Live Report

Coup de chaud sur la Fête Effrontée avec L’Homme Parle, Brassen’s Not Dead et Huck (Lézan, 30) 23.06

27 juin 2017, Photolive30

Comme l’année dernière, Le Musicodrome n’a pas raté le rendez-vous de la Fête Effrontée de Lézan (30) organisée par la fédération communiste gardoise. Toujours du côté du champ des ristes le long des rives du Gardon, musique, débats et rencontres ont fait bon ménage. 

L’ouverture de la fête, pour ses aspects musicaux, a été donnée par Huck vendredi soir. Malgré le fait que ce soit 20h, la chaleur n’a vraiment pas aidé à mobiliser les troupes. Sous un 40°C à l’ombre (véridique !), il fut bien difficile d’aligner un pas devant l’autre pour s’approcher des crash. En tous cas, c’est à se demander comment la contrebasse de Huck n’a pas explosé sous une chaleur rarement atteinte sur nos terres pour un mois de juin. Avec ses tendances folk, Huck nous a fait somnoler mais on ne peut pas dire que c’est de sa faute… Une ouverture cool et gentillette pour amorcer ce premier soir en douceur.

Avant de passer à L’Homme Parle, impossible de ne pas attribuer une petite mention spéciale à la batucada BamaHia. Après avoir déjà animé le tout début de soirée avant Huck, cette dernière a dynamité tout au long de la soirée les inter-concerts avec une patate comme on l’aime ! Elle a même réussi à entraîner et à transcender quelques héroïques danseurs que beaucoup auront remarqué. Leur performance a été belle, généreuse… et remplie de sourires du début jusqu’à la fin. Au top !

L’Homme Parle, groupe bien connu, sur le département, pouvait enfin débouler. Particulièrement attendu, les nîmois ont été fidèles à eux-mêmes : entre chanson, rock et ambiance festive, le public a adhéré et a dansé sans retenue, même si le rendu est paru par moment assez scolaire.

Le clou de ce premier soir sera ensuite enfoncé avec force avec les sacrés énergumènes des Brassen’s Not Dead : les keupons, fans de Brassens, s’y sont donnés à cœur joie (comme d’habitude) pour revisiter à leur façon de nombreuses chansons de Georges Brassens. Si l’animateur du groupe est parfois lourdingue avec ses sketchs, le côté décalé du groupe fait son effet. Ça déménage, ils sont assez drôles et surtout ils n’hésitent pas à s’amuser avec le public. Aucun doute, les Brassen’s Not Dead ne sont pas manchots… On en profite pour passer un spécial big up à Suzy Lou (le bassiste des Out Of School Activities) !

Crédits photos : Photolive30

Articles affiliés :

Une initiation au kilt pour les Roches Celtiques !

6 juillet 2015

La chaleur des Balkans ouvre festival des 7 collines ! (01.07)

5 juillet 2015
Loic Lantoine et The Very Big Experimental Toubifri Orchestra

« Humain », c’est joli après tout ! Loïc Lantoine (Toulouse, 31) 04.2

9 février 2017

Pas de commentaire

Donnez votre avis

Conception & réalisation : Cereal Concept