Live Report

Sans Voies et Arthis au Nid de Poule (Lyon, 69) 17.11

15 décembre 2017, Groum'

Ce samedi 17 novembre, le Musicodrome était invité par le Nid de Poule, nouvelle salle de spectacle lyonnaise, pour la venue de Sans Voies et d’Arthis. Poésie incontournable et enflammage de scène en règle. Machy, Clemonstro, Aiollywood et Groum’ étaient présents. Retours croisés.

Arrivée au Nid de Poule en avance, découverte de cette nouvelle salle. Qui se cache derrière ces portraits accrochés aux murs ? Quelle est la raison de cette ambiance chaleureuse, presque familiale ?

« Les Sans Voies commencent. Pendant que la chaleur douce monte, les sourires se diffusent et la poésie s’embrase. Tintement des verres, éclats de rire. » (Machy) Leur mission : « nous extraire de l’étau sociétal, en mettant en musique leur poésie riche de sens. Mission réussie pour « Greg à la guitare et Victor Hugo au chant »‘ comme aime conclure Bapt, lyriciste et slameur du groupe, après l’interprétation de Veni, Vidi, Vixi (poème de V. Hugo). » (Clemonstro).

Pour Aiollywood, c’est déjà la « Seconde virée au Nid de Poule, première « vraie » soirée concert. Tout le monde est là, enfin presque. Les Sans Voies jouent à la maison et les esprits vagabondent ».

Sous le signe de la Salvetat, eau gazeuse qui permettra au groupe d’être pétillant tout au long de son set, la rencontre des paroles aiguisées de Bapt‘ et de la voix maîtrisée de Greg fait mouche : le public est captivé, la salle se remplit.

« Sur une ligne de basse rappelant la marche d’un fauve en pleine jungle, Ben réussit son pari : l’Aventure Ratée ne l’est peut être pas tant que ça. Tête répondra à l’appel, jonglant entre saxophone et harmonica, apportant à chacun des morceaux la touche d’originalité dont il a besoin. Juste, pertinent, il est où il doit être, où on ne l’attend pas. » (Groum’).

Le temps qui court s’en va trop vite, et c’est l’humain qui reste à quai.

Les corps s’agiteront même d’un seul rythme sur Direction Balombie, invités à entrer. Dans le rythme du batteur Poigno. Dans la danse de Sans Voies. Dans sa bonne humeur criante, sa complicité souriante, son énergie débordante. D’une poésie émouvante aux paroles criantes de vérité, Sans Voies réussit son premier concert au Nid de Poule : le groupe est à l’écoute du public, et n’hésite pas à jouer avec lui, à lui donner autant qu’il reçoit. Mais toutes les bonnes choses ont une fin, et Sans Voies laisse sa place à Arthis, sonnant ainsi la fin du début de la soirée. Arthis entre en scène. Même salle, deux ambiances.

« La douceur du soir enveloppe l’assistance avant qu’Arthis déclenche la folie » (Aiollywood) dans une salle qui commence à se révolter. « Avec Ici l’Oeuf, Arthis a joué gagnant au Nid de Poule. Les fans venus en nombre ont su apprécier et rebondir sur les chansons proposées par le groupe. Dans toutes les langues, les trois chanteurs, Emmanuel à la guitare, Sebastien à la basse et Romain à la trompette ont su exploiter le dynamisme ambiant. » (Groum’). Bien avant le 8 décembre, « Arthis illumine la fête et les corps dansent comme si c’était la dernière fois. Ou peut-être la première fois » (Machy).

Puis, réglé comme une Montre, tel un funambule sur sa cordelette, le batteur Guillaume a fait chavirer le Nid de Poule en ce Grand Soir, menant son public à la baguette ! Cette fois ci sponsorisé par l’eau plate Vichy, Arthis n’avait pas oublié ses pastilles. Rafraîchi d’un Second Souffle, le groupe continuera les rappels aussi longtemps que possible, comme autant d’appels à la Révolution.

« La prestation bondissante et souriante d‘Arthis, qui termina sur des reprises endiablées de L’Iditenté et Bella Ciao nous donnait envie de continuer à rêver, à se révolter, à s’exalter. Mais le service de sécurité du Nid de Poule avait décidé de resserer l’étau. Interdit de Dernier Verre, on s’en alla comme des Amants Tristes, sans même prendre Le Temps de Finir la Bouteille » (Clemonstro).

Le mot de la fin de cette soirée de rêves est laissée en toute galanterie à Machy, qui souhaite « Longue vie au Nid de Poule. »

Crédits photos : Tetex

Articles affiliés :

Vince Staples This Is Not A Love Song Festival 2018 Nîmes Photolive30

This Is Not A Love Song Festival – Jour 1 : de la douceur à la folie (Nîmes, 30) 01.06

7 juin 2018

Stand High Patrol : quelqu’un aurait-il récupéré nos tympans? (Paris, 75) 08.02

9 février 2016
Les Tambours du Bronx Festival Rocktambules Rousson Photolive30

Festival les Rocktambules, Jour 3 : la pluie a jailli des Tambours du Bronx… (Rousson, 30) 30.07

31 juillet 2016

Pas de commentaire

Donnez votre avis

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Conception & réalisation : Cereal Concept