Chronique

L’entourloop « Chickens in your town » (2015)

7 août 2015, Aiollywood

Après avoir déjà envahi la cité, L’entourloop s’attaque à présent à un sacré morceau : envahir les ondes et dicter sa loi sans concession, à coups de samples et jonglages entre les genres. « Chickens in your town » déboule, crête au vent, et semble bien être un des buzz alternatif du moment. Hip hop et reggae old school ne forment désormais plus qu’un. Et sous une même bannière.

Le projet mûrissait déjà dans les cartons que l’oeuf a fini par se craqueler : Deejo et The Architect fusionnés le temps d’un album et d’une tournée, il faut bien reconnaître que L’entourloop détenait les ingrédients pour faire une sacré omelette. Des champs à la ville, les rats ont subitement endossés le costume de coqs pour faire bouger les chaumières. Incisifs et affûtés, les deux Dj’s n’ont guère mis de temps à se tailler leur part du gâteau : en s’entourant d’une basse cours digne d’une ferme d’agriculture traditionnelle, L’entourloop a sorti la grosse batterie pour réaliser une production millimétrée.

Puisant dans le savoir jamaïcan, le duo stéphanois est surtout allé brouter bien au-delà des contrées de la Loire pour le packaging : en « con-coq-tant »une pochette symbole de réserves à sons, l’armoire à blé du groupe jouit d’une collection de vinyles qui illustre ce désir de migrations. Réalisant au passage un joli clin d’oeil à Dr Alimentado pour l’appellation du cru, L’entourloop vogue entre les influences et les continents.

Et dans ce périple digne d’un Chicken Run musical, L’entourloop prône surtout une musique authentique portant le seau de la liberté sonore, fruit des rencontres. Volailles urbaines donc volailles modernes, les compères connaissent bien les ateliers de confection. Tout fraîchement labellisés chez Banzaï Lab, les deux coqs, s’ils n’ont pu procréer, ont certainement su adopter les galettes du moment. Habitués au son gras, la machine est bien huilée : samples, loops, scratches se renvoient l’ascensur suite à des ingurgitations contrôlées de reggae, d’electro et de hip hop.

Le casque vissé sur les oreilles, ces coqs-là risquent de faire du gringue aux poules du 42 mais aussi de France et de Navarre. Car n’allez pas croire que les coqs se déplacent seuls, ici, ils se balladent en bande. Ils aiment la féminité avec la poulette roots LMK, au flow toujours percutant (All i want to do), mais aussi la plus abstract Gavlyn sur des notes plus jazzy-mélodieuses (Time to grow). Cet apparât reggae, L’entourloop l’apprécie et s’en délecte : nous poussant presque à regretter le chant du coq à l’aube, on aimerait que ce dernier s’inspire un peu plus du retentissant Thru’di groove, dub à souhait soupoudré des MCs Little Harry et Thioum C. Même son de cloche d’ailleurs chez Dirty money, ravageur au petit matin, remplit de basses, martelés par Skarra Mucci, N’Zeng et Yousthar (que l’on a l’habitude de croiser avec les Chinese Man). Habiles de leurs pâtes, ces deux coqs de compétition se lancent finalement dans une lutte sans relâche : influences orientales sur l’obscur Lobster shwarama (feat. Troy Berkley & Khoe Wa) ou le très affûté Back in town (feat. Jamalski, Bang On & N’Zeng), le son de ralliement se veut fermement groovy !

Qu’ils soient coiffés de casquettes US (Puff of rhymes) avec le berlinois Hatman Harry ou le piano noir de This is how we rock (feat. Aaron Cohen), L’entourloop dépote ! Entrecoupés de purs extraits des classiques du cinéma français, les samples s’harmonisent à merveille avec l’univers musical façonné par le duo. Les parades instrumentales (Delight for old chicken, Moving along the line) ne font pas tanguer d’un fil leur démonstration malgré leur force de poulet.

« Chickens in your town ». Ces poulets, élevès dans le pays vert stéphanois, risquent bien de finir à vos côtés. Dans votre assiette ou dans vos écouteurs, à vous de choisir dans tous les cas votre façon de les consommer.

 

FICHE TECHNIQUE

Tracklist :
1. Delight for old chicken
2. Lobster shwarama (feat. Tro Berkley & Khoe Wa)
3. Back in town (feat. Jamalski, Bang On & N’Zeng)
4. This is how we rock (feat. Aaron Cohen)
5. Moving along the line
6. Thru’di groove (feat. Little Harry & Thioum C)
7. Dirty money (feat. Skarra Mucci, Youthstar & N’Zeng)
8. Madder than dat (feat. Ruffian Rugged)
9. Pull of rhymes (feat. Hatman Harry & Zeb McQueen)
10. All i want to do (feat. LMK)
11. Bandulu supa lova (50 Gipsy Edit)
12. Recordz masta (feat. Dj O’legg & Teekay)
13. Time to grow (feat. Gavlyn)

Durée : 45 min
Sortie : 4 mai 2015
Discographie : 1er
Genres : Reggae / Hip Hop
Label : Banzaï Lab

Articles affiliés :

Critique un autre monde est possible Sinsémilia 2015

Rêvons un autre monde avec Sinsémilia ! (2015)

24 mars 2015

« Les survivantes » Liz Cherhal (2015) – Une ode à la vie

4 juin 2015

Jean-Marc Sauvagnargues tout en douceur !

12 décembre 2015

Pas de commentaire

Donnez votre avis

Conception & réalisation : Cereal Concept