Chronique

La Phaze « Psalms & revolution » (2011)

7 mai 2012, Aiollywood
Album La Phaze Psalms & revolution 2011

Dans la rubrique des « chroniques oubliées », on peut faire la place belle au petit dernier du groupe La Phaze avec leur « Psalms and Revolution » sorti en avril 2011. Toutefois, et je ne pense pas être le seul à partager ce point de vue, certains albums se consomment au fil du temps. Ce qu’il faut comprendre, c’est qu’ils laissent dévoiler leurs attraits sous un autre angle que l’on ne remarque pas forcément à la première écoute. Durant un an, nous avons donc écouté ce « Psalms & Revolution » pour se forger enfin un opinion. Verdict.

Tout amateur, de près ou de loin, de La Phaze ne pourra s’empêcher de remarquer que le groupe s’est bâti une réputation sans faille par plusieurs points : le premier est qu’il est incontestablement une bête de scène, le second, que ses trois premiers albums dégagent une identité musicale forte, où l’éclectisme des influences est de loin la clé de voûte de son succès. La sortie en 2002 de « Pungle Roads » renvoyait des tendances punk et jungle, le second (l’excellent « Fin de Cycle » en 2005) laissait une place grandissante aux machines qui prennent le contrôle des débats pour que sur « Miracle », troisième opus sorti en 2008, les influences rock reprennent leur droit. Trois albums qui, à chaque fois, étonnaient l’auditoire pour ses virages musicaux et ses différences de rythmes.

En 2011, La Phaze a quelque peu décidé de modifier les ingrédients de sa recette sur le fonds et la forme. Déjà, cette nouvelle galette surprend par sa faible longueur : seulement 10 titres pour 40 minutes de son. La Phaze nous a habitué à mieux. Beaucoup mieux. Enfin pour les puristes, là où « Miracle » était pratiquement qu’en français, La Phaze a remis l’anglais à l’ordre du jour sur ce « Psalms & Revolution » puisqu’il est présent sur neuf des compositions !

Ces détails soulignés, le principal reproche pouvant être fait à l’album est sa monotonie : pas que La Phaze ait décidé de proposer un skeud des plus calmes, bien au contraire, mais l’on ressort avec la cruelle impression que le groupe a reproduit dans sa nouvelle marmite toutes ces précédentes influences. L’intensité reste le maître mot de La Phaze, cet album est sans hésitation le plus violent de sa discographie. D’une intensité de haute volée, on reste assez noyés dans la masse de sonorités présentes. Même si la richesse des samples utilisés est intéressante, l’accroche est parfois moins évidente qu’auparavant. Par exemple, « Temps de Chien » et sa dominance rock, laisse planer une explosion qui n’arrive pas sur un combo machines/guitare très noir. L’harmonie est plus délicate sur « Searching for You », compo presque pop, mais surtout très répétitive dans le chant. Sur « Saints », où le rythme devient cyclique, on se demanderait presque si La Phaze souhaite davantage jouer sur l’ambiance créée (comme lors du projet solo de Damny) que sur la puissance des mélodies.

A l’opposé, et c’est là que le cd est assez inégal, le groupe n’hésite pas à provoquer le chaos sur plusieurs pistes : dans un fracas de guitares, « Secure World » peine pourtant à fédérer pendant qu’un « Psalms & Revolution » se paye un groove dévastateur. A coups de gros beats et de pungle bien pesé, des hits arrivent à se détacher du lot : « Magnetism » fracasse, « Control Panel » offre une parade de synthés et se taille une line up très roots tout en percussion !
Le vice poussé à l’extrême, « Dedicated Life » martèle les crânes dans un paysage à la fois rock et drum’n’bass lorsque « The Battle » enfonce le clou : en featuring avec Zhi, un des MC des Puppetmastaz, c’est une avalanche de flow ragga sur des riffs aiguisés qui dépotent dans tous les sens… Enfin, loin de faire l’unanimité, impossible de pas citer l’envoutant « No Place For Us », mains et poings liés d’une jeunesse délaissée, qui, sur des samples déroutants est du plus bel effet.

Au premier abord, il semble que ce « Psalms & Revolution » soit des vieilles sonorités plus ou moins réchauffées. Avec le temps, l’album ne s’est pas forcément bonifié mais certains brûlots se détachent du lot (notamment en première partie d’album) tandis que la fin est beaucoup plus inégale… Là où La Phaze avait cette incroyable faculté à composer des morceaux entêtants, l’omniprésence de l’anglais et une fin d’album un peu biaisée rend ce « Psalms & Revolution » moins fringant. Par contre, en favorisant l’intensité comme fil directeur, le groupe s’est offert un skeud qui s’annonce ravageur sur scène.

FICHE TECHNIQUE

Tracklist

1) Dedicated Life
2) The Battle (feat. Zhi, Puppetmastaz)
3) Psalms & Revolution
4) Magnetism
5) Control Planet
6) Searching For You
7) Secure World
8) Temps de Chien
9) Saints
10) No Place For Us

Durée : 41 minutes
Album : 4e
Sortie : 18 avril 2011
Genres : Pungle / Rock

Articles affiliés :

Asian Dub Foundation « More signal more noise » (2015)

28 juillet 2015
Bob's Not Dead J'y pense 2016

Bob’s Not Dead « J’y pense ! » (2016)

12 octobre 2016
Leïla Huissoud

« L’ombre » : quand tendresse se mue en cri (Leïla Huissoud, 2017)

17 mars 2017

Pas de commentaire

Donnez votre avis

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Conception & réalisation : Cereal Concept