hydro K « Ayawash-K » (2017)

19 janvier 2018

Ubikar : plongée en eaux profondes avec « Altitude zéro » (2016)

7 juin 2016

Pas de commentaire

Donnez votre avis

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Conception & réalisation : Cereal Concept