Chronique

Moussu T e lei Jovents « Artémis » (2013)

21 mai 2013, Aiollywood
Moussu T e lei Jovents Artémis 2013

Le Musicodrome a trop peu parlé de Moussu T e lei Jovents, un des side-project du Massilia Sound System en activité depuis 2005. Avec près de quatre albums studios suivi d’un best of en l’espace entre 2005 et 2010, les marseillais repartent pied au plancher. Depuis 1 mois déjà, « Artemis » fait des siennes… et Moussu T l’évoque avec toujours autant de franchise et sincérité. Retour sur cet « Artémis », cinquième album de Moussu T e lei Jovents sorti le 22 avril dernier.    

 

Si Oai Star fait des ravages auprès de tous les fans du Massilia Sound System, Moussu T a su, lui aussi, creuser son trou auprès d’un public encore plus large et peut-être un peu plus mûr avec un équipage métissé entre Marseille, La Ciotat et le Brésil. Entre les sonorités des Caraïbes et une base rythmique lancée par le banjo, Moussu T excelle dans sa manière pour chanter la cité phocéenne, en occitan, en préservant ce décor des années 1920 et 1930 qui lui va si bien.

Le choix d’Artémis n’est pas anodin : sur RFI Musiques, Moussu T la dédie « à la déesse insoumise et fière, emportée par les Phocéens pour les accompagner dans leur périple fondateur ». Au sens large, cet « Artémis » est un hommage à la femme. Mais au-delà du porte-drapeau occitan que l’on a tous en tête, Moussu T se durcit. Là où, musicalement, le charme avait opéré sur les deux premiers albums (« Mademoiselle Marseille », 2005 et « Forever Polida », 2006), « Home Sweet Home » (2008) laissait entrevoir un style en manque de fraîcheur, déjà entendu précédemment. Ligne rythmique inchangée et manque de renouvellement, « Putan de Cançon » (2010) a commencé à casser cette griffe si particulière au quelle l’oreille s’était habituée : plus électrique, il marquait son auditoire par certaines libertés. Et sur « Artémis », Moussu T a encore progressé. Dans la lignée que le précédent, Moussu T s’affirme et hausse le ton : les influences blues sont suintantes (Embarcatz!, Mistral, Occitanie sur mer…) mais nous retrouvons également d’autres tendances plus pop (Monte vas cançoneta ?) ou d’Amérique Latine (Mon Bateau). Cette pâte acoustique nettement mise en avant, on en garde pas moins ces saveurs salées qui nous rappellent sa Méditerranée.

Le melting pop culturel et musical tel que nous le connaissions est encore plus coloré. Entre poésie et revendications (Mon Drapeau Rouge), l’album est teinté de sonorités rock jusque là plus en retrait. Identitaire et contestataire, « Artémis » agite l’étendard marseillais d’une musique qui en est résolument le reflet. Enregistré à la montagne, l’album respire pourtant le bord de mer, la légèreté et la sérénité. Trentre ans de carrière (et ce n’est pas terminé) au sein du collectif Massilia Souns System laisse des traces. Producteur d’une mémoire vive sur les chantiers navals et toujours aussi concerné par les conflits sociaux, Moussu T e lei Jovents est plus mâture que jamais. Sans s’affoler, Tatou voyage : il s’est enrichi de nouveaux instruments (Daniel Loddo à la guimbarde, Stéphane Murmann à la basse) et peut toujours compter sur ses fidèles compagnons de route (Blù au banjo, Jamilson, Denis et Deli K aux percussions).

Ecoutez, l’embarcation est immédiate.

Clip « Embarcatz! »

FICHE TECHNIQUE

Tracklist

1. Embarcatz
2. Mistral
3. Artemis
4. Tout mon temps
5. Occitanie sur mer
6. Sur ma serviette
7. Tentacules
8. Lei rainards
9. Le bateau
10. Te’n vas de matin
11. Mon drapeau rouge
12. Fada republicana
13. Monte vas conçoneta

Sortie : 22 avril 2013
Durée : 43 minutes
Discographie : 5e
Label : Le Chant du Monde
Genres : Blues / Chanson

Articles affiliés :

Merzhin Des heures à la seconde

Merzhin « Des heures à la seconde » (2014)

29 mars 2014
Moussu T e lei Jovents Navega!

Moussu T e lei Jovents « Navega ! » (2016)

29 septembre 2016
Chronique "Days go by" The Offspring 2012

The Offspring « Days go by » (2012)

9 août 2012

Pas de commentaire

Donnez votre avis

Conception & réalisation : Cereal Concept