Live Report

Une première détonante pour Agnès Bihl (Fay sur Lignon, 43) 13.08

16 août 2016, P'titBapt
Agnès Bihl Cabarat électro retro

A peine une semaine après son récital à Barjac, au festival Barjac m’en chante, Agnès Bihl traînait ses guêtres non loin de là, au plus profond de la Haute Loire, à Fay sur Lignon. Et pour ce festival sur Lignon, c’est avec son tout nouveau spectacle « Cabaret électro-retro », et ses deux musiciens, qu’Agnès Bihl allait chanter dans la Ferme de Mathias, un lieu exceptionnel pour un concert tout en douceur !

On n’aura de cesse de s’extasier, mais le cadre intimiste de la ferme de Mathias, sa charpente d’un autre temps et son charme à faire chanter les murs constitueront le cadre parfait pour ce coup d’œil en arrière d’Agnès Bihl le temps d’un spectacle, pour cette plongée en profondeur dans l’univers des cabarets, qu’elle aura élargie pour une soirée, sous des yeux aguerris et intrigués : qu’est ce que ce spectacle, récital de chansons de la fin du 19ème siècle et du début du 20 ème, allait bien pouvoir donner ?

Agnès Bihl Cabaret Electro-rétro fay sur lignon

Et quand Agnès Bihl, entourée de ses deux musiciens, Fréderic Feugas et Marilou Nézeys, décide de se mettre à fond dans un univers, elle ne nous ment pas. Les apparats sont là, nous voilà au cœur du Paris des années 20.

Et il était écrit que toutes les chansons de l’album « Tout fout l’camp » allaient y passer, et Agnès Bihl d’y ajouter même quelques nouveautés, en attaquant le concert par les très sexuelles Nuits d’une demoiselle, de Colette Renard, qui nous plongent d’entrée dans le grand bain. Avant que les éclats du cœur d’Agnès Bihl ne sortent avec fureur, portés par des paroles d’un autre temps, avec Je m’ennuie, La môme Catch Catch ou Ohé les copains.

Agnès Bihl Cabaret Electro-rétro fay sur lignon

C’est la première représentation de ce cabaret, et pourtant le spectacle tourne, la première frayeur ne viendra pas du petit « trou » dans les paroles du roi Dollar, mais plutôt la coupure généralisée du son en plein milieu du Tango stupéfiant, qui n’a jamais aussi bien porté son nom.

Mais il n’était pas dit qu’Agnès Bihl se retrouverait déstabilisé par tant de problèmes techniques, et c’est avec une grande classe, et un enchaînement de poses plus langoureuses les unes que les autres, que la chanteuse arrivera sans aucun mal à nous faire patienter, bien au chaud de la grange de Mathias.

L’un des plus grands moments de la soirée fut l’interprétation de L’enfant de la misère de Berthe Sylva, après un changement de tenue express de la chanteuse, qui transportera la salle à un niveau d’émotion rare. Ce ne sera pas la seule reprise de la chanteuse des années 30 ; en effet Agnès Bihl, comme Renaud avant elle, reprendra la belle Gris, l’hymne à la cibiche de la chanteuse.

Et lorsque Agnès Bihl se met à parler au Bon Dieu et à ses orages, le tonnerre gronde, et la Fille D’ouvrier se met en avant, dans une lutte des classes qui fait toujours du bien à être mise en scène, pour une chanson aussi forte sur scène que sur CD.

Agnès Bihl Cabaret Electro-rétro fay sur lignon

Une nouvelle surprise, lorsque Agnès Bihl troque le cente de la scène avec Frederic Feugas pour interpréter le fabuleux Tango Corse de Fernandel, le fameux hymne à la paresse qui ne s’applique pourtant sans doute pas aux trois artistes tant ce spectacle, mis en scène par Yanowski, est déjà rodé, malgré les quelques hésitations qui lui donnent encore un peu plus de sincérité, à ce beau Cabaret Electro-rétro.

Et il paraissait difficile d’éluder Mon amant de Saint-Jean, en balayant un tel répertoire. Avant que, comme sur disque, Agnès Bihl clôturera donc le spectacle par Ma p’tite chanson, avant un ultime retour, a cappella, avec la fameuse Jeune fille du métro, tout en sous entendus. Si à Paris quand on s’aime, on peut se le dire sans problème, à Fay sur Lignon également, avec la toujours très riche programmation de son festival, programmation qui résonne encore plus, cinq ans après la disparition d’Allain Leprest, dont l’ombre plane toujours sur ce festival, sur la chanson française et sur la poésie. En attendant un spectacle sur les chansons de Leprest, le cabaret électro-retro d’Agnès Bihl était un pari osé, mais un pari ô combien réussi, en semant au vent de la chanson un peu d’étoiles, et de vie. Merci.

Articles affiliés :

chronique concert Femi Kuti Bikini Toulouse 15 mai 2018

Femi Kuti au Bikini (Toulouse, 31) 15.05

6 juin 2018

Une initiation au kilt pour les Roches Celtiques !

6 juillet 2015

Alee et Babylon Circus retournent le Chapeau Rouge (Carcassonne) 13.12

14 décembre 2013

Pas de commentaire

Donnez votre avis

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Conception & réalisation : Cereal Concept