Chronique Express

Protoje « A matter of time » / Roots Zombie « Soundz from the house » (2018)

7 septembre 2018, Aiollywood
Chronique Roots Zombie Soundz from the house 2018

En cette rentrée de septembre, Le Musicodrome a eu envie de vous proposer un petit retour en arrière, chez notre regretté beau printemps, car deux belles sorties y ont fleuri en toute discrétion : le tout dernier album de Protoje, « A matter of time » et le nouveau de Roots Zombie, « Soundz from the house ». Frissons garantis !

Protoje « A matter of time » (18 mai 2018) chez Baco Records -REGGAE-

L’immensité du vide. L’immensité de la richesse. La mer des Caraïbes semble en tous cas toujours aussi belle. Sous un soleil de plomb et l’écume des vagues, Protoje est à découvert. Après son très bon troisième opus « Ancient futur » paru en 2015, le jamaïcain continue de tracer sa route. Pas comme un seul homme, bien au contraire, puisqu’il a une nouvelle fois travaillé avec son acolyte Chronixx, présent sur 2 des 10 titres de « A matter of time ». Deux tracks du plus bel effet puisque le premier, Flames, en ouverture d’album, est en mode symphonique (violon power) avant une vague rock très vintage. Un bijou audacieux et original. Le second, No guarantee, est dans un registre différent très reggae/funky qui dépote. Pas aussi puissant que l’incontournable Who knows, mais ces deux gaillards ensemble sont presque dotés d’un super pouvoir. Ce qui est certain, c’est que Protoje repousse ses frontières musicales puisque la guitare occupe encore une belle place dans les arrangements de ce track. Pour le reste, il y a du bon (beaucoup) et du moins bon (un peu) mais l’album se déguste sans se forcer : on pourra par exemple reprocher à Like this de tourner un peu en rond malgré la bonne idée d’y intégrer un synthé façon 70’s. On peut aussi trouver que Bout noon, compo au style r’n’b qui a un peu mal vieilli, n’était pas nécessaire. Cela ne doit pas non plus masquer la bonne autre grosse moitié restante de l’album : Protoje a fait le choix de ne pas s’enfermer dans un carcan. L’artiste aime se délecter d’ambiances rub-a-dub (Blood Money, excellent, ou encore Truths & rights, avec Mortimer), jouer avec son vocoder (le puissant Mind of a king) ou user de cuivres et de groove entêtants (Lessons, Camera show). Sincèrement, ça marche ! En 40 minutes, Protoje prouve qu’il a su dépasser le succès de l’opus précédent et qu’un bel effort a été réalisé sur les arrangements. Il manque peut être un hit aussi imposant que Who knows pour enfoncer le clou…

Roots Zombie « Soundz from the house » (31 mai 2018) chez ODG Prod -DUB-

Cinq années d’activité pour sept albums. Il est difficile de rivaliser avec le potentiel artistique de Roots Zombie. Signé depuis plusieurs années sur le label des deux frangins d’Ondubground, ODG Prod, Roots Zombie poursuit son périple sonore avec un nouvel album, « Soundz from the house ». L’opus, composé de 14 titres, est disponible en téléchargement intégral et gratuit sur le netlabel. Niveau friandise sonore, la galette risque bien de ravir les papilles des amateurs de dub et de sound system. Ils adorent le live et c’est bien leur marque de fabrique : ils malmènent les machines pour offrir des shows uniques au gré de leurs envies et des réactions du public… Histoire de garder une trace de leurs envolées dubby, Roots Zombie propose-là une belle panoplie de 14 titres (pratiquement 1h de son) pour nous amener aux quatre coins des contrées du dub. Amené par Fifi (platines), Fred (basse, aussi croisé avec The Subvisors notamment) et Bubble (aux claviers), Roots Zombie déroule sur ce « Soundz from the house » : tout amateur de dub y trouvera son compte. Il y a ces fameuses influences orientales si appréciables comme chez High Tone ou Ondubground en ouverture avec Pura vida ; du dub bien groovy (Rude boy rock), un dub bien steppa (Duck step). Niveau featuring, le crew a su s’entourer de MCs percutant : impossible de ne pas citer Zombie catcher en compagnie de Bobby Surround (en mode hip hop cuivré) ou encore à travers le surpuissant Kick the bassline, avec Little R (en mode jungle). Entre tout ça, Roots Zombie s’aventure aussi sur des chemins plus electro comme sur le combo Element/Get house, presque transe sur Got the rhythm, avant de tutoyer l’Afrique sur Organic sound. Un petit tour sur le vaisseau Star tek avant de partir et Roots Zombie file vers la sortie en nous laissant des sons plein la tête. Mission réussie !

Articles affiliés :

Rouge Piéton EP

Rouge Piéton « EP » / Meredith « The shape of things to come » (2014)

7 juillet 2014
Chronique MAZE membrane 2017

Cyesm « Times and places » / Maze « Membrane » (2017)

22 mars 2017

White Lung « Deep fantasy » (2014) / Burning Lady « Until the walls fall » (2013)

14 août 2015

Pas de commentaire

Donnez votre avis

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Conception & réalisation : Cereal Concept