News

La Cafetera Roja dévoile un clip avant son nouvel album

15 mars 2021, Aiollywood
La Cafetera Roja L'antrepote Alès avril 2017 Photolive30
Temps de lecture : 1’50

La Cafetera Roja a remis de l’eau à bouillir pour réchauffer un début d’année 2021 plutôt morose. Le mois de mars, période si propice pour les salles de concerts qui carburent habituellement plein tube avant la saison estivale, vont à nouveau rester silencieuses. Alors c’est du côté des bacs, du moins les mieux achalandés, que le son va s’élever. La Cafetera Roja y aura une place de choix !

Éclectique. C’est souvent un des qualificatifs qui revient souvent lorsqu’on évoque le groupe de La Cafetera Roja. De leur rencontre à Barcelone et la fusion des styles dans lequel ils ne souhaitent absolument pas s’enfermer, le groupe vogue au gré de ses envies d’expérimentations musicales. Et depuis toujours ! Il n’y a pas vraiment de frontières dans La Cafetera Roja et c’est ce qui en fait sa force : de leurs débuts un peu plus hispano-world à des penchants plus pop/trip hop actuels, le groupe a au moins le don de nous servir une nouvelle recette sur chacun de ses disques. On adhère, ou non, au concept mais le renouvellement y occupe forcément une place de choix !

En 2017, lorsqu’ils avaient dévoilé « One shot », un premier virage musical s’était opéré : de par la voix d’Aurélia Campione et les univers musicaux, on y avait trouvé de sérieuses influences à la Deluxe, de l’époque où les moustachus voguaient encore entre plusieurs genres musicaux. Mais s’arrêter à une telle ressemblance n’en serait que très réducteur : certes il y avait plus de groove mais La Cafetera Roja n’avait pas oublié de puiser dans sa réserve avec sa guitare rock et son violoncelle pour donner le ton.

Quatre ans plus tard, quel visage veut donner La Cafetera Roja à sa nouvelle virée ? Car  il y en aura une, forcément. Elle s’annonce plus que jamais focalisée sur l’Homme, ses rêves et ses désillusions, présent sur les cinq continents. « Mozaïk » est prévu pour le 2 avril prochain et un premier single, Moonlight, vient y dessiner quelques traits.  Selon toutes vraisemblances, il semblerait que la joyeuse bande ait décidé de s’inscrire dans le sillage laissé par « One shot » : ce Moonlight percute et la place des machines y est un peu plus grande sans forcément renier ses principales influences. Des chaloupées pop au flow hip hop d’Anton Dirnberger, on y retrouve les ingrédients constituants l’ADN du groupe.

Il n’y a plu qu’à attendre les 15 autres titres de « Mozaïk » pour y découvrir la belle histoire qu’ils ont souhaité nous présenter. A suivre…

Crédits photos : Photolive30 (La Cafetera Roja, Alès, en 2017)

Articles affiliés :

romain humeau échos album 2020

Romain Humeau le bienheureux

16 juin 2020
al tarba le cabinet des curiosités 2020

Le Cabinet des Curiosités d’Al’Tarba

28 novembre 2020
KØS : c Thomas Saminada

Découvrez KØS, duo enchanteur aux sonorités palpitantes

9 octobre 2017

Pas de commentaire

Donnez votre avis

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Conception & réalisation : Cereal Concept