Chronique

Haut Les Mots, pour une « Chanson(S) à 10 plumes » (2016)

24 mars 2017, Jack'

Haut les mots, halte aux oreilles, non pas parce que c’est inaudible, mais tout le contraire… ça rafraîchit ! HLM est un collectif stéphanois, dont on a commencé à entendre parler il y a 2 années lors de « Paroles de Zinc », la déclinaison des concerts de Paroles & Musiques dans les lieux incontournables de Saint-Etienne, et on a continué de les suivre de loin pendant ce temps là.. tant pis pour nous on a loupé le créneau mais leur compil’ « Chanson(S) à 10 plumes » est sortie en 2016… Petite séance de rattrapage !

Qu’est-ce qui nous vaut l’honneur de vous faire ce petit retour ? A la genèse de tout ça : un concert.. Un concert fameux, furieux, qui a défendu voix et ongles la cause des chansons à textes, le sens des mots, un concert que Bapt’ vous avait annoncé, et nous y sommes allés. Un belle tripotée d’artistes sur scène, plumes levées, mais aussi accordéons, guitares, ou autres violons… le tout dans la prometteuse convivialité du Clapier. L’occasion de faire, dans un premier temps le tour de quelques chansons de quelques membres du HLM (notamment APACHE), puis d’un bon concert de l’excellente Mauvaise Herbe, avant de voir Fredo débarquer sur scène leur filer un coup d’main, avant qu’ils ne terminent tous ensemble sur scène, dans la foule, à reprendre BrassensRenaud ou autre Ferré… Bref, on fait pas de Live Report, soyez là la prochaine fois… Mais qu’est ce que c’était beau ! Petit extrait ci-dessous.

A la sortie de cette belle soirée il y avait quelques disques de HLM en vente à prix libre… Nous y voilà donc. Lecteur cd, 6h de route pour aller au Mans, et c’était parti !

Un cd vraiment sympa, riche en sonorités vocales et musicales, qui raconte des histoires, fait des clins d’œil, joue avec les mots, passe des messages… Tout commence avec Chanson à dix plumes, ou, l’explication du pourquoi du comment de leur collectif ! Les mots, la langue de molière, Sainté, le gaga, le verbe, les guitares, du violon… Raffu, Apache, Mr Alexis se succèdent pour nous raconter ça ! Avant d’écouter ce que proposent les dix prochaines plumes…

Xuan Dao prête sa voix et sa plume pour Alligator, morceau habituellement joué avec Odlatsa, qui fait mouche… Bapt’ avait écrit en 2015 sur leur album « l’homme qui a vu l’homme« . Un Xuan Dao qui ,sur scène le 25 février dernier, nous avait chanté quelques chansons en solo, sur sa conseillère Pôle Emplois, ou encore sur Les Fous sont Fiers.

Le soleil s’invite sur la compil avec A votre Saint-é, des sonorités chaleureuses, et de nombreux jeux de mots pour décrire Saint-Etienne à travers la géographie locale et la convivialité qui l’habitent. Puis Jasmine du Cri de la Carotte, pour un cri du cœur, Ainsi va la vie, pleinement. Nombre de tranches de vie, de situations dans lesquelles chacune et chacun peut se retrouver. La vie quoi. Puis on poursuit notre chemin au fil des plumes, si vous avez compté, on arrive à la 4ème, et c’est certainement la plus « artisanale » qui nous tombe dessus. Sacha de Mi-Jean Mi-Chel, nom de groupe lumineux, nous parle de L’orgelet. Orgelet : furoncle, une infection, situé en bordure de l’œil qui offre des démangeaisons et peut obstruer la vision. « Les cadavres sous nos yeux s’amoncellent, il est l’heure de fermer les Bescherelles… ». De quel orgelet s’agit il ? On vous laisse écouter c’est fortement sous entendu.

Une autre chanson avec un message fort suit cette dernière, Méfiance, comme une invitation du Collectif à prendre du recul sur les événements des dernières années, et le repli sur soi, occasionné et encouragé. « Méfiance, méfiance, méfiance en l’ignorance ! Qui mène la danse de cette foule immense ? Méfiance, Méfiance, ne pas perdre conscience qui mène la danse ! de ces pantins en transes ». Une invitation à ne pas se laisser happer par les téléviseurs, ou autres torchons publicitaires, et prendre du recul sur tout ce qui est balancé par les médias, qui ne sont pas si impartiaux que cela… Méfiance, le morceau coup de cœur.

LTDA, avec Arnaud nous propose Eau de parpaing, morceau sautillant suivi par Nine O’clock. Écrite et interprétée par APACHE (Auto Production Artistique et Créative Hérétique et Émancipatrice pour les intimes). Accompagné de sa guitare et de son verbe, l’indien jongle avec les mots et les assonances bien senties. Il nous décrit des personnes masculines, aux actes peu glorieux, pour qui leurs histoires se retournent contre eux pour trouver des fins tragiques, directement liées à leurs faits et gestes.

Par la suite, la 8ème plume, celle de Hugues pour La Mauvaise Herbe, nous emmène direction Saint-Malo, au rythme de la guitare, de l’accordéon, la flûte et au fil d’une histoire d’amour, de famille, de vagabondage. Une musique qui raisonne et reste dans la tête, et qui dégage beaucoup de chaleur sur scène comme on a pu le constater le mois dernier.

Puis on part sur un petit rythme bluesy, avec Mam’zelle Lune, et son Cosmic Blues. Avant de terminer cette passe de plumes en 10 étapes sur une chanson écrite par Moko, « pour la postérité« , A l’infini ! Une voie singulière qui surprend, simple, sans artifice, qui séduit, le tout pour une ambiance, et des paroles d’une belle et douce naïveté. On sent à travers cette musique communicative toute la passion qui les habite tous, et ensemble, comme en témoigne les deux dernière minutes de remerciements enregistrés. Non, le collectif pouvait pas mieux terminer sa compil’ qu’avec cette musique !

Pour les suivre, voici leur site : ICI!


FICHE TECHNIQUE

Titres
1. Chanson à dix plumes (Haut Les Mots)
2. Alligator (Xuan Dao/Odlatsa)
3. A votre Saint-E (Raphaël Rivollier/RAFFU)
4. Ainsi va la vie (Jasmine Fayolle/Le cri de la carotte)
5. L’Orgelet (Sacha Fransoret/Mi-Jean Mi-Chel)
6. Méfiance (Haut Les Mots)
7. Eau de parpaing (Arnaud Veyssiere/LTDA)
8. Nine O’Clock (Yzach Sincler/APACHE)
9. Saint-Malo (Hugues Rambier/La Mauvaise Herbe)
10. Cosmic Blues (Karen Prévault/Mam’Zelle Lune)
11. A l’infini (Haut les Mots)

Durée : 41 min
Discographie : 1er
Sortie :  fin 2016

Articles affiliés :

Frédéric Fromet ça fromet album

Frédéric Fromet « Ça fromet ! » (2015)

1 novembre 2015
Critique le refuge La belle bleue 2013

La Belle Bleue oscille entre plusieurs mondes avec « Le refuge » (2013)

11 juillet 2014
Critique Tagada Jones Les compteurs à zéro 2008

Tagada Jones « Les compteurs à zéro » (2008)

30 octobre 2010

Pas de commentaire

Donnez votre avis

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Conception & réalisation : Cereal Concept