Live Report

La folle soirée du Cabaret Psychiatrique au Metronum (Toulouse, 31) 16.03

27 mars 2017, Groum'
Pink Paradize au Metronum de Toulouse

A l’occasion de l’ouverture du festival Pink Paradise, dont Didier Super était le président d’honneur, un Cabaret Psychiatrique avait été confectionné de toute pièce au Metronum. Retours sur une soirée haute en couleurs, dont la review photo est disponible ici (lien de la Review Photo)

Le spectacle était présenté par le très iconique duo Mr Loyal et son fidèle compagnon, Pat. Pour dresser le deuxième, le premier s’était paré d’un boite de croquette en guise de chapeau. Pat passa son spectacle à chercher « le numéro » et « le costume », tout en étant un précieux adjudant pour Loyal, lui apportant balles et photos selon les besoins.

Pink Paradize au Metronum de Toulouse - Pink Paradise

Patrick Devalette, Garniouze

Le premier numéro fut un numéro de magie inattendue, par Las Tapas, ce couple plus que dynamique, qui nous a ému au plus haut point avec un superbe numéro de Lévitation Derrière Drap. C’était leur première apparition de la soirée, mais pas des moindres.

Ensuite vint le tour de X-OR. Aux allures de catcheurs et dans un univers bien à eux, les deux comparses à la sobriété douteuse valsaient avec plaisir entre les chants puissants et les luttes acharnées. Le micro fit des siennes, mais pas de quoi ralentir leur engouement sur scène. L’autodérision avait la part belle dans leurs chansons, notamment avec le « Même si on est con et qu’on a rien compris à la vie, on est bien décidé à la donner à un enfant ».

Retour de Las Tapas, tant attendus. Cette fois, le numéro présenté était un numéro de Guitare Laser. En effet, l’homme au costume costard/casquette s’enferma dans une structure en forme de cabine d’essayage, entourée de cellophane, et amena avec lui 4 lasers et un fer à repasser. Le fer pour la fumée, les lasers pour les cordes de la guitare. Spectacle visuel garanti.

Puis Fantazio et sa contrebasse vinrent apporter la poésie que l’on était en droit d’attendre de cette soirée. De l’italien au français, en passant par l’anglais, toutes les langues savaient comment accompagner les rythmes endiablés qui sortaient de ses doigts pour faire résonner son instrument. Du blues, du slam, du rock, le panel était large, bien que parfois flou tellement l’inspiration du musicien était perchée au dans les étoiles.

La soirée fut interrompue par la Gendarmery (vous remarquerez la subtile faute d’orthographe), qui nous demanda de sortir. Le public, d’abord hésitant, comprit rapidement que Gendarmery allait se livrer à un show en extérieur, avec quelques chansons bien écrites pour rappeler de basiques règles de conduite.

Gendarmery au Metronum de Toulouse - Pink Paradise

Gendarmery

« Conduire c’est être conscient qu’à tout moment on peut tuer un enfant »

Au retour des vestiaires, nous fûmes surpris de retrouver à nouveau Las Tapas. Mais cette fois, ils étaient en représentation exceptionnelle d’un numéro de Flûte à Deux Bouches. Je suis tes doigts, tu seras mon souffle, la devise de Las Tapas.

Puis, s’étant suffisamment fait désiré, Didier Super vint faire un discours de président et surtout, quelques morceaux dont il a le secret. Du scotch en guise de lanière, une guitare qui n’arrivait pas à sortir le moindre rythme, des paroles toujours aussi décalée, la performance fut au rendez vous. Prendre un Gros Con par la Main, Moi Si J’étais Migrant, Les Complotistes Extraterrestres Juifs, ainsi qu’un sketch avec Las Tapas pour dénoncer les inégalités sociales, c’était le super cadeau qu’avait décidé de nous offrir Didier.

Didier Super au Metronum de Toulouse - Pink Paradise

Didier Super et sa guitare si particulière

« C’est quand même grâce aux migrants que le FN s’intéresse aux SDF »

Puis Pat revint en Fiona, pour une chanson a cappella, avant que Didier se livre à un deuxième set, pour Le Djihad, Va Donc Aux Putes, et Hommage au Voisin.

« Le fait de ne pas vouloir ressembler à tout le monde ne fait-il pas de toi quelqu’un de banal ? »

Ce fut au tour de Jean Louis Costes d’apparaître sur scène tel un oiseau qui n’aurait pas mangé depuis trop longtemps. Voulant s’échapper de sa cage mais ne sachant pas quel barreau grignotter en premier, il nous livra un spectacle pour le moins stupéfiant. Il finit nu à la fin du premier round. Il n’y eut qu’un round.

Jean-Louis Coste au Metronum de Toulouse - Pink Paradise

La soirée d’ouverture du Pink Paradise se clôtura avec les retours successifs de Gendarmery, de Fantazio ainsi que de Didier et de Monsieur Loyal, pour finir sur une note communautaire.

Le public, tantôt bouillant, tantôt sceptique, saura quoi penser de cette soirée, qu’il a été si dur de retranscrire avec des mots.

Articles affiliés :

Volo

Volo assoit Saint Etienne par terre au Lipopette Bar (25.04)

30 avril 2015

Rumpus a le Jazz dans la peau, au Rex (Toulouse, 31) 06.04

13 avril 2017

La cumbia est libre, vive la cumbia ! El Gato Negro & Papa jo au Métronum !

12 octobre 2015

Pas de commentaire

Donnez votre avis

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Conception & réalisation : Cereal Concept