Chronique

Rêvons un autre monde avec Sinsémilia ! (2015)

24 mars 2015, P'titBapt
Critique un autre monde est possible Sinsémilia 2015

Voilà un moment que le groupe Grenoblois, véritable précurseur du reggae français, n’avait pas posé ses mots et sa musique sur l’Hexagone. Toujours aussi engagés, ne changeant pas au fil des années, Sinsémilia revient avec son nouvel album « Un autre monde est possible », plein d’influences, d’hommages et de révoltes musicale.

Plusieurs années que nous n’avions pas eu de nouvelles de Sinsémilia, quelle bouffée d’oxygène de se rendre compte que, dès la première chanson, on retrouve un groupe qui n’a pas vieilli, et qui continue la lutte ! Le duo de chanteurs formé par Riké et Mike est toujours aussi complémentaire, leurs voix se superposent, grave et plus aiguë, et dès la première chanson on retrouve un reggae chaud, entraîné par une batterie bien mise en avant, pour Flashback, pleine d’influence (The Wailers, The Gladiators, Brassens…), et plongée dans l’univers de Sinsémilia qui n’a pas changé depuis 20 ans ! L’aventure continue et on a envie d’en faire un bout avec eux !

« Rien à foutre / on trace notre route / sans tricher / on fait c’qu’on est / on laisse aux autres les clichés / on garde notre pas / on n’dévie pas / ce style c’est notre style / du pur Sinsémilia »

Mais Sinsémilia reste un groupe qui a des choses à dire, un groupe engagé contre ce monde qui part en vrille, et ils ont l’art de mettre du reggae et des cuivres sur leurs convictions. On en a la preuve tout au long de l’album, avec de nombreux coups de gueule, on pense à Un autre monde est possible, où Tiken Jah Fakoly vient ajouter ses mots à ceux de Sinsémilia, pour une chanson originale, un parlé-chanté auquel nous n’étions pas forcement habitués, mais qui véhicule un message fort.
Warning, dans la même lignée, est un des coups de coeur de l’album, toujours très politiquement incorrect, on retrouve le Sinsémilia des premiers albums, on pense à « Résistances » et c’est toujours un bon souvenir!

Mais le groupe a décidé d’être optimiste, et le prouve avec la chanson de l’album, L’espoir, sur lequel on retrouve un air très cuivré qui fait danser en même temps qu’il fait penser. Comme Sinsémilia sait le faire, il chante ceux qui luttent, ceux qui se battent, ceux qui rêvent, et malgré le constat accablant de la société qui est établit, on a envie d’y croire. Le groupe aussi.

« Tant que certains / refuseront de se taire / tant qu’prêt de la main de l’opprimté / il restera des pierres / Tant que les mots des justes / seront écrit sur les murs / au mépris de l’interdit / et des risques de torture / Tant que la vérité / sera encore un but / une raison suffisante / de déclencher la lutte / Il restera l’espoir… »

Pèle Mêle le reste de l’album est du même acabit, avec la très touchante We Miss Them, qui est chantée en anglais, comme Sinsémilia l’a déjà fait par le passé, et qui rend hommage aux grands qui ont contribué à rendre ce monde meilleur (Gandhi, Luther King, Mandela…), on est assez loin du reggae auquel le groupe nous a habitué, mais cela montre l’étendue de ce qu’ils sont capable de faire.
La liberté et les rêves… Ils seront également à l’honneur sur les autres titres, Barre toi (qui traite le sujet toujours délicat des femmes maltraitées), L’illuminé (magnifique chanson, en hommage à toutes les personnes en marge, qui ne rentrent pas dans le moule) ou encore Respire, dont l’air sort des sentiers battu et défriche un nouveau paysage, sur un texte très bien réalisé.

« Pierre par pierre / on est la à construire ces murs / toujours plus hauts, toujours plus larges, toujours plus surs / pièce par pièce / on colmate, on peaufine nos armures / toujours plus sombres, toujours plus froides, toujours plus dures / se protéger de l’autre / de l’autre et des ses blessures / se protéger même des nôtres / cela semble plus sur « 

En alternant cuivres, batterie, basse, guitare et des voies fortes, Sinsémilia retourne à ses premiers amours en offrant une musique qui bouge et qui change à chaque chanson. On leur a déjà reproché d’être trop utopiques, trop rêveurs. Ceux qui pensaient ça des derniers albums, passez votre chemin, car Sinsémilia reste Sinsémilia, sans se trahir, en se découvrant toujours un peu plus, le groupe nous offre un excellent album !

Une petite appréhension au moment de découvrir que seulement 11 titres jalonnaient cet album, mais au final on se retrouve avec une galette de presque une heure, cohérente, et l’on est pas déçu !
Un dernier morceau est même offert au public, une sorte d’ultime hommage au reggae transgénérationnel français puisque sur le même titre Danakil, Dub Inc, Yaniss Odua et Naâman se joignent aux grenoblois pour poser leur riddim sur Reggae Addicts’ Connection. Les fans de reggae ne s’y tromperont pas.

La tournée du groupe attaque par leur ville, Grenoble, mais se poursuit à partir d’Avril un peu partout en France, les fans ne seront pas déçus, Sinsémilia se confirme (s’il était nécessaire) comme l’un des meilleurs groupes de reggae français, et on a envie de croire avec eux, qu’un autre monde est possible !

FICHE TECHNIQUE

Tracklist
1. Flash Back
2. L’espoir
3. Warning
4. L’illuminé
5. Un autre monde est possible (feat Tiken Jah Fakoly)
6. Gift
7. Tu n’es qu’une m…
8. Barre toi
9. We miss them
10. Respire
11. Reggae addicts connection (feat Balik, Dub Inc, Naaman, Yaniss Odua)

Album : 7ème
Sortie : 24 mars 2015
Durée : 53 min
Genres : Reggae, Ska, Chanson

Articles affiliés :

Caravan Palace dévoile son nouvel ovni sonore (2015)

24 octobre 2015
Critique Panic Caravan Palace 2012

Caravan Palace « Panic » (2012)

27 mars 2012

Romtom pousse une première « mise en boucle » (2016)

26 février 2016

Pas de commentaire

Donnez votre avis

Conception & réalisation : Cereal Concept