Live Report

Festival les Rocktambules – Jour 1 : Moussu T e lei Jovents et Oai Star en ouverture (Rousson, 30) 03.08

4 août 2017, Photolive30

Nous y voilà ! Après de multiples péripéties, de joie et de larmes, les Rocktambules de Rousson (30) sont toujours debout, et ce pour la vingtième année consécutive. Dans la fournaise cévenole, les bénévoles grouillent de partout sur le site de Landas. Malheureusement, ce premier soir ne se passera pas comme prévu.

Le temps est venu pour le deuxième round de la formule « new look » des Rocktambules : trois soirs, plus de 20 groupes, une édition décalée en plein été… S’il est un peu tôt pour faire le bilan, force est de constater que le public ne s’est pas montré très enthousiaste pour ce premier soir. Il faut dire que les circonstances n’ont pas aidé : le département du Gard est placé en vigilance orange « canicule » et un soleil de plomb fracasse les têtes (38°C à l’ombre bien pesé), une très courte averse a eu lieu en début de soirée et, surtout, la tête d’affiche de la soirée a annulé…

Pas de Motivés donc ce soir à Rousson, Mouss s’étant blessé à Gignac (34) lors de leur précédent concert, et deux groupes ont été appelés à la rescousse pour tenter de sauver les meubles : Moussu T e lei Jovents, du collectif Massilia, a accepté l’invitation et cela reste une excellente nouvelle. Gari Greu, de Oai Star, a également proposé ses services pour une soirée avec l’accent marseillais. Avant eux, Roultaboul & les Banaboos, XgenY, Manyfeste et Djahlekt devaient faire (encore) monter la température.

Avec ce line-up chamboulé et de nouveaux problèmes techniques à régler, le premier concert sur la Grande Scène, d’XgenY, sera retardé… Si les Rocktambules ne proposent plus de sandwich dans leurs stands, ce sera l’occasion pour nous de découvrir les bons foodtrucks de l’édition. Il y a du choix, c’est abordable, et c’est bon ! On patiente…

Lorsque les XgenY démarrent, on retrouve bien leur style : ils sont plein de bonne volonté, ils ont la patate et ils sont clairement contents de jouer en ouverture. Y’a pas à dire, ça fait plaisir à voir !

Débute ensuite le traditionnel yo-yo entre la Grande Scène et la Scène Tremplin pour ne laisser aucun répit sonore aux festivaliers (ça, c’est toujours aussi chouette !) : Manyfeste prend le relais et il apporte cette note festive idéale aux heures de l’apéritif. Eux aussi sont bien en forme et la soirée est définitivement lancée sur de bons rails. C’est d’ailleurs dans cet état d’esprit que la suite des festivités va se poursuivre : la venue des Roultaboul et les Banaboos S(W)inge Trio a été détonante, comme d’habitude, et ils sont toujours aussi exubérant ! Avec tout leur attirail de plage et de décors gonflables, Roultaboul a su attirer les curieux et leur bonne humeur a été communicative. Djahlekt, sur la petite scène, n’a pas eu de mal à assurer la suite des débats avec un répertoire bien plus roots qu’à l’accoutumée qui a fait plaisir à entendre.

C’est donc avec un sérieux retard accumulé que toute la joyeuse bande de Moussu T e lei Jovents a pu démarrer son set : en pleine tournée de leur pépite « Navega! », Moussu T a conquis la foule, avec un blues/world puissant. Entre français et occitan, la ballade est belle, que ce soit en rencontrant Mademoiselle Marseille ou en se souvenant des Grues des chantiers navals. Avec un décor toujours ancré (réalisé par le guitariste Blu), une ambiance nacrée a envahi Landas, entre Brésil (Bolega banjo) et occitanie (Vaici Marselha). La clique a su y injecter de gros soupçons de rock (Au mitan de la mar, Qu’es bon, Cosmopolida…) en n’oubliant pas, bien entendu, d’où elle venait (A La Ciotat).

Histoire de rester dans cette ambiance bien chaude, Rousson aura donc eu droit à deux concerts de Oai Star. Initialement programmé demain aux côtés, entre autres, de The Inspector Cluzo, Oai Star a donc clôturé cette première soirée après Moussu T. En mode occitan warrior, il s’est autorisé quelques extra histoire de limiter les redondances avec son second concert : avec la présence de Blu (pour Moussu T e lei Jovents), Gari a donc souhaité revisiter son show pour la soirée, unique pour le coup, avec des versions beaucoup plus rock ! Si la config’ avec Dadoo et Dj Kayalik a bien été au complet, le renfort de Blu a permis de redonner une image plus électrique et plus fougueuse du Oai Star (qui est beaucoup plus atténuée sur leur dernier opus, « Foule color »). S’il ne restait plus grand monde devant la scène (moins de 300 personnes), le groupe a été à la fois appliqué et spontané ! Avec les traditionnels classiques (Comme un fumigène), le set a été aussi intime qu’explosif… C’est sûr, Gari n’a jamais oublié la recette !

Au bout de la nuit, cette première soirée s’achève. On espère que pour le second soir, le public sera au rendez-vous. Pour l’ambiance, certes, mais aussi pour la survie du festival. Motivé !

Crédits photos : Photolive30

Avec la participation d’Aïollywood

Articles affiliés :

Festival les Rocktambules de Rousson (30) Landas 29 et 30.05

3 juin 2015

Volo, un bon détours de chant à la Brique Rouge ! (Toulouse, 31) 31.01

3 février 2017
Ambiance TINALS 2017 Nîmes Photolive30

This Is Not A Love Song Festival – Jour 1 : un événement comme à la maison (Nîmes, 30) 09.06

12 juin 2017

2 commentaire(s)

  • Répondre Sensei X 6 août 2017 at 13 h 44 min

    Merci PHOTOLIVE30 ! Le talent des artistes est moindre sans le talent du photographe… Tu es orfèvre en la matière et nous ne pensons que trop peu à honorer ton travail lors des remerciements de fin de set. MERCI et bise.

    • Répondre Photolive30 6 août 2017 at 20 h 00 min

      merci ….

    Donnez votre avis

    Conception & réalisation : Cereal Concept