Chronique

Yvan Marc pour un beau et tendre grognement d’ursidé ! (2016)

23 mars 2016, Jack'
Yvan Marc

Yvan Marc, c’est un mec qui vit en Haute-Loire (43). N’allez pas croire qu’il n’y a pas d’humains là-bas, d’ailleurs, ils sont généralement très sympathiques. Il vient de sortir son 4ème album le 18 janvier dernier, « Nos vies d’ours ». Par chance, nous y sommes tombés dessus il y a peu de temps en scrutant la programmation du PAX à Saint-Etienne. On a écouté et on s’est surtout décidé de faire une petite session rattrapage 2 mois après. Attention, l’ours sort de sa caverne, pas bourru pour un pot de miel, il nous surprend même avec une galette pleine de tendresse et de douceur.

yvan marc

Au premier titre, on a l’impression d’entendre son copain Mickaël Furnon (Mickey 3d), une voie sensible et douce pour bien nous faire comprendre qu’il n’est pas mal léché. « Nos vies d’ours » pour emmener l’auditeur dès les premières paroles dans cet endroit tranquille qu’est sa tanière, ces forêts où coulent les ruisseaux et vivent les chevreuils. Un retour aux sources effectué par Yvan Marc, pour une invitation à ralentir et retrouver un sens à nos vies effrénées.

« Je retourne aux sources de ce qui faisait nos vies, d’ours, de grizzlis / Je redeviens l’ours, le grizzlis / lassé de la course de nos insatiables envies »

En effet, un retour aux sources c’est ce qu’il a effectué après avoir suivi ses amis de Mickey 3d dans leur succès. Il avait signé avec une Major après une tournée, pour une expérience ne correspondant pas à son idée de la musique : écrire et faire de la chanson sans artifice, en toute simplicité. Le simplicité, un doux mot, qui pourrait être à lier avec l’humilité. Superbement bien résumé dans J’apprends, belle éloge taillée sur mesure pour le petit paysan ou encore le berger… Une humilité perdue à l’égard de notre environnement, pour une invitation recréer du lien avec nos territoires, les observer et prendre soin de nos paysages !

J’apprends

Comment ne pas résister à fredonner les gentils « La la la lala » de C’est pas pour demain sous un fond cuivré d’un amour impossible qui n’aime pas les crétins, les cheveux bruns, l’eau froide dans son bain, les pépins dans le raisin… De l’amour et de la tendresse, que l’on retrouve en jouant avec Les cerceaux, comme quelque chose d’incontrôlable, une emprise et un mouvement envahissant au rythme de quelques saturations rocks bien senties !

On retrouve de la nature, des animaux, de la terre, de l’amour, Yvan Marc ne se trompe pas, il est à contre courant des pensées stéréotypées artificielles. Il nous invite à nouveau à renouer un lien avec la nature qui nous entoure, de se débarrasser du superficiel, et de retrouver le goût de la contemplation dans Le refuge poétique que sont les éléments de la vie. La plénitude et la sérénité sont à rechercher dans ce refuge qui contraste avec nos vies frénétiques. Dans un cadre que l’on tend de plus en plus à détruire et dégrader au profit de nos illusions matérielles !

« retrouvons les clairières, retrouvons les étangs, oublions les chimères de nos fabuleux écrans, gardons nos enfants à l’abri des orages, gardons du courage pour les guider vraiment »

On est littéralement emporté sur la chanson suivante, la ardente Ce que j’aime, plus rock’n’roll, pleine de fougue. Un titre en duo qui apporte une touche de sensualité, un tantinet sauvage et instinctive, à cet album. Profitez !

« Nos vies d’ours » est aussi un monde plein d’idées, et l’on en retrouve une évidente : Du respect. C’est sur un souffle mélodique rappelant le grand Jean Ferrat que le chansonnier réclame cela pour ce qui nous permet de vivre : l’environnement et la vie qui nous entoure. Une chanson empreinte d’humanité et de bons sentiments. Mais dans cet album, dès que Yvan Marc parle de l’humain, il repart avec lenteur nous parler de cette nature qu’il admire tant. L’un et l’autre sont indissociables. Et il n’apparaît qu’un moyen de s’apprécier mutuellement, en prenant le temps d’éveiller nos sens. Je marche est le meilleur des moyens pour flâner et s’émerveiller !

Yvan Marc propose un album plein de belles chansons, simples, poétiques et sans enrobages, qui sentent les sous-bois et cette terre fraîche qu’est l’humus !  On aurait juste aimé que ce plaisir soit un peu plus long ! Il se dit certainement que ça ne sert à rien d’écrire et de chantonner tout cela, de parler de choses simples mais essentielles… Non, cela ne sert pas à rien, car la poésie, la chanson est un véritable refuge pour l’expression. Et on vous laissera méditer sur ce proverbe polonais : « Un ours grogne quand une branche lui tombe sur la tête, mais il se tait sous le poids d’un arbre ».

FICHE TECHNIQUE « NOS VIES D’OURS »

Tracklist
1. Nos vies d’ours
2. J’apprends
3. C’est pas pour demain
4. Les cerceaux
5. Le refuge
6. Ce que j’aime
7. Du respect
8. Je marche
9. ça ne sert à rien
10. Les Cavalières

Sortie : 22 janvier 2016
Durée : 33 minutes
Discographie : 4ème
Style/genre : Chanson française

Articles affiliés :

La maison Tellier

Comme une avalanche en plein été : le nouvel album de la Maison Tellier (2016)

5 mars 2016
Critique Chinese Man Miss Chang 2011

Chinese Man « Miss Chang » (2011) -EP-

9 avril 2011
Critique Panic Caravan Palace 2012

Caravan Palace « Panic » (2012)

27 mars 2012

Pas de commentaire

Donnez votre avis

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Conception & réalisation : Cereal Concept