Chronique

Chinese Man « Remix with the sun » (2012)

2 mars 2012, Aiollywood
Critique Chinese Man Remix with the sun 2012

Le Musicodrome a grandement vanté les louages de « Racing With The Sun », troisième galette du quatuor marseillais Chinese Man sortie au printemps dernier. Avec une notoriété qui coule des jours paisibles au sein de leur label Chinese Man Records, on pouvait penser que « Remix With The Sun » aurait un goût de déjà vu. C’était sans compter le soutien inconditionnel du réseau musical que s’est forgé Chinese Man au fil des années.

On pourrait qualifier les Chinese Man de maîtres sorciers (le statut d’apprentis a été dépassé depuis bien longtemps !). Presque un an après la sortie de « Racing With The Sun », les spectateurs du festival Marsatac à Marseille en septembre dernier auraient du y voir un sacré indice : la configuration particulière des Chinese Man, avec un MC au micro, accompagnée d’une ribambelle de remix, auraient du mettre la puce à l’oreille. Chinese Man préparait un nouveau coup. Et le suspense prit fin lorsque la sortie d’une version remixée de l’excellent « Racing With The Sun » arriva au début de l’année 2012 dans les bacs. Les marseillais le joueraient-ils trop facile ? Perpétuelle question lorsque un groupe s’apprête à sortir un opus de la sorte. Là où beaucoup pensaient que seuls les grands classiques de l’album seraient repris (Miss Chang, Get Up, Racing With The Sun, Down…), Chinese Man livre là un album ‘en version longue’ composé de 13 pistes.

L’esprit, car c’est avant tout une des caractéristiques majeures du dernier opus, a été préservé. Musicalement, la ‘team’ a réussi à garder cette invitation au voyage ressentie sur « Racing With The Sun ». Chinese Man garde une part belle aux sonorités orientales ou africaines travaillées sur Saudade par exemple. La chaleur latine se voit accompagnée d’un saxo déchirant bercé par le flow de Femi Kuti et Liliboy. D’un autre côté, les General Elektriks se sont chargés de rendre Ta Bom un peu plus pop avant de mettre cap à l’est : The Mourning Son, initialement l’introduction de « Racing With The Sun », se voit rallongée et happée par un phrasé hip hop percutant de Jeru The Damaja. Comme si Chinese Man avait envie de détenir plusieurs cartes entre ses mains, In My Room fera l’office de deux variantes : la première est identique à l’originale et seul le featuring de Chali 2Na est venu l’agrémenter, alors que la seconde est décortiquée par Dj Suv. Avec un track martelé à coup de drum’n’bass, Chinese Man se lance dans une course poursuite décapante avec le soleil sans faire de concession.

Si ces premiers tracks sont finalement assez proches de leur version originale, One Past amorce le vent du changement : Chinese Man a confié les reines à OBF qui le métamorphose en un immense brûlot dub. Le jeu des déclinaisons électroniques va d’ailleurs être le fil directeur de l’album : Racing With The Sun a droit, lui aussi, à deux nouvelles versions. Une première face frôlant le raggamuffin pour s’embraser en une étincelle avec Iration Steppas en dub électronique, tandis que la seconde va tutoyer les sommets grâce à leurs nouveaux petits protégés, Deluxe. Jazz, funk, électro, chant toujours aussi craquant de Lillyboy, chanteuse du groupe, pour un remix non loin de décrocher la palme tant Deluxe s’est approprié le morceau en proposant quelque chose de frais. Au rayon des satisfactions, l’excellent track Down a également droit à son heure de gloire. Composé à l’origine par Chinese Man et Scratch Bandits Crew, ces derniers ont désormais carte blanche sur le morceau. Cette version remixée, la suite du morceau originel, est une franche réussite. Scratchs à foison pour une explosion saturée de cuivres à tout va qui ne forment plus qu’un dans un fracas sonore revitalisant.
Concernant les attentes, Miss Chang attise les convoitises. Et elle ne déroge pas à la règle : elle change également de peau et ce sont leurs potes de Tha Trickaz, pilier de la scène dubstep en France, qui s’en occupent. Les featuring avec MC Taïwan et Cyph4 préservés, c’est une déferlante dubstep qui envahit les enceintes. Véritable bombe, Miss Chang a su conserver tout son charme à travers cette version ultra saturée.

Enfin du côté des déceptions, Stand !, conserve ses atouts vocaux avec Plex Rock au chant et voit son rythme légèrement accéléré. Quand des morceaux comme J.O.G.J.A ou If You Please ont tout bonnement perdu leur place sur « Remix With The Sun », on peut se demander pourquoi Chinese Man a souhaité garder ce track, quasiment identique à sa petite soeur. Le constat est similaire pour The King, avec Dj Simbad à la baguette, qui a choisi de rester dans l’ambiance très psyché orientale du track. C’est finalement le brûlant Get Up qui sera la déception majeure de ce « Remix With The Sun ». Remixé par LeYan (de Chinese Man) et Tomapam, il s’en ressort finalement une piste assez décousue et un peu trop dénaturée pour préserver sa puissance initiale.

Malgré quelques petits accrocs, « Remix With The Sun » conserve toutes les couleurs éclatantes dégagées par son aîné « Racing With The Sun ». Explorant cette fois la musique électronique et ses variantes, Chinese Man s’est avant fait plaisir tout en permettant de présenter au grand public de nombreux artistes marseillais ou de leur label Chinese Man Records. Avec un nouveau show et des MC’s qui les accompagnent pour cette tournée inédite, Chinese Man se réserve une année 2012 pour le moins chargée.

FICHE TECHNIQUE

Tracklist
1. The morning son (feat Feru The Damaja)
2. One past (OBF remix)
3. Saudade (feat Femi Kuti & Liliboy)
4. Stand ! (feat Plex Rock)
5. Racing with the sun (Deluxe remix)
6. Down (Scratch Bandits Crew remix)
7. In my room (feat Chali 2Na)
8. Get up (LeYan & Tomapam remix)
9. Ta Bom (feat Tumi & General Elektriks)
10. Miss Chang (Tha Trickaz remix)
11. Racing with the sun (Iration Steppas remix)
12. In my room (Dj Suv remix)
13. The king (Dj Simbad remix)

Durée : 57 min
Album : 4e (album de remix)
Sortie : 30 janvier 2012
Genres : Electronique
Label : Chinese Man Records

Articles affiliés :

Chronique Dirty Honkers Just a Taste 2012

Dirty Honkers « Just a Taste » (2012)

18 juin 2012
l'entourloop chickens in your town

L’entourloop « Chickens in your town » (2015)

7 août 2015
Chronique A State Of Mind 2015

A State of Mind (ASM) « The Jade Amulet » (2015)

26 octobre 2015

Pas de commentaire

Donnez votre avis

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Conception & réalisation : Cereal Concept