Chronique

Deux nouvelles familles pour un partage majuscule !

21 mars 2018, P'titBapt
Les Ogres de Barback et le Bal Brotto Lopez Aix en Provence octobre 2016 Photos Nomades

Les Ogres de Barback, à peine la parenthèse avec Les Hurlements de Léo refermée, sont repartis sur les routes, dans les salles, devant un public ravi ! Et cette fois encore ils s’arment de compagnons de voyages pour partager une nouvelle fois au maximum l’amour de la musique sous toutes ses formes qui les anime. C’est cette fois le bal Brotto Lopez qui partage un morceau de route avec les quatre frangins-frangines. Un nouvel album live en découle, un vrai, un bon !

Leur aventure avait commencé il y a quelques temps, pour quelques dates ensemble. L’alchimie avait pris, mystère des notes, des accords et des gammes, des paroles et des revendications aussi. Alors ils remettent ça, à six sur scène, pour un délicieux mélange entre chanson et musique occitane, avec beaucoup de cœur et d’envie.

Sur cette nouvelle galette live des Ogres de Barback, on retrouve des grands « tubes » (le mot est sans doute mal choisi, mais gardons-le le temps d’une chronique) du groupe. D’ailleurs l’album s’ouvre sur Coeur Arrangé, et le titre est bien choisi, la chanson est ré-arrangée pour l’occasion, et pose les bases de cet album : les chansons se mélangent et les langues se marient, déjà le pied de l’auditeur donne la mesure. Les bases sont belles, et bien posées !

Les Ogres de Barback et Le Bal Brotto Lopez

Une petite pépite se glisse dans l’album, une interprétation du grand Allain Leprest et de sa sublime C’est peut-être. Quelle délice d’entendre à nouveau cette chanson, dans un savant brassage des langues et des histoires, des accents et des émotions. Pas de Richard Galliano mais une nouvelle tronche, et quelle tronche ! Quand les reprises sont de cette qualité, les interprétations réalisées avec autant de coeur, on ne peut dire que oui. C’est sur, Leprest aurait aimé ces deux familles qui mélangent leurs histoires !

Les instruments occitans, typiques du Bal Brotto Lopez se greffent à merveille à la folie musicale des Ogres de Barback, quel délice de retrouver Dos Miné, Toi Jamais, Condkoi, avec des titres doublés en occitan, et des passages qui nous déroutent, qui nous sortent de la voie tracée par les quatre frères et sœurs lors des dernières années, en enclenchant ce disque, attendez vous à retrouver des chansons que vous connaissez, mais avec de nouveau passages, de nouvelles émotions. C’est peut être ça, la beauté de la musique et des rencontres !

Pas Bien est, à la fin de l’album, un petit bijou d’émotion, de tendresse et de mélancolie. Comme quoi il suffit de demander pour mêler toutes ses émotions dans une seule chanson où l’on arrive malgré tout à être entraîné !

Bien sûr il manque mille chansons que l’on aurait aimé redécouvrir, bien entendu toutes nos sont pas là, mais c’est ce sentiment d’inachevé qui nous donne envie que l’aventure continue, de les découvrir en live et de les aimer, encore ! Mais on ne sait jamais où la route mène les Ogres de Barback….

« Y’a pas de quartier, y’a pas de frontière, y’a pas de quartier pour les frontières« . Les convictions sont toujours là, Condkoï et Femme du Guerrier sont de la partie. Comment imaginer les Ogres dans un mariage qui les rendrait lisses et sans idéaux, sans envie d’un monde plus beau ? Ce travail de métissage est indispensable, et devrait être inscrit un peu partout. On retrouve la chanson française que l’on aime, et on l’embellit, on retrouve l’envie de lever la tête et le poing quand le monde nous les fait baisser. On retrouve le sourire. On se retrouve. En français, en occitan, en espagnol, en musique, peu importe, on s’y retrouve !

 

Ce disque est un appel à la danse, à la réflexion et au partage ! Toujours amené par des Ogres aussi fringants qu’il y a 20 ans, avec une greffe parfaitement réussie du Bal Brotto Lopez, sur ce disque on chante « Mon pays », mais on le chante en coeur, en amour, à mille lieux de ce qu’on entend un peu partout aujourd’hui. On y est bien, à Quercy-Pontoise, ce pays imaginaire mêlé et ré-arrangé, qui fait partie de ces pays que l’on rêve de découvrir à tout bout de chant !

Enregistré en live, cet album donne une seule envie : celui d’aller se trémousser à un des concerts de cette nouvelle famille, réunie à nouveau pour une tournée ! Et puis de se lever du bon pied à chaque écoute ! Alors plutôt deux fois qu’une.

FICHE TECHNIQUE

Tracklist

  1. Cor Adobat (Coeur arrangé)
  2. Vous m’emmerdez ! (Que m’enmerdatz !)
  3. Dejol Pont
  4. Latchoska / Dos Miné / Lo Rainal e lo merle
  5. Femme du guerrier
  6. Toi jamais / La thouxéeenne / Luquejada
  7. Ieu Soi perdut sense tu
  8. Mon pays
  9. C’est peut être
  10. Condkoï
  11. Adam / Pas Bien
  12. Lo Pont de Nantas / Amazone

Album : ? Quand on aime, on ne compte pas
Sortie : 16 mars 2018
Durée : 63 min
Genres : Chanson française / chanson occitane
Label : Irfan Le Label

Articles affiliés :

Rêver la Liberté Chérie, avec Les Yeux d’la tête (2016)

2 mars 2016

Malgré la « Chienne de vie », on relativise avec Zoufris Maracas ! (2015)

6 mars 2015
Critique Muyayo Rif palante 2012

Muyayo Rif « P’alante » (2012)

5 avril 2012

Pas de commentaire

Donnez votre avis

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Conception & réalisation : Cereal Concept